Encore environ 90 minutes avant les vacances. Pour terminer l’année 2018, la Ligue de Football Professionnel nous offrait un multiplex pour cette 19e journée, à l’exception de Bordeaux-Amiens, reporté à demain après-midi. L’Olympique de Marseille se rendait au stade Raymond-Kopa pour y défier Angers. Sur une très mauvaise série de cinq matches sans succès toutes compétitions confondues, dont une élimination en huitièmes de finale de Coupe de la Ligue BKT mercredi soir contre Strasbourg à l’Orange Vélodrome (1-1, 2 t.a.b à 4), le club phocéen n’avait plus le choix ce soir et devait à tout prix renouer avec la victoire pour se donner de l’air avant les fêtes de fin d’année, et éventuellement retrouver le Top 5. En face, le SCO restait sur trois matches nuls en Ligue 1 après une victoire contre Montpellier (1-0).

Pour ce match, Rudi Garcia choisissait un 4-3-3 et Mitroglou était aligné en pointe. Côté angevin, Stéphane Moulin alignait un 4-5-1, Bahoken occupant tout seul l’attaque. Dans une rencontre où le rythme n’était pas très élevé, l’international camerounais créait le danger en premier puisqu’il était tout proche de l’ouverture du score devant le but (6e). Ce dernier se transformait ensuite en passeur et décalait Reine-Adélaïde qui butait sur Mandanda (12e). Dans le dur, les Phocéens souffraient de plus en plus et Capelle trouvait le poteau (18e) alors que la frappe de Tait frôlait la barre transversale (24e). Et l’OM craquait avant la pause... Tait décalait Bamba côté droit. Son centre était victorieusement repris par Bahoken au premier poteau, qui ouvrait le score de la tête (36e, 1-0). La première occasion marseillaise arrivait finalement juste avant la pause. Payet coupait un centre d’Amavi, mais Boucher éloignait le danger (45e+1). L’OM était donc mené à la pause.

Boun Sarr sort du banc et sauve la face de l’OM

Pour tenter de revenir dans cette partie, Rudi Garcia prenait les choses en main à la pause avec deux changements. Mitroglou laissait sa place à Ocampos, alors que Sarr prenait celle de Lopez (46e). Les Phocéens prenaient le contrôle du match mais sans se créer de réelles occasions. Les Angevins tentaient eux leur chance pour se mettre à l’abri. Lancé dans la profondeur par Mangani, Fulgini éliminait Sakai pour frapper mais ce dernier était contré au dernier moment (57e). Derrière, Bahoken croisait un peu trop sa frappe (58e). Les visiteurs tentaient eux de faire la différence dans le camp angevin mais le score ne bougeait pas. Les opportunités étaient toujours pour le SCO puisque Reine-Adélaïde se procurait une double occasion, mais celui-ci ne trouvait pas le chemin des filets (64e).

Stéphane Moulin ne procédait toujours à aucun changement, mais les Olympiens arrivaient enfin à créer le danger en fin de partie. Le lob de Payet passait cependant à côté des cages de Boucher (74e), tandis qu’Ocampos voyait sa volée fuir le cadre sur une remise de la tête de Thauvin (79e). Finalement, l’OM égalisait. Bouna Sarr décalait Florian Thauvin qui le retrouvait dans la surface. L’ancien Messin marquait de la poitrine plein axe (84e, 1-1). Stéphane Moulin réalisait alors quelques changements mais le score en restait là. L’OM enchaînait un sixième match toutes compétitions confondues sans victoire et glissait à la 6e place avant les fêtes.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

Le Paris Saint-Germain termine bien l’année

De son côté, le Paris Saint-Germain, solide leader, recevait le FC Nantes. Le club de la capitale voulait forcément conserver son invincibilité après avoir réalisé 14 victoires et 2 matches nuls pour le moment. En face, les Canaris pouvaient éventuellement basculer dans la première partie de tableau en cas de victoire, tout en scrutant les résultats des autres matches. Thomas Tuchel alignait un 4-4-2 avec Mbappé ou encore Meunier de retour dans le onze de départ. Côté nantais, Vahid Halilhodžić optait pour un 5-3-2, Boschilia prenant place derrière Sala.

Sur leur pelouse, les Parisiens prenaient les choses en main, avec rapidement une possession avoisinant les 70%. Di Maria ne trouvait pas la faille sur deux tentatives (1ère, 9e), alors que Sala cadrait de son côté la première frappe du match mais Buffon s’imposait (8e). Petit à petit, les champions de France poussaient un peu plus. Diego Carlos sauvait les siens en revenant sur Mbappé pour contrer la tentative du joueur de 20 ans (24e), et Draxler voyait sa frappe fuir le cadre (28e). Mais après une nouvelle frappe de Di Maria (32e), les Canaris se procuraient la plus grosse occasion de cette première période. Lima centrait depuis le couloir gauche et Buffon devait sortir le ballon en catastrophe devant Sala et Kwateng qui rôdaient (35e). Les deux équipes se neutralisaient donc à la pause.

Kylian Mbappé surgit dans la nuit parisienne

Au retour des vestiaires, Buffon restait vigilant dans ses cages en sortant une frappe lourde de Mbodji (50e). Très actif côté parisien, Di Maria armait sa quatrième frappe de la partie derrière mais manquait toujours de précision (53e). Le PSG trouvait ensuite le chemin des filets. Verratti pensait sauver un ballon en trouvant Draxler qui ouvrait le score, mais le but était refusé par M. Abed puisque le cuir était sorti en corner (59e). Mais Mbappé délivrait le club de la capitale à la 68e minute. Sur un corner tiré côté droit par Di Maria, le natif de Bondy surgissait au second poteau pour mettre son pied et ouvrir la marque avec l’aide de la transversale (68e, 1-0).

Les Parisiens ne comptaient pas en rester là et la barre transversale sauvait les Canaris sur une nouvelle tentative de Di Maria (72e). Son équipe étant en retard au tableau d’affichage, Vahid Halilhodžić réalisait ses trois changements d’un seul coup (77e), Boschilia étant lui blessé. Son équipe se projetait un peu plus vers l’avant et Pallois envoyait un coup de tête à gauche des cages de Buffon (79e). C’était alors au tour de Thomas Tuchel d’apporter du sang neuf. Et après un excellent retour de Diego Carlos dans les pieds de Mbappé (85e), M. Abed sifflait la fin de la rencontre, Le Paris Saint-Germain terminait donc cette première partie de saison invaincu (avec deux matches de retard, ndlr).

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

Pas de vainqueur entre Montpellier et l’OL, le LOSC battu à domicile

Dans les autres rencontres du soir, l’Olympique Lyonnais (3e, 31 pts) se rendait à la Mosson pour affronter Montpellier (4e, 29 pts). Devant leur public, les Héraultais pensaient trouver la faille en premier, puisque Delort marquait de la tête mais son but était logiquement refusé pour un hors-jeu (22e). Au retour des vestiaires, les Gones débloquaient la situation grâce à Fekir. L’international français se mettait dans le sens du but et envoyait une sublime frappe dans la lucarne opposée de Lecomte (67e, 0-1).

Mais les locaux ne lâchaient rien et égalisaient. À la suite d’une situation chaude dans la surface, Aguilar recevait le ballon et égalisait d’une frappe limpide (81e, 1-1). Les deux équipes se quittaient donc dos à dos et conservaient leurs places respectives. Juste au-dessus, le LOSC voulait conforter un peu plus sa deuxième place face à Toulouse (15e). Mais après l’ouverture du score signée Leao (17e, 1-0), l’équipe de Christophe Galtier flanchait en deuxième période. Gradel marquait en effet un doublé sur deux penaltys (49e, 64e), sans que Mike Maignan, spécialiste de l’exercice dans le but des Dogues, ne puisse sauver les siens. Gradel offrait la victoire au Téfécé. Le LOSC chutait donc pour la première fois de la saison à domicile.

La passe de cinq pour le Stade Rennais de Julien Stéphan

Après sa qualification en quarts de finale de Coupe de la Ligue BKT grâce à une victoire contre le FC Lorient (1-0), l’AS Monaco voulait enchaîner face à l’En Avant de Guingamp au Stade Louis-II. Face à la formation bretonne, le club du Rocher ne marquait pas le moindre but et s’inclinait même 2-0 suite à des réalisations de Thuram (68e) et Roux (75e). L’EAG revenait donc à deux longueurs de l’ASM tout en bas du classement.

Dans une très grande forme (quatre victoires consécutives toutes compétitions confondues), le Stade Rennais accueillait le Nîmes Olympique au Roazhon Park. Après l’ouverture du score précoce d’André sur une volée (6e, 1-0), Bourigeaud réalisait le break rapidement (14e, 2-0). En deuxième période, Siebatcheu marquait même un doublé (47e, 67e) pour porter le score à 4-0. Sur un nuage depuis la nomination de Julien Stéphan, le club breton passera les fêtes à la 8e place. Strasbourg a également disposé de Nice (2-0), l’AS Saint-Etienne n’a laissé aucune chance à Dijon (3-0), alors que Reims et Caen ont fait match nul (2-2).

Les résultats de la soirée :

- Angers SCO 1-1 Olympique de Marseille : Bahoken (36e) ; Sarr (84e)

- LOSC 1-2 Toulouse FC : Leao (17e) ; Gradel (49e, pen - 64e, pen)

- AS Monaco 0-2 EA Guingamp : Thuram (68e), Roux (75e)

- Montpellier Hérault SC 1-1 Olympique Lyonnais : Aguilar (81e) ; Fekir (67e)

- Paris Saint-Germain 1-0 FC Nantes : Mbappé (68e)

- Stade de Reims 2-2 SM Caen : Suk (7e), Engels (53e) ; Ninga (28e), Crivelli (45e)

- Stade Rennais FC 4-0 Nîmes Olympique : André (6e), Bourigeaud (14e), Siebatcheu (47e, 67e)

- AS Saint-Etienne 3-0 Dijon FCO : Monnet-Paquet (42e), Khazri (64e), Beric (82e)

- RC Strasbourg Alsace 2-0 OGC Nice : Thomasson (26e), Koné (41e)