Un match pour la troisième place. Après la victoire des Girondins de Bordeaux contre l’AS Monaco un peu plus tôt dans l’après-midi (2-1), l’AS Saint-Etienne et Montpellier avaient rendez-vous ce dimanche au Stade Geoffroy-Guichard. Cinquièmes avant le coup d’envoi de cette partie, les Verts, sur une série de neuf matches sans défaite toutes compétitions confondues, voulaient poursuivre cette série positive. Une victoire pouvait permettre au club du Forez de prendre la troisième place, en attendant l’ultime rencontre de cette 14e journée entre Toulouse et l’OM (21h, à suivre sur notre site). En face, les Héraultais, neuvièmes, avaient exactement le même objectif mais il fallait aussi gagner. Pour aller chercher les trois points, Claude Puel s’appuyait sur un 3-5-2 avec notamment Camara et Honorat. Côté montpelliérain, Michel Der Zakarian sortait le même schéma tactique avec son duo Laborde-Delort devant.

Si les Verts allumaient la première mèche rapidement avec une tentative dévissée de Bouanga (2e), la rencontre ne démarrait pas vraiment. Avec deux schémas assez défensifs, les acteurs se disputaient principalement le ballon dans l’entrejeu. Le ballon passait d’un camp à l’autre et les Héraultais se procuraient la première réelle occasion avant la demi-heure de jeu. Oyongo sollicitait Delort pour un relais et le milieu du MHSC centrait au sol vers Laborde dont la belle reprise du plat du pied était sortie par Ruffier (25e). Les Verts répondaient ensuite avec Bouanga, leur élément le plus dangereux, mais son coup de tête était rapidement écarté (27e). La rencontre commençait donc à s’emballer et sur une contre-attaque, Bouanga lançait Nordin qui trouvait le poteau de Rulli (35e). Après 45 minutes plutôt poussives, M. Schneider renvoyait tout le monde aux vestiaires.

Stéphane Ruffier impérial ce soir !

Au retour des vestiaires, les Montpelliérains posaient le pied sur le ballon et se projetaient rapidement vers l’avant. Lancé dans la profondeur, Delort rentrait dans la surface et était fauché par Kolodziejczak. M. Schneider ne bronchait pas et la VAR n’accordait pas de penalty (52e). Le match restait toujours fermé, et certains joueurs perdaient même leurs nerfs. Après un contact, Savanier et Trauco se chauffaient un peu et écopaient chacun d’un avertissement (54e). Sans solution, Claude Puel décidait alors de lancer le jeun Benkhedim, qui disputait ses premières minutes en pro, à la place de Boudebouz, sifflé par une partie du public (60e). Mais dans un premier temps, ce changement n’apportait rien car les visiteurs poussaient pour ouvrir le score. Déjà décisif en première période, Ruffier continuait son récital après la pause. Le gardien stéphanois s’envolait en effet pour sortir sur un coup de tête de Laborde, bien trouvé par Delort (77e).

Si les Verts tenaient ce nul, c’était donc en grande partie grâce à l’international français. Dès lors, les deux entraîneurs multipliaient les changements pour tenter d’arracher la victoire. Et en fin de partie, l’AS Saint-Etienne manquait ce but si précieux de peu. Auteur d’un débordement intéressant sur la droite, Benkhedim centrait vers le point de penalty où Nordin se manquait. Derrière, Trauco héritait du ballon mais la frappe du gauche du Péruvien passait de peu à côté (90e). M. Schneider accordait alors trois minutes de temps additionnel mais personne n’en profitait. Sur la pelouse du Chaudron, Saint-Etienne et Montpellier se quittaient donc sur ce match nul et vierge. Avec ce point pris, les Verts restaient au cinquième rang tandis que les Montpelliérains s’installaient au sixième rang, à deux points de l’ASSE.