Contre toutes attentes, Manchester City a vécu un sale dimanche. Alors que les Citizens se déplaçaient à Tottenham (Londres) au Tottenham Hotspur Stadium, les Skyblues ont sombré. C’était aussi l’occasion de retrouvailles entre Pep Guardiola et José Mourinho, qui se disputaient, il y a quelques années l’hégémonie en Espagne lorsque l’un entraînait le Barça et l’autre le Real Madrid. Cette fois, c’est le Portugais qui l’a emporté sur le score de deux buts à zéro. Pourtant, City a dominé la rencontre.

Ce lundi matin, les hommes de Guardiola sont à 22 points du leader, Liverpool et on même perdu un joueur, Oleksandr Zinchenko ayant écopé d’un rouge au retour des vestiaires. « La réalité, contre United, est que nous avons concédé un tir cadré, nous avons créé des quantités incroyables d’occasions de buts et avons perdu le match et aujourd’hui, c’est assez similaire, contre cela, il est difficile de trouver une solution. Qu’avons-nous à faire ? Je ne sais pas », a expliqué le technicien espagnol à l’issue de la rencontre.

« Peut-être qu’un jour nous aurons un déclic »

En effet, rien qu’en première période, les Skyblues ont eu la possession de balle (67%) et ont tenté onze tirs au but contre aucun chez les hommes de José Mourinho. En plus de cela, Ilkay Gundogan, le milieu de terrain de City a manqué un penalty à cinq minutes de la pause (40e). Au retour des vestiaires, toujours 67% de possession, moins de tirs (7 pour 2 cadrés). Dans le même temps, leurs adversaires du soir ont tiré à trois reprises, ont cadré trois fois et ont marqué deux buts (Bergwijn 63e et Son 71e). De quoi énerver Pep Guardiola.

« Nous sommes là, nous sommes dans la surface, au point de penalty, seuls avec le gardien à deux joueurs et nous ne sommes pas en mesure de marquer un but. Peut-être qu’un jour nous aurons un déclic et ça changera, l’équipe est bonne, j’aime notre façon de jouer, mais ce n’est pas suffisant. La distance (avec Liverpool, ndlr) est tellement grande, la saison prochaine, nous devons faire mieux », a-t-il ainsi poursuivi et conclu sur le sujet. Le visage sévère et triste, Guardiola ne semble pas trouver la solution cette année... pour le plus grand bonheur de Liverpool !