Le PSG avait rendez-vous à Montpellier ce samedi pour le compte de la 17e journée. Vainqueur de ses trois derniers matches de Ligue 1, le champion de France en titre affichait pourtant un niveau de jeu inquiétant depuis plusieurs semaines. Thomas Tuchel et ses troupes ont besoin d’un nouveau souffle, d’autant que les blessés sont beaucoup moins nombreux et que la Mosson est un terrain hostile pour les Parisiens depuis quelques années. L’Allemand titularisait sa défense type, alignait Sarabia et Paredes aux côtés de Gueye au milieu, en plus du trio Mbappé-Icardi-Neymar devant. Cavani lui était absent, tout comme Marquinhos et Verratti, alors que Di Maria débutait sur le banc. En face, le MHSC se présentait en 3-5-2 avec Chotard devant la défense, Oyongo sur le flanc gauche et une attaque classique emmenée par Laborde et Delort.

Ce match sentait le souffre et les Montpelliérains ont annoncé la couleur avec une première cravate de Chotard sur Neymar (3e) et un excès d’engagement de Pedro Mendes sur Bernat, qui lui valait un avertissement (5e). Le PSG se montrait plus concentré que face à Nantes mais la machine toussait encore. Neymar s’arrêtait de jouer quelques minutes sur le bord de la pelouse pour un problème de strapping. Kimpembe sortait sur blessure, visiblement blessé à l’arrière de la cuisse gauche (17e), tout comme Gueye quelques instants après (23e), touché au même endroit. Désormais avec Diallo et le jeune Kouassi dans ses rangs, le club de la capitale baissait en intensité, comme son adversaire du reste.

Le PSG se réveille dans le dernier quart d’heure

Un coup-franc de Neymar enroulé vers les six mètres tentait de réveiller tout le monde (29e) mais ça ne suffisait pas. Surtout de la part du Brésilien qui s’arrêtait de jouer dès le moindre accrochage ou contact. Souvent chatouillé par ses adversaires, il s’agaçait et sortait de son match (était-il vraiment entré dedans ?). Ses coéquipiers l’imitaient. Ils perdaient trop de ballons et la plupart des duels. C’est d’ailleurs sur corner que Montpellier ouvrait le score. Congré sautait sans aucune adversité et envoyait une tête prolongée par Paredes au fond des filets (1-0, 41e). Les Héraultais menaient logiquement à la pause d’une rencontre hachée et encore une fois, le PSG n’y était pas. Il revenait pourtant sur la pelouse avec les mêmes intentions et laissait dominer par le jeu physique imposé par le MHSC.

La défense affichait des signes de fébrilité face à Delort notamment mais ça tenait à un fil. A l’image d’un Neymar complètement dans l’excès d’individualisme, Paris ne semblait pas décider à revenir La sortie de Savanier et surtout le deuxième jaune de Pedro Mendes (72e) changeaient complètement la donne. Neymar se faisait justice lui-même en envoyant le coup-franc dans la lucarne (1-1, 73e). Cette fois, la machine était lancée pour de bon. Elle devenait même impitoyable. Sur l’action suivante, Paredes alertait Neymar, qui lançait Mbappé. Il crochetait Souquet avant de marquer d’un tir croisé (1-2, 76e). Neymar frappait un nouveau coup-franc, qui terminait cette fois sur le poteau (80e). Enfin, Mbappé, qui héritait d’un nouveau ballon du Brésilien sur le côté gauche, centrait parfaitement pour Icardi qui envoyait le cuir au fond d’une magnifique reprise (1-3, 81e). Paris s’est évité une mauvaise soirée mais les interrogations sur son niveau de jeu sont toujours d’actualité.

Le film du match à revivre sur notre live.

L’homme du match : Neymar (5,5) un début de rencontre marqué par l’engagement des Montpelliérains sur lui. Et cela a duré tout le match. Ce qui l’a profondément agacé et l’a sorti une bonne partie de son match. Frustrant par moment, le Brésilien se regarde jouer et ne lâche le ballon que rarement dans le bon tempo. Preuve de son match plus que moyen, le nombre de ballons qu’il a perdu (32 !). Il sauve sa prestation grâce à un coup franc magistral qui finit dans la lucarne de Rulli (1-1, 74e). Très proche de s’offrir un doublé sur un nouveau coup franc qui s’échoue sur le poteau (80e). Docteur Jekyll et de M. Hyde. La rédaction s’apprêtait à lui attribuer la note de 2 pour ses 70 premières minutes mais sa fin de match nous a contraint à élever sa note au-dessus de la moyenne.

MHSC :

- Rulli (5,5) : rarement mis à contribution durant cette rencontre alors que se présentait un trio de stars, le gardien argentin a su répondre présent. Vigilant sur ce coup-franc vicieux de Neymar qui filait dans le but (29e), il sort très vite dans les pieds de Sarabia (67e). Il est finalement battu sur trois situations sur lesquelles il ne peut pas grand-chose entre un coup-franc sublime de Neymar (74e), une frappe soudaine de Mbappé (76e), et la reprise d’Icardi (81e). Il est aussi sauvé par son poteau sur le coup-franc de Neymar (80e).

- Mendes (3) : averti dès la 5e minute pour une intervention pas maitrisée sur Bernat, l’ancien Rennais a dû se contrôler tout le match. Plus discret dans le trio défensif, il a cependant répondu présent, notamment lorsqu’il a fallu s’imposer pour couper les nombreuses montées de Bernat. Il a laissé ses partenaires à dix après un nouveau tacle sur Neymar (73e), ce qui offre le coup-franc de l’égalisation (74e). Sans lui, son équipe a sombré.

- Hilton (5,5) : le vétéran l’a joué à l’expérience et au placement. Rarement dans le duel, il s’est un peu éclipsé face à ses deux coéquipiers de la défense centrale et a pu les couvrir (33e, 52e). C’est comme ça qu’il a récupéré pas mal de ballons qui traînaient. Présent à la retombée de quelques centres parisiens, il a finalement passé une soirée assez tranquille et n’est pas directement impliqué sur les buts parisiens.

- Congré (5,5) : plus exposé que son capitaine, l’ancien Toulousain s’est montré solide. Des prises de décisions efficaces comme ses montées pour presser Mbappé et Icardi, et des relances qui ont permis à son équipe de faire avancer le jeu. Cerise sur le gâteau, il est l’origine du but marqué contre son camp par Paredes sur l‘ouverture du score (41e). Le passage à une défense à quatre a semblé lui faire perdre ses repères.

- Souquet (6) : il a vraiment bien tenu la route face à Neymar. Défendant de manière intelligente et pressant régulièrement son vis-à-vis, il a remporté de nombreux duels face au Brésilien, l’empêchant souvent de passer sur son côté. Il a eu plus de mal face à Bernat. Plutôt habile techniquement, l’ancien joueur de Nice a aussi amené le danger par quelques passes clés. Il est cependant fautif sur le but de Mbappé, trompé par son crochet (74e). Averti (85e).

- Le Tallec (6,5) : discret avec le ballon mais véritable combattant au milieu de terrain, il a su ajouter un peu de sel au jeu montpellierain en laissant traîner ses pieds sur les chevilles parisiennes et en imposant des duels durs l’homme. Le milieu de terrain a offert une grosse activité pour aller d’un bout à l’autre du terrain et surtout protéger sa défense. Il s’est mis dans le rouge en fin de rencontre.

- Chotard (5,5) : un vrai chien de garde. Pas vraiment impressionné par les stars du PSG, le tout jeune milieu de terrain a saisi Neymar par le col dès sa première intervention (3e). Il a d’ailleurs récupéré quelques ballons et a montré une forme d’intelligence dans son placement. Il s’est en revanche trop précipité avec le cuir dans les pieds et n’a pas toujours fait les bons choix. Averti (79e).

- Savanier (6,5) : blessé durant les deux premiers mois de la saison, le milieu de terrain retrouve rapidement des sensations. Des contrôles délicieux, des coups de pied arrêtés toujours bien frappés, dont celui qui amène le but de Paredes contre son camp (41e), il a su donner du rythme au jeu de son équipe. Il a pris des coups aussi et a fini par céder sa place à Mollet (67e), qui n’a vraiment eu l’occasion de se distinguer avec son équipe rapidement réduite à dix.

- Oyongo (4,5) : une grosse débauche d’énergie dans son couloir gauche. Il s’est surtout contenté de travailler pour le collectif et n’a pas pris beaucoup de risque avec le ballon. Néanmoins, il a été utile et a bien su bloquer les montées de Meunier. Averti (45e+3), il aurait pu écoper d’un second avertissement pour une semelle dangereuse sur Mbappé (66e). Sa fin de match est plus compliquée avec notamment un oubli de marquage sur Icardi (81e).

- Laborde (4) : lui aura un peu déçu ce soir. Il s’est efforcé à se sacrifier pour le collectif, à l’image de ce corner gagné dans les pieds de Thiago Silva mais il aura été trop brouillon pour attaquer. Il a d’ailleurs perdu un grand nombre de ballons (22 total le plus élevé à Montpellier). Son centre pour Delort aurait mérité meilleur sort (71e) mais c’est à peu prè tout. Remplacé par Sambia (77e) qui n’a pas pu contrer la furia parisienne.

- Delort (6) : l’attaquant a réalisé un bon match entre une grosse activité et un pressing efficace. Il n’a juste pas eu d’occasion. Une première frappe pleine de spontanéité (9e), des déplacements qui ont gêné un Kimpembe pas dans un grand jour et une grosse envie qui n’ont pas suffi. L’ex-Caennais a manqué de précision dans ses centres mais il aura été compliqué à maitriser pour le PSG.

PSG :

- Navas (5) : une rencontre difficile à analyser pour le gardien costaricien. Si en première mi-temps il est peu sollicité, il a répondu présent lorsqu’il le fallait. Mais il encaisse un but sur un CSC de Paredes où il ne parvient pas à intervenir correctement (41e). Plus tranquille par la suite, il a surtout aidé ses défenseurs avec son jeu au pied toujours fiable.

- Meunier (5) : solide dans son couloir. Le Belge a bien contenu les montées d’Oyongo. Offensivement, il n’a pas hésité à apporter le surnombre pour créer des décalages. Moins mis en danger par les montées des locaux sur son côté en deuxième période, il a apporté plus de solutions en attaque mais pas toujours dans le bon rythme avec certains retards dans les transmissions.

- Silva (6,5) : plutôt solide dans ses interventions, le Brésilien a apporté de la sérénité face à la détermination des Montpelliérains. Mais lui aussi a été bousculé par les attaquants adverses, notamment par Laborde qui lui a imposé un pressing incessant dans ses relances. Il a bien résisté faisant parler son aisance dans le jeu long, ce qui a amené le danger dans la défense adverse.

- Kimpembe (non noté) : le défenseur a eu du mal à entrer dans cette rencontre, bousculé par la vivacité de Delort notamment. Alors qu’il avait haussé le ton depuis quelques minutes, le Français a dû céder sa place sur une blessure musculaire après un dégagement devant Le Tallec. Remplacé par Diallo à la 17e (6). Après son match sérieux cette semaine contre Nantes, l’ancien du BvB est vite entré dans cette rencontre en mettant beaucoup d’intensité dans ses duels. L’international Espoirs français a pris quelques risques dans la relance qui aurait pu coûter cher à son équipe.

- Bernat (4) : sur le plan offensif, l’Espagnol s’est mis en valeur à plusieurs reprises en tentant des centres et des incursions dans son couloir. En revanche, défensivement cela a été beaucoup plus compliquée. Placé très haut, il a laissé énormément d’espaces dans son dos, ce qui a largement profité à Delort notamment.

- Sarabia (4) : aligné à ce poste inédit de milieu de terrain aux côtés de Gueye et Paredes, l’Espagnol a eu du mal à se mettre en valeur. Si c’est lui qui a allumé la première mèche avec une frappe sans danger pour Rulli (1e), il a été bousculé par le milieu montpelliérain. Il n’a pas vraiment résisté au défi physique imposé par les locaux et a connu un déchet technique étonnant avec 20 ballons perdus.

- Paredes (5) : pour sa première titularisation depuis le 1er novembre dernier, l’Argentin a été intéressant. Alors que les Héraultais ont mis beaucoup d’impact au milieu, l’ancien du Zénith s’est mis au niveau en répondant avec autorité et en essayant de diriger le jeu du PSG. Malheureusement, c’est lui qui ouvre le score contre son camp après une tête de Congré qui rebondit sur sa main (1-0, 41e), ce qui vient entacher sa prestation d’ensemble.

- Gueye (non noté) : du mouvement et des prises de balle intéressantes mais cela n’aura pas duré longtemps pour le Sénégalais. En effet, touché derrière la cuisse, il a rapidement laissé sa place à Kouassi (4). Pour ses premiers pas en Ligue 1, le défenseur central de métier n’a pas été inhibé par la pression. Il est tout proche d’ouvrir le score sur un coup franc de Neymar mais Rulli déviait in extremis (29e). Il a essayé de jouer juste mais semble encore un peu tendre pour ce niveau. Il a aussi été bougé dans les duels.

- Mbappé (6) : disponible et en mouvement, l’attaquant a fait d’énormes différences avec ses prises de balle. Pas toujours trouvé, il a parfois manqué de lucidité dans le dernier geste ou la dernière passe. Le Français a eu quelques fulgurances avec des débordements intéressants pour créer le danger et cela a fini par payer avec un but qui vient donner l’avantage à son équipe (2-1, 76e). Il sert parfaitement Icardi pour le but du KO (81e). Remplacé par Choupo-Moting (90e).

- Icardi (5) : des retours défensifs qu’on ne lui connaissait pas ou peu. Intelligent dans ses remises, l’Argentin a créé des espaces autour de lui mais cela n’a pas toujours été utilisée à bon escient. Pas énormément servi (13 ballons joués), il a eu n’a pas eu grand chose à se mettre sous la dent pour se montrer mais il a profité de sa seule véritable occasion pour inscrire une superbe reprise de volée (3-1, 81e).

- Neymar (5,5) : voir ci-dessus.