Un hold-up à domicile. Les mots prononcés par l’entraîneur angevin Stéphane Moulin à l’issue de la rencontre entre Monaco et le SCO (victoire 1-0 des hommes du Rocher) n’ont sans doute pas dû faire plaisir à l’ASM, mais ils ont parfaitement résumé la sensation laissée par l’équipe de Robert Moreno ces derniers temps. Malgré un groupe riche en joueurs de qualité, le club de la Principauté enchaîne les prestations fades. Et le remplacement de Leonardo Jardim par Moreno en cours de saison ne semble pas avoir changé grand-chose. Bousculés au Louis II au point de passer quasiment toute la deuxième période à défendre devant leur but, les Monégasques ont logiquement essuyé énormément de critiques dans les médias. Idem pour Roberto Moreno. À l’occasion de la conférence de presse organisée avant le déplacement à Amiens, l’Espagnol en a donc profité pour s’expliquer.

« On doit travailler pour gagner chaque match, mais quand un entraîneur arrive et commence à travailler, c’est bon d’avoir des victoires pour la confiance de l’équipe et ma confiance avec les journalistes, le club et les supporters. (…) J’ai vu le match (contre Angers) deux ou trois fois. Je suis très content parce qu’on a eu deux jours pour changer notre système de jeu. Ce n’est pas facile pour les joueurs de recevoir autant d’informations et de les appliquer. Rester dans la surface et défendre, ce n’est pas mon objectif. Mais je suis fier de voir tous mes joueurs défendre. Quand je suis arrivé, on m’a parlé des problèmes de défense de Monaco. On a vu Ben Yedder, Jovetic et tous les attaquants venir aider pour maintenir le résultat. On a vu faire des choses inhabituelles à Monaco. C’est une question d’humilité à un moment où on a besoin de victoire. Je suis fier de mes joueurs ».

Pas de problème avec Slimani

Ravi du comportement de ses ouailles même si la manière n’y est pas, Moreno a également abordé l’autre sujet chaud de l’actualité monégasque : le cas Islam Slimani. Titulaire devenu remplaçant en un éclair, le Fennec était pourtant le partenaire privilégié de Wissam Ben Yedder. Resté sur le Rocher cet hiver alors qu’un départ semblait acquis, l’international algérien suscite bien des interrogations. Mais Moreno le jure : seul l’entraînement, et rien d’autre, fait figure de juge de paix. « Il n’y a pas de hiérarchie pour moi, il est prêt à jouer samedi. Il s’entraîne très bien. Il y a le mérite de chaque entraînement. S’il s’entraîne bien, il aura la possibilité d’être avec l’équipe samedi ou mardi prochain. Je suis très content d’avoir ce problème. Je dois mettre Slimani, mais Jovetic a marqué, Ben Yedder a marqué, Keita a marqué aussi. Geubbels s’est entraîné incroyablement bien, Pellegri va arriver, c’est très bon pour moi », a-t-il indiqué, avant d’évoquer le thème de la concurrence en général à l’ASM. 

« Il n’y a pas de problème avec Golovin et Fabregas. C’est la concurrence. Celui qui s’entraîne bien va jouer. Je vais mettre les joueurs que je pense être les meilleurs pour gagner chaque match. Pourquoi faire une rotation ? Avec quel objectif ? S’ils (les joueurs) savent qu’il y a une rotation, pourquoi vont-ils faire des efforts ? À Monaco, il y a beaucoup de bons joueurs, il y a la concurrence, la situation est même pour tous. » Heureux de disposer d’un effectif riche en nombre et en qualité, Robert Moreno fait passer ses messages. Seront-ils suivis d’effets pour autant ?