La Youth League est une promotion inespérée pour tous les jeunes évoluant dans cette compétition. Alors que les projecteurs n’étaient par le passé pas forcément braqués sur des U19 encore jeunes, les voilà propulsés sur le devant de la scène, avec des affiches retransmises sur le petit écran et des confrontations européennes d’envergure suivies de près par tous les recruteurs du Vieux continent. Ce tournoi, Houssem Aouar le marque de sa classe. Ce mardi après-midi, sur la pelouse (que l’on qualifiera de champêtre) du Dinamo Zagreb, le maître à jouer a permis à l’Olympique Lyonnais d’égaliser, avant de s’imposer 1-2 dans une partie compliquée. Incisif, notamment en deuxième mi-temps, il s’est procuré deux autres occasions franches, du droit et de la tête.

Une performance qui vient après des prestations déjà abouties dans cette épreuve, au cours de laquelle il a déjà trouvé le chemin des filets face à la Juventus Turin et au FC Séville. Avec déjà trois buts au compteur, inscrits chaque fois en déplacement, lorsque l’adversité est encore plus importante, le maître à jouer rhodanien confirme tous les espoirs placés en lui dans la capitale des Gaules : « Houssem a cette aisance technique, cette bonne vision du jeu qui lui permet de voir vite. Il a les deux pieds, peut accélérer le jeu, mais peut aussi garder le ballon dans les pieds quand il le faut, sans compter sa capacité à éliminer en un contre un. C’est un deuxième attaquant, ou un meneur de jeu, voire un relayeur, mais il a cette qualité de finisseur, capable de marquer et de distiller la dernière passe », nous confiait Gérard Bonneau, responsable du recrutement des jeunes à l’OL, en mars dernier.

Jean-Michel Aulas et Karim Benzema sous le charme de Houssem Aouar

Des propos élogieux qui témoignent de l’incroyable cote dont dispose l’intéressé, cote symbolisée par l’affection que lui porte Jean-Michel Aulas. Grand admirateur de sa jeune promesse, le président du club septuple champion de France n’hésite pas en privé à vanter les mérites de son poulain, pour lequel il avait tenu à être présent lors de la signature de son premier contrat professionnel, poignée de main à la clé. Promis au plus grand avenir, l’élégant métronome, qui a récemment ouvert des comptes Twitter et Instagram, a d’ailleurs eu droit à un joli coup de pub de la part de Karim Benzema sur le dernier réseau social cité, l’avant-centre du Real Madrid affichant une photo du prodige accompagnée de la légende : « Allez follow Houssem Aouar, la nouvelle pépite de l’Olympique Lyonnais, la relève du 69 ».

Benzema s'enflamme pour Aouar sur Instagram Cliquez sur la photo pour zoomer

Comme une passation de pouvoir, comme un passage de témoin d’un Gone devenu star à un Gone promis à le devenir, ce message vient encore conforter le statut du milieu de terrain, auteur d’un but en quatre matches de CFA cette saison. L’engouement est tel que, après le match de Youth League disputé ce mardi à Zagreb, certains supporters de l’OL ont manifesté leur envie de voir Aouar avoir sa chance en équipe première dans cette saison, chance dont il n’a pas pu bénéficier jusqu’alors malgré des apparitions durant les matches amicaux de l’été, comme face au Benfica Lisbonne au Parc OL : « J’ai envie de les intégrer, mais il faut être prudent car ça peut être à double tranchant. On est dans une période qui n’est pas facile au niveau des résultats, ça peut parfois être difficile pour eux. Il faut les concerner, mais aussi faire attention à ne pas les brûler quand on les intègre », lançait Bruno Genesio fin septembre au moment d’évoquer l’intégration de certains jeunes de la Youth League dont Aouar au sein du groupe professionnel.

Pourtant, et tous les habitués du Groupama OL Training Center pourront vous le confirmer, à chaque apparition de Houssem Aouar au sein du groupe professionnel à l’entraînement, ce dernier ne souffre pas de la comparaison avec ses aînés, et apparaît en mesure de pouvoir apporter quelque chose, si ce n’est sur la totalité d’une rencontre, sur certaines séquences comme en fin de match. Si la concurrence est effectivement rude dans l’entrejeu et que certains éléments plus expérimentés ont déjà du mal à avoir du temps de jeu, toujours est-il que la valeur d’un joueur n’attend point le nombre des années et que, à maintenant 18 ans, celui que l’on vous présentait dès le mois de mai 2015 est à un âge où il peut prétendre à taper à la porte du groupe professionnel. Appelé pour le déplacement à Lorient fin septembre, le meneur de jeu n’a depuis pas vu cette opportunité se présenter à nouveau. Qui sait, avec une série infernale de 8 matches à disputer en 24 jours avant la trêve hivernale, Bruno Genesio pourrait se laisser tenter...