Vinicius Junior et Rodrygo (Real Madrid), Renan Lodi (Atlético de Madrid), Arthur Melo (FC Barcelone), Lucas Paqueta et Léo Duarte (AC Milan), Paulinho (Bayer Leverkusen) ou encore Emerson (Betis), ces dernières années, plusieurs jeunes talents brésiliens ont fait le grand saut vers l’Europe. Un exemple qu’a suivi Jean Lucas lors de cet été 2019. Grand espoir de Flamengo, le milieu de terrain âgé de 21 ans, qui était prêté à Santos l’an passé, a tapé dans l’œil de Juninho. Le directeur sportif de l’Olympique Lyonnais a donc tout fait pour que le jeune joueur signe chez les Gones. Malgré une clause fixée à 23 M€, il a débarqué chez les pensionnaires du Groupama Stadium le 25 juin dernier contre un chèque de 8 M€, avec un intéressement en cas d’éventuelle revente.

Présenté quelques heures après l’officialisation de son transfert, Jean Lucas était revenu sur les coulisses de son transfert. « Juninho m’a appelé, il m’a demandé de venir ici. J’avais envie de connaître la France, j’en parle depuis petit. Juni m’a appelé et je lui en suis reconnaissant. C’est ce qui a fait basculer ma décision ». Rapidement, le club rhodanien avait expliqué que le milieu auriverde était un pari sur l’avenir et qu’il faudrait lui laisser du temps. Présent lors de la reprise, il avait participé au stage à Tignes ainsi qu’aux matches amicaux, où il avait montré quelques qualités intéressantes. Des qualités que Sylvinho, alors en poste, semblait apprécier. Ainsi, le natif de Rio de Janeiro est apparu à 7 reprises toutes compétitions confondues. Ce qui est beaucoup plus qu’un élément comme Pape Cheikh Diop lors de ses premiers mois à Lyon par exemple.

Jean Lucas attend son heure

Ainsi, Jean Lucas, qui a toujours été remplaçant, a pu faire ses premiers pas en Ligue 1 Conforama (9 août contre Monaco), marquer son premier but en championnat (16 août contre Angers) et découvrir la Ligue des Champions (2 octobre contre Leipzig). Au total, il a ainsi joué 73 minutes depuis le début de l’exercice 2019-2020. Un temps de jeu qui n’est pas forcément surprenant, vu la forte concurrence à son poste ainsi que la gestion que le club souhaitait mettre en place avec lui. Avec le départ de Sylvinho et l’arrivée de Rudi Garcia sur le banc olympien, les cartes sont désormais redistribuées pour lui comme les autres. Convoqué dans le groupe retenu pour affronter Dijon samedi (0-0), Jean Lucas a été envoyé en tribunes par son nouveau coach. Une situation que le footballeur a pris positivement, lui qui affichait son sourire habituel après la rencontre.

Lucide sur son cas, le milieu auriverde, sous contrat jusqu’en 2024, a fait un bilan de ses premiers mois chez les Gones dans un entretien accordé à nos confrères de Lyon Capitale. « Il y a de la concurrence à chaque poste. Dans ma vie, rien n’a été facile. J’ai toujours dû gagner ma place. Je ne me suis jamais laissé abattre. Il y a de grands joueurs ici, et c’est bien. Je vais continuer à travailler et remettre ça dans les mains de Dieu. Ça viendra (...) Je ne veux pas être de passage ici. Je veux laisser quelque chose, une trace. J’ai ça en tête. Comme tous mes coéquipiers, on veut aider ce club. On va tout donner pour faire de belles choses ». Puis il a conclu : « Il faut toujours chercher à évoluer, à progresser. Mes points forts, ce sont les frappes. J’ai aussi de la puissance et je suis très technique. Pour les points faibles, je dois améliorer mon jeu de tête. Oui, c’est ça, mon point faible (sourire) ». En apprentissage, Jean Lucas espère passer un cap et se faire une place à Lyon.