Opposé au Zenit mardi soir dans le cadre de la 1ère journée de Ligue des Champions, l’Olympique Lyonnais n’avait pas pu faire mieux qu’un match nul (1-1). Le lendemain, le Paris Saint-Germain a fait forte impression en dominant facilement le Real Madrid au Parc des Princes (3-0). Et après leur match européen, les deux clubs français s’affrontaient ce dimanche soir pour le dernier match de la 6e journée de Ligue 1. Un match particulier puisque lors de la dernière confrontation, toujours au Groupama Stadium, les Gones avaient fait tomber les Parisiens (2-1) en février, alors que ces derniers étaient encore invaincus en L1. Du coup, le club de la capitale voulait prendre sa revanche ce soir. Le leader du championnat se présentait d’ailleurs en 4-3-3. Diallo, Herrera, Neymar et Choupo-Moting étaient titulaires. Côté lyonnais, Sylvinho sortait un 5-3-2 avec Andersen en défense ou encore Aouar de retour dans l’entrejeu, lui qui avait vécu le match de C1 sur le banc de touche.

Devant leur public, les Gones démarraient bien la partie et Thiago Mendes allumait la première mèche de loin (5e). Mais sur leurs offensives, les Parisiens jouaient rapidement les coups pour venir créer le danger, avec principalement Neymar et Di Maria à l’origine. Si Marcelo s’interposait devant Neymar (10e), Lopes sortait lui la première frappe cadrée de la rencontre, oeuvre de Choupo-Moting (13e). L’international portugais était très précieux côté lyonnais puisqu’il s’imposait ensuite devant Neymar (23e). De l’autre côté du terrain, les Lyonnais manquaient un peu plus de précision, à l’image de Dembélé (21e) ou encore Depay (23e) imprécis devant le but de Navas. Les occasions les plus dangereuses étaient donc parisiennes, et Lopes devait encore capter un ballon dangereux dans sa surface après un cafouillage (33e). Le gardien lyonnais était donc dans son match, tout comme Andersen qui multipliait les interventions précieuses, notamment sur ce centre puissant de Bernat (38e).

Neymar débloque (encore) la situation !

Le score à la pause était donc de 0-0, et c’était en grande partie grâce, ou à cause, de Lopes, encore une fois infranchissable sur un coup-franc millimétré de Neymar (41e). Au retour des vestiaires, les Parisiens gardaient la possession du ballon et les Gones attendaient les contres. Justement, sur l’un d’eux, Koné trouvait Aouar dans la surface dont la reprise fuyait le cadre (49e). Plus le temps passait, plus les Lyonnais jouaient bas, ce qui perturbait les champions de France. Sans solutions dans le jeu, les hommes de Thomas Tuchel tentaient alors de créer le danger sur les coups de pied arrêtés. Neymar trouvait Diallo sur un corner mais la tête du défenseur français passait de peu à côté (59e). Cette deuxième période était un peu à sens unique, beaucoup plus que la première, mais le verrou lyonnais ne cédait pas. Un peu moins en vue au retour des vestiaires, Di Maria revenait lui à la charge sur une frappe en angle fermé mais c’était au-dessus (72e).

C’était alors l’heure des changements pour les deux entraîneurs et Sylvinho faisait sortir Marcelo pour Tete. Un choix pas payant derrière... Encore actif devant la surface lyonnaise, Neymar jouait avec Choupo-Moting qui le retrouvait dans la surface. Dos au but, le numéro 10 éliminait alors facilement Tete pour décocher une frappe croisée et ouvrir la marque (87e, 0-1). Déjà décisif la semaine dernière contre Strasbourg pour son retour, l’ancien joueur du FC Barcelone remettait donc ça ce soir. L’OL ne rendait pas les armes pour autant et sur une ultime action, Koné voyait son boulet de canon frôler le montant opposé de Navas (90e+4). Au Groupama Stadium, le Paris Saint-Germain s’imposait donc 1-0 face à l’Olympique Lyonnais grâce à une réalisation de Neymar. Avec cette victoire, le PSG gardait donc la tête de la L1 avec trois points de plus qu’Angers. L’OL était neuvième.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Neymar (7,5) très en jambes, le Brésilien avait beaucoup d’envie ce soir. Il bute une première fois sur Lopes où Di María le sert idéalement (23e). Sa connexion avec l’Argentin a été prépondérante, ils n’ont pas arrêté de se chercher pour créer le déséquilibre dans la défense lyonnaise. Il a failli ouvrir le score sur coup-franc mais Lopes s’est parfaitement détendu pour détourner en corner (41e). Par la suite, les défenseurs adverses l’ont marqué de plus près mais cela ne l’a pas empêché d’être le danger numéro 1. Son but dans les dernières minutes en est le parfait exemple, car il trouve la faille dans un angle impossible (87e). Pour son deuxième match de la saison en Ligue 1, l’international auriverde est monté en puissance et a encore une fois prouvé qu’il pouvait changer un match à lui seul. Remplacé par Kurzawa (90e+1), qui est passé faire coucou.

Olympique Lyonnais

- Lopes (7) : souvent important pour l’OL, le gardien portugais a une nouvelle fois répondu présent ! Dans ses cages, le portier lyonnais a écœuré les attaquants parisiens jusqu’à la 87e minute et le but de Neymar. Après une petite frayeur en début de match, il est resté vigilant avant la pause sur un tir de Choupo-Moting (12e), une frappe de Di Maria (24e) et deux grosses occasions de Neymar (22e, 41e), qui est revenu à la charge dans le deuxième acte (52e, 69e) avant de trouver la faille. En clair, l’OL a longtemps tenu le nul grâce à lui. Mais il n’a rien pu faire sur l’ultime tentative de l’ancien Barcelonais.

- Dubois (4) : avec des joueurs comme Neymar et Bernat dans son couloir, l’ancien Nantais allait avoir du boulot ce soir, et il en a eu. Mais malheureusement, il n’a pas su s’imposer sur les offensives parisiennes, lui qui a souvent été en retard face au Brésilien. La plupart des actions du PSG sont passées par son côté et ce n’est pas pour rien. Seul point positif : il a apporté quelque chose sur ses quelques montées en première période.

- Marcelo (5,5) : beaucoup plus exposé que Denayer par exemple au sein de la défense à trois de l’OL, le Brésilien a alterné les mauvaises interventions avec des choses intéressantes. Souvent opposé à son compatriote Neymar, le numéro 6 a souffert à certains moments (2 fautes commises), mais sans conséquence derrière. Il a ensuite laissé sa place à Tete (74e). Le Néerlandais n’a pas réussi à défendre sur Neymar, qui a alors offert la victoire au PSG...

- Andersen (6,5) : de retour dans le onze de départ de Sylvinho, le défenseur danois devait saisir sa chance, et il l’a fait ! Titulaire dans l’axe de la charnière centrale, l’ancien joueur de la Sampdoria a souvent sauvé son équipe sur des situations chaudes, comme par exemple sur une frappe de Di Maria (15e) ou un centre tendu de Bernat (38e). Et après la pause, il est resté très concentré et Choupo-Moting n’a jamais réussi à le devancer.

- Denayer (5,5) : le capitaine de l’Olympique Lyonnais ne s’est pas beaucoup montré ce soir, mais c’est avant tout parce que les Parisiens ont amorcé leurs attaques de l’autre côté. Cependant, il a fait le job sur le côté gauche avec notamment une belle couverture en début de rencontre alors que Di Maria semblait prêt à marquer (4e). Le Belge est donc précieux derrière.

- Koné (6) : pas forcément très inquiété dans son couloir, sauf en début de rencontre, l’ancien joueur du LOSC a livré une prestation correcte. Très actif, le joueur de 24 ans n’a pas arrêté de courir pour faire la navette entre la défense et l’attaque, lui qui a souvent centré dans ce match. Son tir en fin de match a failli offrir le nul à l’OL (90e+4). À noter également qu’il a récupéré dix ballons sur son côté, mais en a perdu quinze.

- Reine-Adélaïde (6) : auteur d’un très bon match face au Zenit mardi soir, l’ancien Angevin voulait certainement enchaîner aujourd’hui. Un peu moins en vue face au PSG, il a tout de même été précieux dans l’entrejeu. Omniprésent, c’est lui qui a amorcé les offensives lyonnaises, notamment grâce à sa qualité technique. Avec le scénario de la rencontre, le joueur de 21 ans n’a pas pu apporter ce petit plus mais il a fait ce qu’il avait à faire. Remplacé à la surprise générale par Tousart (72e).

- T. Mendes (5,5) : aligné en tant que sentinelle, le milieu de terrain brésilien a réalisé un bon match. S’il a récupéré dix ballons face aux milieux parisiens, il a surtout réussi 95% de ses passes sur une cinquantaine de ballons joués. Ses transmissions ont d’ailleurs été très importantes dans cette rencontre. Remplacé par Traoré en fin de match (89e), qui n’a pas eu vraiment le temps de s’illustrer.

- Aouar (3) : de retour dans le onze de départ, l’international Espoirs français n’a pas marqué de points, loin de là. Sans doute un peu juste physiquement, il n’a jamais été décisif que ce soit balle au pied ou non. Après la pause, on l’a rapidement vu avec une reprise au-dessus (49e), puis il a une nouvelle fois disparu des radars. Sylvinho ne l’a pas remplacé. Un choix assez surprenant vu la prestation du joueur de 21 ans.

- Dembélé (3,5) : le joueur formé au Paris Saint-Germain a vécu une rencontre très compliquée. Un peu isolé devant, puisque Depay a joué un peu plus bas, l’attaquant de 23 ans n’a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Il a tenté sa chance à trois reprises et n’a jamais accroché le cadre... Et sur 33 ballons touchés, il en a perdu 17 ! Un match à oublier donc pour lui.

- Depay (4) : positionné sur le front de l’attaque avec Dembélé, l’international néerlandais a rapidement dézoné pour jouer en numéro 10. Sur les offensives lyonnaises, pas nombreuses ce soir, il a à chaque fois été servi. Mais comme son coéquipier devant, le joueur de 25 ans, qui a aussi perdu de nombreux ballons (22 !) n’a pas cadré une seule de ses frappes.

Paris Saint-Germain

- Navas (5,5) : le PSG semble avoir trouvé le gardien qui lui manquait ces dernières années. Même s’il a peu été sollicité, il a diffusé calme et sérénité dans ses interventions. Toujours bien placé, il s’est rarement mis à défaut. Son jeu au pied a été déterminant sur certaines phases de jeu.

- Meunier (6) : son début de match a été de bien meilleure facture que contre le Real, mercredi. Il couvre et coupe parfaitement un contre de Memphis alors que le Néerlandais allait défier Navas (26e). Par la suite, il a été omniprésent dans son couloir. Il a avalé les espaces et ses centres ont souvent mis en difficulté la défense lyonnaise. Il est clair qu’on l’a plus vu en attaque qu’en défense car Lyon n’est pas beaucoup passé sur les ailes.

- Silva (7) : le capitaine parisien a donné le ton de sa soirée d’emblée. Il n’a pas lâché Memphis Depay d’une semelle quitte à monter très haut sur lui et l’empêcher de se retourner (10e). Souverain dans les airs, il a forcé son bloc à jouer très haut afin d’avoir la maîtrise des débats.

- Diallo (6) : le défenseur français est bien entré dans son match avec un duel remporté face à Reine-Adelaïde (19e). Il prend un jaune alors qu’il ne touche pas Dembélé, ce qui a réduit son impact physique dans les duels mais l’a obligé à anticiper beaucoup plus. Il est tout proche d’ouvrir le score sur une tête peu académique à la suite d’un corner mais sa tentative passe juste à côté (59e). Il est passé à gauche après la rentrée de Kimpembe et n’a pas hésité à apporter le surnombre en attaque.

- Bernat (6,5) : le latéral gauche peut être un vrai poison pour son adversaire direct avec ses crochets courts et ses appels-contre-appels incessants. Comme à son habitude, il n’a pas arrêté dans son couloir. Sûr défensivement, il a souvent été un relais important dans les offensives parisiennes. Remplacé par Kimpembe (73e) qui a apporté de la densité physique en fin de match.

- Marquinhos (6) : la plaque tournante du PSG était bien réglée ce soir. À droite, à gauche, dans l’axe, dans les duels, il a joué simple mais a été très efficace. On le sent de plus en plus à l’aise à ce poste de numéro 6, il est toujours disponible pour ses coéquipiers, ce qui leur facilite la vie.

- Herrera (6) : titularisé pour la première fois de la saison en Ligue 1, l’Espagnol a vite trouvé ses repères dans ce milieu à trois. À l’aise techniquement, il s’est appliqué à bien ressortir le ballon sur les contre-attaques parisiennes. Présent entre les lignes, il a souvent joué en une touche afin d’accélérer le jeu parisien. Remplacé par Verratti (72e), dont la technique et l’activité ont permis à ses attaquants de se procurer des situations.

- Gueye (6) : moins dominateur que contre le Real, son travail de harcèlement est toujours aussi important. Son placement entre les lignes a été très difficile à lire pour les Lyonnais. Il a étouffé le milieu lyonnais qui n’avait pas le temps de construire sans voir le Sénégalais presser haut comme le prouve le nombre de ballons qu’il a récupérés (10). Les rencontres passent et Gueye se montre de plus en plus indispensable.

- Di María (6,5) : l’Argentin a été le premier défenseur de son équipe. Comme souvent, il n’a pas ménagé ses efforts et a initié très haut le pressing parisien. Très mobile, il s’est déplacé sur tout le front de l’attaque et a cherché à combiner avec Neymar. Il a été beaucoup plus discret en seconde période, sûrement dû à un creux physique après sa débauche d’énergie en Ligue des champions cette semaine.

- Neymar (7,5) : voir ci-dessus

- Choupo-Moting (5) : le Camerounais a connu une première mi-temps en demi-teinte. Disponible, il a souvent joué en première intention afin de créer de l’espace pour Di María et Neymar. Si son rendement offensif a été déficient ce soir, son travail défensif mérite d’être souligné. L’attaquant est parfois redescendu très bas, soit pour gratter des ballons, soit pour gêner la relance adverse.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10