Sa parole était forcément très attendue. Mis à pied et mis à la porte par les dirigeants de l’Olympique de Marseille, Adil Rami a vu son aventure phocéenne se terminer de manière très brutale. Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’affaire, c’est un passage à la télévision dans l’émission Fort Boyard qui est à l’origine de son départ de l’OM. L’équipe Eyraud a estimé que le joueur avait commis une faute grave en participant à l’émission alors qu’il était blessé. Une manoeuvre que beaucoup considèrent comme la seule solution trouvée par la direction marseillaise pour se séparer d’un élément moins en forme touchant un salaire élevé pour les finances olympiennes. Obligé de composer avec l’exposition médiatique de ses déboires personnels avec son ex-compagne, Rami a vu les tuiles s’enchaîner dernièrement.

Longtemps muré dans le silence, l’ancien Lillois a enfin choisi de s’exprimer au micro de RMC Sport. Il a tout d’abord fait le point sur sa situation actuelle. « Ça va, fidèle à moi même, j’essaie de garder le moral, de penser positif, d’avancer. Je reste optimiste, je suis bien entouré. Le sourire et le travail sont mes médicaments. Il faut savoir que depuis l’année dernière, j’ai commencé à reprendre une préparation, j’étais suivi par des préparateurs. J’avais déjà en tête une revanche à prendre par rapport à la mauvaise saison que j’avais faite. Mais du coup, on m’a coupé l’herbe sous le pied. Aujourd’hui, je continue à Cannes. Ça m’aide beaucoup mentalement. Aujourd’hui, je suis libre et déterminé. Le fait qu’on ait pris du temps avec l’OM, les gens ne connaissaient pas ma situation. Il y a eu un grand désaccord avec les dirigeants de Marseille. Je laisse mes avocats s’en occuper. »

Rami ouvert à tout

Discret sur ses différends avec l’OM, Rami a tout de même tenté d’expliquer les raisons de ses derniers mois compliqués sur la Canebière. « J’avance grâce à la force de mon mental. J’ai vraiment confiance en mon mental. On m’avait prévenu que ça allait être dur après une Coupe du Monde. Plusieurs choses ont fait que j’ai fait une mauvaise saison à l’OM : très peu de vacances, pas de préparation et pour moi la préparation, c’était important. Après, on n’a pas tous fait une bonne saison. (...) J’aime ça, quand on n’a plus confiance en moi. J’attends qu’une chose : retrouver un club et montrer à tout le monde que je suis là. Je laisse parler les gens et aujourd’hui on a l’impression que moins on parle et plus on a tort. Mais je reste concentré sur mon travail. »

Bien décidé à revenir sur le devant de la scène, Rami a ensuite enfin évoqué son avenir. Annoncé à Toulouse, le champion du monde 2018 n’a toujours pas de club. Et visiblement, il veut prendre son temps. Pas fermé à l’idée de rester en Europe ou de tenter un challenge plus exotique, l’ancien défenseur phocéen veut surtout rechausser les crampons. « Tout est possible. Le plus important, c’est le football, sentir la pelouse. Chambrer, être chambré. Avoir de l’adrénaline, de la compétition. Je sais que mes agents ont beaucoup d’appels. J’attends tranquillement. Rester en France ? Je ne sais pas encore. J’ai envie de donner tort à certaines décisions prises par certains dirigeants. Je reste serein, que ce soit en France ou à l’étranger. Je suis partant pour le combat. (…) Je suis prêt à redevenir le Adil Rami que vous connaissez ». C’est dit !

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10