Pour clôturer cette dix-septième journée de Ligue 1, l’Olympique de Marseille accueillait les Girondins de Bordeaux à l’Orange Vélodrome. Victorieux à Angers (2-0) en début de semaine, les Olympiens pouvaient consolider leur deuxième place en cas de succès face à leur rival bordelais. Côté Girondins justement, l’objectif demeurait limpide après la gifle infligée à Nîmes (6-0) : réduire la voilure sur son adversaire du soir. Pour ce choc, André Villas-Boas alignait un 4-3-3 et devait se passer des services de Dario Benedetto en pointe. Valère Germain remplaçait le buteur argentin au coup d’envoi. Son compatriote portugais Paulo Sousa optait pour un 3-4-3 avec le trio, De Préville, Maja, Adli en attaque. Dès les premiers instants, l’OM exerçait une grosse pression. Dans la surface, Dimitri Payet tentait une frappe enroulée repoussée en corner par Koscielny (3e).

En début de match, la disposition tactique bordelaise gênait sensiblement les Marseillais. Bordeaux montrait le bout de son nez avec Maja bien servi par Sabaly dans la surface. La frappe de l’attaquant nigérian n’inquiétait pas Mandanda (12e). Les hommes de Villas-Boas prenaient l’ascendant dans l’entrejeu et Payet voyait son centre mal renvoyé par la défense bordelaise. Le cuir revenait sur Rongier dont la frappe était contrée par Otavio (21e). Les Girondins prenaient l’avantage à la demi-heure de jeu. De Préville portait bien le ballon et s’appuyait sur Maja. La remise du buteur nigérian arrivait sur Adli dont la superbe frappe trompait Mandanda (0-1, 31e). L’OM tentait de réagir avant la pause avec Payet à la baguette. Le numéro dix marseillais s’appuyait sur Germain avant de décocher une belle frappe bien captée par Costil (38e). Le portier bordelais devait s’employer une nouvelle fois en repoussant d’une manchette un centre de Sakai (45+3).

Bordeaux craque totalement en seconde période

Au retour des vestiaires, l’Olympique de Marseille remettait les pendules à l’heure. Costil concédait bêtement un corner sur une mauvaise passe de Pablo. Payet frappait le corner pour la tête rageuse d’Amavi qui égalisait (1-1, 48e). Cette égalisation galvanisait les hommes d’André Villas-Boas qui accentuaient leur pression sur les buts de Costil. Cela se traduisait notamment par les montées des latéraux marseillais dans les couloirs. Dans tous les bons coups ce soir, Payet dans la surface décalait Rongier dont la frappe était déviée en corner par Tchouaméni (59e). L’OM prenait logiquement l’avantage suite à une incroyable erreur de relance de Pablo qui profitait à Sanson. Le milieu olympien se débarrassait de Tchouaméni et décochait une lourde frappe imparable pour Costil (2-1, 60e).

Six minutes plus tard, Radonjic sur corner trouvait Rongier dont la volée était repoussée difficilement par Costil (66e). L’OM manquait le break avec Sanson qui récupérait un ballon dans les pieds de Tchouaméni. Le milieu olympien trouvait Radonjic qui lui remettait dans la surface. L’ancien Héraultais seul face à Costil voyait son piqué passer à côté (73e). L’OM procédait en contres en fin de match. Radonjic sur la gauche filait vers la surface et voyait sa frappe stoppée par Costil (83e). Les Olympiens scellaient le sort du match suite à un ballon récupéré par Rongier qui décalait Radonjic côté gauche dont l’intérieur du pied dévié par Tchouaméni terminait au fond des filets (3-1, 90+2). Grâce à ce nouveau succès, l’OM consolidait sa deuxième place et revenait à cinq points du PSG.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Sanson (8) : comme lors des dernières rencontres, le milieu de terrain était partout, que ce soit défensivement ou offensivement, et n’a cessé de faire monter le compteur de kilomètres. Dans le jeu, il aura touché beaucoup de ballons qu’il a lui-même été cherché. Une prestation qui a été récompensée par son deuxième but de la semaine, redonnant l’avantage à son équipe (60e). Il n’est pas passé loin d’inscrire un doublé dans une action où il aura été partout (73e). Remplacé par Strootman (83e)

OM

- Mandanda (5,5) : le capitaine de l’OM n’a pas eu grand chose à faire en première période si ce n’est devant Maja (13e). Malheureusement pour lui, il n’a rien pu faire sur l’ouverture du score d’Adli, bien aidé par le poteau (31e). Ensuite, le portier n’a rien eu à faire. Les rares ballons qu’il a pu toucher étaient en provenance de sa défense centrale qui voulait jouer la sécurité si on enlève celui qu’il a capté en toute fin de rencontre (90e).

- Sakai (5,5) : le Japonais a connu quelques difficultés à s’imposer sur son côté droit bien qu’il a failli être passeur décisif, mais Costil a réalisé une très belle sortie juste avant la mi-temps (45e+2). Il a profité de la domination marseillaise au retour des vestiaires pour être un peu plus actif.

- Caleta-Car (6) : le défenseur central a réalisé une première période assez propre avant que l’arbitre ne siffle sur quelques interventions qui l’ont fait sortir un peu de son match, et il a aussi écopé d’un carton jaune (45e). Il n’aura pas été beaucoup inquiété en deuxième période puisque Bordeaux a beaucoup subi. Il aura également réussi à relancer proprement.

- Alvaro (5,5) : il a fait son retour dans le onze de départ après avoir purgé sa suspension. Il n’a pas vraiment eu de quoi se montrer, notamment lors des duels durant les 45 premières minutes. L’ancien joueur de Villarreal a joué simple, privilégiant la sécurité et n’hésitant pas à faire participer Mandanda dans la conservation du ballon.

- Amavi (6,5) : de retour en forme ces derniers temps, le latéral gauche a remis en avant ses quelques limites lors de la première période. Des pertes de balles et des duels perdus qui lui ont valu d’écoper d’un carton jaune pour un tacle pas maîtrisé sur De Préville (27e). Au retour des vestiaires, il a transformé le corner de Payet en balle d’égalisation de la tête (47e). Par la suite, lui aussi aura été très remuant et bien plus intéressant que dans la première partie de la rencontre.

- Sanson (8) : voir ci-dessus.

- Kamara (6) : le jeune défenseur a une nouvelle fois été positionné devant la défense par André Villas-Boas et sa prestation n’a pas été à l’image de ces dernières sorties à ce poste. Auteur une première frappe à 25 mètres des buts sans grand danger (2e), il a eu un peu plus de mal à s’imposer dans les duels. La mi-temps lui a fait du bien, profitant ensuite d’un Bordeaux qui a douté pour se montrer plus impérial dans le jeu.

- Rongier (7) : l’ancien Nantais continue de s’imposer dans le cœur du jeu marseillais avec ses nombreuses récupérations et ses multiples courses. Il lui a manqué de la réussite devant le but à l’image de sa double tentative qui a été repoussée à deux reprises par la défense (20e), ou sa frappe qui est passée de peu au-dessus (58e) lorsqu’elle n’a pas trouvé Costil sur son passage (67e). Il a été passeur décisif pour Radonjic dans une action où il a lui-même récupéré le ballon (90e+2).

- Sarr (5,5) : de nouveau positionné sur l’aile droite, l’ancien Messin, qui avait envie de bien faire, n’a pas hésité à faire parler ses dribbles qui malheureusement n’auront pas permis à son équipe de trouver la faille pendant les 45 premières minutes. Cela ne l’a pas empêché d’être très actif dans le jeu marseillais même s’il a perdu la majorité de ses duels. Remplacé par Lopez (76e).

- Germain (4) : la blessure de Benedetto lui a permis de revenir dans le onze de départ à la pointe d’une attaque qui s’est heurtée à une défense attentive de Bordeaux, ce qui ne lui a pas permis de se montrer offensivement bien qu’il n’a pas hésité à faire les efforts défensifs à l’image de son intervention au contact de Maja (13e). Un manque de réalisme et très peu de ballons touchés pour lui (20). Remplacé par Radonjic (64e) qui s’est illustré en inscrivant le troisième but de l’OM dans le temps additionnel (90e+2).

- Payet (7) : dans son couloir gauche, le numéro 10 de l’OM a essayé de percer le bloc des Girondins de par ses passes dont il a le secret mais sans succès en première période, tout comme sa frappe captée par Costil (39e). Il a été le passeur décisif sur corner lors de l’égalisation d’Amavi (47e). Attentif, il a failli inscrire un but exceptionnel de 40 mètres en voulant lober Costil qui était avancé, mais la balle a terminé de peu au-dessus de la cage (80e).

Bordeaux

- Costil (3) : le portier bordelais a réalisé les interventions justes dans le premier acte. Ce dernier se couche bien sur une belle frappe de Payet (38e), avant de bien se détendre sur un centre de Sakai (45+3). Ne peut empêcher le corner qui amène l’égalisation marseillaise suite à une mauvaise passe de Pablo (48e). Sa relance dans l’axe pour Tchouaméni amène indirectement le deuxième but marseillais (60e). Se reprend sur une frappe de Radonjic en fin de match (83e).

- Jovanovic (2) : positionné à droite dans une défense à trois, le défenseur serbe a éprouvé les pires difficultés à contenir Payet ou encore Amavi dans son couloir. Se fait prendre par le numéro dix marseillais sur son occasion avant la pause (38e). Joueur plutôt axial, son positionnement peut expliquer ses difficultés. Son second acte fut une pale copie du premier.

- Koscielny (3) : l’ancien défenseur central d’Arsenal amène une réelle sérénité au sein de la défense bordelaise. Son expérience et sa lecture du jeu lui permettent d’être toujours bien placé. Sa qualité de relance reste appréciable. A souffert au retour des vestiaires face aux vagues marseillaises.

- Pablo (2) : le défenseur central brésilien sait se faire respecter dans les duels. Difficile à bouger, il a gratté quelques ballons cruciaux aux abords de sa surface. L’international auriverde fut le girondin qui a touché le plus de ballons en première période (38). Sa mauvaise passe provoque le corner qui amène l’égalisation d’Amavi (48e). Le défenseur bordelais se troue complètement sur une relance, ce qui provoque le deuxième but marqué par Sanson (60e). Pressé par Rongier, il perd le ballon qui provoque le troisième but olympien (90+3). Un cauchemar pour l’intéressé ce soir.

- Otavio (3) : le milieu brésilien ne rechigne jamais à la tâche, en témoigne son gros volume de jeu. Il s’évertue à jouer simple sans prendre de risque. Il a disparu totalement de la circulation au retour des vestiaires. Remplacé à la 79e par Briand qui n’a absolument rien apporté.

- Tchouaméni (4) : positionné devant la défense avec Otavio, le jeune milieu de terrain a connu une entame intéressante en étant la rampe de lancement des Girondins. Sa vision du jeu lui permet de prendre les bonnes décisions notamment dans ses transmissions. Son aisance technique lui permet de se projeter facilement. A nettement baissé le pied dans le second acte face à la fougue marseillaise. Marque contre son camp en prolongeant la frappe de Radonjic (3-1, 90+3).

- Sabaly (3) : l’international sénégalais n’a pas eu l’impact espéré dans son couloir droit en première période. L’ancien Parisien est venu prêter main forte à ses partenaires dans l’axe quand les circonstances l’exigeaient. Aurait pu se muer en passeur décisif pour Maja (12e). Il termine le match couloir gauche suite à la sortie de Benito (67e).

- Benito (2) : le défenseur suisse s’est évertué à bien fermer son couloir gauche pour bien contenir Sakai et Sarr notamment. S’est très peu projeté offensivement dans le premier acte. Il laisse filer Sakai juste avant la pause, heureusement sans conséquence pour les Girondins (45+3). Se fait dominer dans les airs par Amavi lors de son égalisation (48e). A éprouvé les pires difficultés après l’égalisation entre les percussions de Sakai ou Sarr. Son cauchemar prend fin à la 67e où il est remplacé par Kamano qui n’a eu aucun impact pour son équipe.

- De Préville (4) : positionné sur le front de l’attaque bordelaise aux côtés de Maja, l’ancien Lillois a disposé d’une liberté de mouvements qui lui a permis de jouer entre les lignes. Un positionnement qui lui a permis d’être à l’origine de l’ouverture du score bordelaise (0-1, 31e). Beaucoup moins en vue au retour des vestiaires comme l’ensemble de ses partenaires.

- Maja (3) : très mobile, l’attaquant nigérian bien servi par Sabaly se procure la première opportunité bordelaise du match (12e). A l’aise techniquement, l’intéressé constitue également un point d’ancrage intéressant pour ses partenaires. Sa remise amène le but d’Adli (0-1, 31e). Il est devenu difficile à trouver au retour des vestiaires. La faute à un bloc olympien qui a évolué plus haut.

- Adli (5) : électron libre en phase offensive, l’ancien Parisien s’est évertué à rester proche du porteur de balle et à offrir des solutions. Récompensé de son activité par un but superbe, où sa frappe intérieure du pied ne laisse aucune chance à Mandanda (0-1, 31e). Son aisance technique lui permet de s’extirper de situations compliquées. Averti à la 46e. Remplacé à la 56e par Hwang qui a essayé d’apporter du mouvement sur le front de l’attaque bordelaise.