L’OM jouait gros ce samedi au Vélodrome pour la réception de Lille. Avec seulement une petite victoire lors des six derniers matches de Ligue 1, les Olympiens avaient un grand besoin de points. Discuté par les supporters depuis une semaine et la défaite à Paris, Villas-Boas commençait à sentir la pression. Le Portugais envoyait un 4-3-3 avec Kamara en sentinelle devant la défense. Il titularisait aussi pour la première fois depuis son retour de blessure Alvaro Gonzalez. Devant, il privilégiait le trio Sarr-Benedetto-Payet, Germain débutant sur le banc. En face, Galtier alignait son 3-4-3 utilisé depuis maintenant quelques rencontres mais surprise, Fonte commençait sur le banc. Yaziçi et Ikoné évoluaient en soutien de Rémy.

Entre deux équipes qui voulaient s’imposer, la rencontre démarrait sur un rythme élevé mais offrait de nombreuses imprécisions techniques. Plus compact que lors de ses dernières sorties, le bloc marseillais se révélait assez efficace au pressing. Résultat, le LOSC perdait pas mal de ballons au milieu (7e, 17e), sans que l’OM parvienne à les exploiter. Les Phocéens aussi affichaient quelques fébrilités, à l’image de ce ballon en retrait de Caleta-Car à destination de Mandanda directement en corner (12e). La première occasion se faisait attendre mais elle revenait à Marseille. Après une récupération de Kamara, Payet glissait pour Rongier dont la frappe était contrée in extremis par le retour de Soumaoro (22e).

L’OM a tremblé

Malgré une frappe sur le poteau (25e), Sarr était signalé en position de hors-jeu et Gonzalez envoyait lui sa tête en dehors du cadre (27e). Les Dogues préféraient eux passer par les côtés, notamment à gauche avec un Reinildo en jambes mais maladroit pour glisser le cuir dans la surface (34e, 31e). On arrivait finalement à la pause dans cette rencontre cadenassée où le LOSC n’avait pas tiré une seule fois au but ! Il fallait clairement que les choses changent pour ne pas assister à un match d’un ennui terrible. Les joueurs eux mêmes en avaient décidé autrement. Dès la reprise, l’OM s’offrait un temps fort. Sanson profitait d’une mésentente entre Maignan et Gabriel pour envoyer le ballon au fond (1-0, 47e).

Le LOSC réagissait dans la foulée avec ce coup-franc de Yaziçi pour la tête d’André claquée par Mandanda (50e). C’était tout de même trop timide. Même l’entrée d’Osimhen, qui offrait plus de poids offensif ne suffisait pas pour déstabiliser la défense olympienne. Marseille essayait plutôt de se mettre à l’abri. Le coup-franc de Sarr passait au-dessus (61e) et après un festival de changements, le second arrivait par un maximum de réussite. La frappe de Rongier revenait sur Payet alors que le ballon rebondissait sur la tête de Soumaoro puis revenait sur Gabriel et terminait sa course en poteau rentrant (2-0, 79e). L’OM avait marqué deux but en ne cadrant qu’un seul tir... La victoire se dessinait même si Soumaoro réduisait l’écart d’une belle tête (2-1, 83e). Forcément, les locaux tremblaient jusqu’au bout, notamment avec cette reprise d’Osimhen (90e+1). La frappe de Lopez terminait elle au pied du poteau (90e+4) et la rencontre s’arrêtait là-dessus. L’OM monte à la 3e place.

Revivez le film de la rencontre sur notre live.

L’homme du match : Kamara (7,5) : peu rassurant dans ses premières prises de balles, il semblait médusé par ses dernières prestations plutôt décevantes. Il a finalement très bien réagi en apportant bien plus d’agressivité avant la mi-temps. Véritable diesel, il a asphyxié les incursions adverses. Profitant d’une mésentente entre Maignan et Gabriel, il a servi en retrait Sanson qui a ouvert le score (47e). Appliqué dans un rôle de sentinelle, il a notamment réalisé un retour exceptionnel devant Reinildo (68e) et a récupéré 20 ballons. Un impact monstrueux au coeur du jeu qui a fait la différence entre Marseille et Lille.

OM :

- Mandanda (5,5) : outre une mauvaise passe retrait de Caleta-Car (12e) et un centre dangereux de Reinildo (31e), le portier phocéen a connu une première période assez calme. Au retour des vestiaires, il a repoussé une tête d’André d’une claquette (49e). Il ne peut toutefois rien faire sur la tête de Soumaoro qui se loge dans sa lucarne gauche (83e).

- Sakai (5) : il a démarré la rencontre sur de bonnes bases en permutant régulièrement avec Sarr dans le couloir droit. Pas vraiment inquiété défensivement, il a livré un premier acte assez intéressant. Moins bien par la suite, il a notamment subi les foudres d’Ikoné. Ce dernier lui a d’ailleurs administré un petit pont avant de frapper sur la droite (70e). Un match a deux visages pour le Japonais.

- Gonzalez (6,5) : comme à son habitude, l’Espagnol a été volontaire dans les duels et a fait preuve d’une bonne agressivité. Souvent juste dans ses interventions, il a livré une première période solide de bout en bout avec notamment une tête qui a manqué le cadre (27e). Moins sollicité en seconde période, il a su tenir son rang et livre une prestation intéressante.

- Caleta-Car (6) : il s’est fait peur en début de match avec un long ballon pour son gardien qui a finalement fini en corner (12e). Totalement dépassé par Ikoné peu avant la pause (37e), il a pu compter sur un retour salvateur d’Amavi. Quelques absences qui auraient pu coûter cher. Mieux par la suite, il a su élever son niveau et offre une deuxième période bien plus solide.

- Amavi (6) : intéressant défensivement en ce début de match, le latéral Phocéen a été précieux et a fait preuve de caractère sur certaines interventions. Il a notamment réalisé un bon retour devant Ikoné (37e). Si offensivement, il a été plus réservé, il a su corriger ses défauts défensifs le temps d’un match. En fin de match, il a baissé en régime sans vraiment handicaper sa formation.

- Rongier (7) : actif à la récupération, il n’a pas hésité à participer à la création en remontant le ballon à plusieurs reprises. L’ancien Nantais a souvent été juste dans ses choix et a même eu une belle frappe à son actif (22e). Débordant d’envie, il a souvent apporté sur le flanc droit et a su combiner avec ses partenaires. Le second but de son équipe intervient ailleurs suite à l’une de ses frappes (79e). Un très bon match pour lui. Remplacé par Kevin Strootman (90e) qui a pu disputer les cinq minutes du temps additionnel.

- Kamara (7,5) : voir ci-dessus.

- Sanson (6,5) : le natif de Saint-Doulchard a été inconstant en première période, mais il a délivré quelques ballons intéressants comme celui pour Benedetto avant la pause (44e). Bien servi par Kamara, il a ouvert le score au retour des vestiaires (47e). Il a ensuite amené un bon mouvement sur la gauche avant de servir Sarr qui a manqué le cadre (60e). Une rencontre rondement menée de sa part. Maxime Lopez a apporté sa technicité au cœur du jeu en fin de match et l’a remplacé (77e). Servi par Payet, il a failli marquer dans les derniers instants (90e +4).

- Sarr (5,5) : trouvé entre les lignes par Payet, il a touché le poteau droit en début de rencontre avant d’être signalé hors-jeu (25e). Généreux dans les efforts, il a multiplié les courses sans calcul. Seul bien placé dans la surface, il a manqué le cadre à l’heure de jeu (60e). Lessivé par ses efforts, il a laissé sa place à Nemanja Radonjic (74e). Le Serbe a eu du mal à exister, d’autant plus que les siens ont reculé lors des dix dernières minutes.

- Benedetto (6) : bien que mobile, l’attaquant argentin a eu du mal à se situer face à la défense à trois de Lille. Sur un bon centre de Sanson, il a repris de la poitrine, mais le ballon a fui le cadre sur la droite (44e). Utile sur le front de l’attaque par ses courses, il a eu du mal à exister même s’il provoque en fin de match le second but phocéen (79e).

- Payet (7) : assez libre dans ses mouvements, il a souvent repiqué dans l’axe pour faire valoir ses qualités techniques. Il a failli donner une balle de but en début de match à Sarr (25e). Toujours aussi actif en seconde période, il a fait beaucoup de bien à son équipe en orientant le jeu et en dictant le tempo. Au duel avec Soumaoro, il a provoqué le contre son camp de Gabriel en fin de match (79e). Il aurait même pu délivrer une passe décisive en fin de rencontre (90e +4).

LOSC :

- Maignan (4) : il n’a pas eu grand-chose à faire en première période puisqu’aucune frappe n’a été cadrée mais il a assuré quelques sorties aériennes. Plus en difficulté lors de la deuxième mi-temps où on l’a vu ne pas s’entendre avec Gabriel (47e). Le gardien a ensuite préservé son camp et donné de la voix mais il encaisse un second but où il ne peut rien faire face à cette réussite marseillaise (79e). Il prend deux buts sur une frappe cadrée.

- Djalo (4) : pour sa seconde titularisation de suite après quelques semaines sans jouer, le Portugais a réalisé une prestation moyenne. En difficulté face aux envies de dézoner de Payet et aux courses de Sanson, il a fini par être averti pour une très grosse faute sur l’ancien de Montpellier (23e). Galtier l’a remplacé par Bamba (74e), qui n’a pas réalisé une grosse entrée avec plusieurs passes mal assurées.

- Soumaoro (5,5) : capitaine lillois en l’absence de Fonte, le défenseur a réalisé une prestation solide. Plutôt propre à la relance et serein dans ses interventions, il effectue un sauvetage devant Rongier (22e). Il a également réussi à étouffer Benedetto lorsque celui-ci est venu se frotter à lui ou à chercher à prendre la profondeur. Plus dans le dur en seconde période, il a été bougé et ne peut que ralentir le ballon sur le second but marseillais (79e).

- Gabriel (4,5) : le Brésilien a fait beaucoup de bien à son équipe en première période. Très fort dans les duels, il n’a pas laissé passer grand-chose. Tout comme Soumaoro, il a attiré les ballons aériens avec ce petit truc en plus. Grâce à son placement, il a pu colmater quelques brèches, notamment venant de son couloir gauche. Malheureusement pour lui, il gêne Maignan dans sa sortie, ce qui offre un but à Sanson (47e) et est également battu sur le second (79e).

- Celik (5) : aligné sur le côté droit en position de piston, il n’aura pas réussi à influer sur le jeu. Il en a pourtant eu l’occasion en touchant pas mal de ballons mais Amavi lui a donné du fil à retordre. Le Turc a eu du mal à trouver ses partenaires dans des positions préférentielles. Défensivement, il a montré un certain manque de confiance et un défaut de communication (53e). Il termine mieux la rencontre.

- André (4,5) : un gros abattage au milieu et toujours agressif sur le porteur de balle mais le pressing marseillais l’a mis en difficulté. Ainsi, l’ancien Rennais a peiné dans la direction des opérations, ne parvenant pas à se retourner, ou ne trouvant pas ses partenaires offensifs. Deux ballons chauds dégagés de sa surface tout de même (11e, 13e) et une tête dangereuse claquée par Mandanda (50e).

- Soumaré (4) : lui aussi a souffert dans cette rencontre du pressing adverse. Le jeune milieu de terrain a connu trop de déchets alors que la plupart des actions axiales passaient par ses pieds. Des lignes cassées par séquence mais surtout des ballons perdus et le jeune joueur de 20 ans n’a pas assez travaillé défensivement. Il s’est montré régulièrement en retard par rapport au timing de ses coéquipiers.

- Reinildo (3,5) : le Mozambicain de 25 ans a connu du bon et moins bon ce soir. Pas toujours irréprochable dans le registre défensif, il aura en revanche été un véritable poil à gratter dans son couloir. Le latéral aura probablement été le principal danger pour les Marseillais mais que de mauvais choix entre un centre qui aurait dû être en retrait (25e), un autre qui devait terminer au point de penalty (31e) ou encore cette course balle au pied (68e).

- Yazici (3,5) : on l’a dit en confiance après avoir ouvert son compteur but la semaine passée mais ça ne s’est pas vu. Le milieu offensif turc aura encore déçu ce soir. Des coups de pied arrêtés globalement mal tirés à part ce coup-franc sur la tête d’André (50e) et aucun ballon dangereux offert à ses coéquipiers. Il a même essayé de redescendre pour être davantage dans la construction, sans succès non plus. Grignoté à petit feu par Amavi, il a fini par ne plus exister du tout.

- Rémy (4) : son début de match est plutôt intéressant. Sans le moindre ballon à exploiter dans la surface, il effectue pourtant un travail de point de fixation qui aura servi le collectif. Puis, une percée côté droit (34e) et plus rien. Comme ses partenaires offensifs, il a eu beaucoup de mal. Il a été remplacé par Osimhen à la (65e) qui aura été plus dangereux avec moins de temps de jeu. Dès ses premiers ballons, le Nigérian a tenté de donner une nouvelle impulsion aux siens. Il rate une reprise alors qu’il est en bonne position mais aura été aussi très nerveux et averti (84e).

- Ikoné (4,5) : frustrant en un mot. Il aura été percutant mais brouillon tout le match. Il est sûrement l’élément offensif qui aura le plus tenté mais il y a eu trop de mauvais choix pour espérer quoi que ce soit (37e, 57e, 69e). Averti pour une charge sur Amavi (32e), l’international français a déçu ce soir et a fini par perdre sa place au profit de Luiz Araujo (78e).