Retour aux affaires courantes pour le Paris Saint-Germain. La trêve internationale passée, Laurent Blanc retrouve son groupe au complet ou presque, avec au menu un déplacement en terres corses pour y défier le Sporting Club de Bastia (samedi 17h, 28ème journée de L1). Après avoir crucifié l’OM lors du dernier Classico (2-0), le club de la capitale sera donc attendu, et Lucas Moura pourrait bien avoir un rôle important à jouer. Auteur d’un match plein dimanche dernier face aux Phocéens, le feu follet brésilien a-t-il franchi un palier qui va lui permettre de briller de manière régulière sous le maillot Rouge-et-Bleu ? En conférence de presse, Laurent Blanc y croit, mais n’en oublie pas de pointer du doigt les lacunes de son joueur de 21 ans :

« Lucas, à défaut de marquer des buts, a marqué des points, sa chevauchée face à Marseille a été extraordinaire. Cela aurait été encore mieux avec un but. Il s’améliore, a eu plus de temps de jeu, et élève son niveau de jeu. Ceux qui jouent peu ont un problème de rythme, on essaie de les entraîner mais rien ne remplace les matches. Ce n’est pas facile pour un joueur de rentrer quand il a peu joué, on en est conscient, mais on ne peut pas toujours faire ce que l’on veut. Lucas a encore des progrès à faire dans ses déplacements, en jouant avec les autres et pas tout seul. S’il apprend à jouer avec les autres, et réciproquement, alors il pourra se créer de nombreuses occasions. Après, on peut encore le faire travailler devant le but, il doit progresser dans ce domaine ».

Encore jeune, Lucas est bien évidemment perfectible, tout comme son compère Marco Verratti, à qui Laurent Blanc reproche très clairement de ne pas être assez en vue sur le plan offensif (0 but en 49 matches de L1) : « Marco a 21 ans, il est jeune. Pour être titulaire dans une grande nation de foot comme l’Italie, ce n’est pas facile. Devant lui, ils ont prouvé qu’ils étaient de grands joueurs, ce n’est donc pas facile. Si le sélectionneur ne le fait pas jouer titulaire, c’est que le sélectionneur estime que d’autres sont meilleurs à son poste. Il peut jouer plus haut au milieu, c’est un garçon bourré de qualités mais qui doit être plus discipliné. Il peut progresser, faire un peu plus que ce qu’il fait actuellement offensivement, car il a une bonne frappe de balle. Il doit avoir envie d’aller plus devant, ce n’est pas normal qu’il n’ait marqué aucun but ».

Alors que Cesare Prandelli lui préfère des éléments tels que Montolivo, Marchisio, Motta, ou bien encore Pirlo, Verratti est loin d’avoir fait son trou au sein de la Squadra Azzurra. Laurent Blanc se montre clair, le prodige transalpin doit désormais s’inspirer de Blaise Matuidi, devenu pilier des Bleus et auteur d’un but zlatanesque face aux Pays-Bas, pour progresser : « Blaise, je le vois bien marquer 5 à 10 buts par saison. Quand j’entends certains dire qu’il n’est qu’un marathonien, ils ne connaissent rien au foot. Sa qualité première, c’est le physique, mais il a progressé dans sa capacité à se projeter. Maintenant qu’il est dans la surface, il arrive à concrétiser ses occasions, il a été passeur décisif et buteur du droit cette semaine. C’est un exemple pour Marco, qui devrait lui aussi le faire davantage. Marco doit avoir conscience qu’il doit être plus efficace offensivement ». La consigne est passée, reste à savoir si le message sera entendu.