Le sort d’Antero Henrique au Paris Saint-Germain est scellé. Fortement remis en cause lors du dernier mercato hivernal, au cours duquel de grosses divergences avec Thomas Tuchel sont apparues au grand jour, le futur du directeur sportif portugais chez les Rouge-et-Bleu est réglé. Avec l’annonce du retour très attendu de Leonardo à Paris, Henrique savait que ses jours étaient comptés, même si le flou régnait toujours sur les fonctions précises du Brésilien (président délégué ou directeur sportif).

Depuis hier, tout semble s’accélérer. Si Antero Henrique continue d’être actif dans des dossiers importants pour le club francilien (c’est lui qui a, par exemple, rencontré hier Mino Raiola), L’Equipe a fait savoir hier que des négociations avaient débuté avec la direction parisienne en vue d’un divorce. Une suite logique des événements. Mais pour la presse portugaise, la version des faits est un poil différente.

Henrique n’a pas apprécié les remarques de Tuchel faits en public

Record et O Jogo affirment en choeur que c’est l’ancien dirigeant du FC Porto qui a dit stop, et pas le PSG qui l’a poussé vers la sortie. Info ou intox pour qu’Henrique garde la face ? Toujours est-il que les deux quotidiens ajoutent que ce sont bien les relations avec Tuchel qui ont poussé le futur ex-directeur sportif du PSG à rendre son tablier. Et plus particulièrement les commentaires faits en public par l’ex-coach du BVB sur la gestion des affaires internes du club. Une chose que n’a pas acceptée un Henrique toujours habitué à garder une énorme discrétion sur les agissements internes des clubs où il est passé.

Il faut dire que l’entraîneur allemand n’avait pas lésiné sur les critiques formulées clairement à l’encontre, notamment, de la gestion du mercato hivernal par Henrique. On se souvient ainsi de cette fameuse déclaration concernant le recrutement d’un milieu défensif. « Je l’attends (le milieu défensif, ndlr) depuis quelques jours. Chaque jour, il n’est pas là. Je l’ai cherché dans les douches, dans le vestiaire, dans la salle de kiné. Normalement, dans ce cas-là, on devrait pleurer. J’espère toujours un deuxième joueur mais on doit commencer par un joueur. » Des reproches publics entre un entraîneur et son directeur sportif qui sont plutôt rares dans le football actuel.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10