En clôture de la quatorzième journée de Ligue 1, Toulouse recevait l’Olympique de Marseille au Stadium. Mal en point après sa cuisante défaite à Montpellier (3-0) avant la trêve internationale, le TFC dix-neuvième devait absolument l’emporter pour sortir de la zone rouge. Côté marseillais, les hommes d’André Villas-Boas voulaient confirmer leur probant succès face à l’OL (2-1) et s’emparer à nouveau de la deuxième place. Pour cette affiche, Antoine Kombouaré alignait un 4-4-2 avec le duo Koulouris, Sanogo en attaque. André Villas-Boas optait pour un 4-3-3 et titularisait notamment Kevin Strootman et Lucas Perrin. Dès la première minute, l’OM se procurait une première opportunité. Sur un corner bien frappé par Payet, Perrin déviait le cuir de la tête et obligeait Reynet à s’employer.

L’entame marseillaise se voulait intéressante, avec un bloc positionné très haut. Les Olympiens se procuraient une nouvelle opportunité après le quart d’heure de jeu. Sur la gauche, Sanson distillait un bon centre pour Benedetto qui remisait pour Rongier dont la frappe était repoussée par Reynet (18e). Marseille se montrait souvent dangereux dans la première demi-heure. Rongier récupérait le ballon et servait parfaitement Benedetto à l’entrée de la surface, mais la frappe du buteur argentin passait juste à côté (25e). Le premier tournant du match arrivait juste avant la pause. Moreira ne maîtrisait pas son geste sur Bouna Sarr et était expulsé logiquement par monsieur Letexier (41e). Quelques secondes avant la pause, Toulouse se procurait sa première occasion du match avec Dossevi qui servait Sanogo. La frappe de l’attaquant toulousain était bien captée par Mandanda (45+3).

Benedetto déloque la situation pour l’OM

Au retour des vestiaires, le TFC se montrait plus tranchant. Suite à une belle combinaison entre Gradel et Dossevi, l’international ivoirien à l’entrée de la surface décochait une belle frappe mais ne trouvait pas le cadre (48e). L’OM répliquait quelques minutes plus tard sur coup-franc. Dimitri Payet enroulait bien son ballon pour Benedetto dont la tête était bien captée par Reynet (55e). Le TFC faisait trembler les supporters olympiens un quart d’heure plus tard. Sur la droite, Dossevi distillait un bon centre pour Sangaré dont la tête était repoussée miraculeusement par Mandanda (71e).

Mais contre toute attente, l’OM ouvrait le score. A l’entrée de la surface, Germain récupérait le cuir et transmettait à Payet. L’international français distillait un caviar pour Benedetto qui évitait la sortie de Reynet et poussait le cuir au fond des filets (0-1, 76e). L’OM réalisait le break quatre minutes plus tard sur un ballon récupéré par Germain, Radonjic crochetait Rogel et ajustait sans trembler Reynet (0-2, 80e). Dans les ultimes secondes, Valentin Rongier décochait une belle frappe qui obligeait Reynet à détourner le ballon en corner (90+1). Grâce à ce septième succès de la saison, l’OM s’emparait de la deuxième place au classement.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Benedetto (7) : très actif sur le front de l’attaque olympienne, l’attaquant argentin reste précieux par sa capacité à bien sentir le jeu. Sa remise qui amène la frappe de Rongier en témoigne (18e). Il se procure sa première occasion dans le second acte suite à un coup-franc de Payet, mais sa tête n’inquiète pas Reynet (55e). Idéalement servi par Payet, l’attaquant marseillais évite la sortie de Reynet avant de pousser le cuir au fond des filets (0-1, 76e). Un geste de buteur qui lui permet d’inscrire son sixième but de la saison. Remplacé à la 87e par Aké

Toulouse

- Reynet (6) : une première parade déterminante d’entrée sur une tête de Benedetto (2e). Un bel arrêt devant Rongier qui maintient le TFC dans le match (18e) après une grosse domination marseillaise. Sur la passe lumineuse de Payet, il essaye d’intervenir mais Benedetto le dribble et marque dans le but vide (76e). Il ne peut rien sur le deuxième but où Radonjic le fusille du gauche (80e). Dommage, il avait tenu la baraque jusque-là.

- Moreira (non noté) : beaucoup de mal à gérer les espaces dans son dos. En première mi-temps, toutes les attaques marseillaises sont passées dans son dos. Encore en retard, il écope d’un carton rouge logique après une grosse faute sur Sarr (41e). Cela lui a évité une note très salée...

- Isimat-Mirin (4) : pas toujours rassurant dans ses interventions mais solide. Souvent mis en difficulté par la vivacité des attaquants marseillais, il a eu du mal à les contenir. Parfois à la limite, cela n’a pas tenu puisqu’il craque en fin de match, à l’image de son équipe.

- Rogel (5) : pour son retour dans le onze de départ, l’Uruguayen s’est montré solide et intéressant dans ses interventions. Il a rassuré son partenaire de la charnière en diffusant son calme et sa sérénité même si sa relance est parfois perfectible. Il prend le feu sur le deuxième but où Radonjic le fait tourner en bourrique.

- Sylla (3) : un match plus que moyen. Du bon dans les débordements et la débauche d’énergie dans son couloir mais peu rassurant défensivement. Directement responsable sur le but de Radonjic avec une grossière erreur qui coûte cher. Il doit mieux gérer certaines situations.

- Dossevi (6) : toujours juste techniquement, le milieu de terrain a bien orienté le jeu de son équipe. Il a apporté beaucoup de danger avec ses centres flottants dans le dos de la défense marseillaise. Toutes les attaques toulousaines sont passées par lui. C’est le détonateur de cette équipe par sa vision du jeu et ses passes qui cassent des lignes. Remplacé par Saïd (82e).

- Boisgard (4) : mitigé ce soir. Perdu pendant plus de 20 minutes, du mal à se positionner et deux grosses pertes de balle qui ternisse sa prestation. Du mieux ensuite, dans la projection notamment et sa capacité à se positionner entre les lignes. Il est monté en puissance au fil du match.

- Sangaré (4,5) : du combat, des duels, le milieu de terrain a fait parler sa puissance. Souvent bien placé, il a récupéré pas mal de ballon pour soulager sa défense parfois mise en difficulté. À l’occasion d’ouvrir le score sur une tête mais Mandanda intervient de justesse (72e). Le joueur toulousain qui a touché le plus de ballon, pas toujours à bon escient.

- Gradel (4,5) : il apporte toujours le danger côté toulousain. Du mouvement, des appels, l’international ivoirien a été intéressant dans l’utilisation du ballon et des espaces. C’est lui qui a régulièrement déstabilisé la défense marseillaise avec ses appels en profondeur. Il est proche d’ouvrir le score mais sa tentative passe au-dessus (48e). Il a eu les occasions pour ouvrir le score mais n’a pas su réagir après les deux buts encaissés par son équipe. Remplacé par Leya Iseka (84e).

- Sanogo (3) : l’attaquant a été difficile à trouver pour ses partenaires. Souvent dans le mauvais tempo, il n’a eu qu’une occasion à se mettre sous la dent en première période (45+3e). Plus disponible en seconde période, où il a apporté plus de solutions. Insuffisant toutefois pour mettre son équipe à l’abri car trop brouillon dans le dernier geste.

- Koulouris (5) : disponible et toujours en mouvement, le Grec a été un véritable poison pour la défense marseillaise. Il a essayé d’apporter de la vitesse et des solutions dans les attaques toulousaines. Malheureusement, il est victime d’un choix tactique avec l’expulsion de Moreira. Il est remplacé par Amian (4) qui n’a pas démérité mais a souffert en fin de match lorsque son équipe a pris l’eau de toutes parts.

OM

- Mandanda (6) : première période tranquille pour le portier olympien. Le champion du monde n’a pas tremblé sur la frappe de Sanogo (45+3). En deuxième mi-temps, il sauve les siens en repoussant sur sa ligne une tête de Sangaré (71e).

- Sarr (5) : finalement titularisé couloir gauche, le défenseur s’est évertué à bien défendre, laissant l’initiative à Sanson notamment dans le premier acte. Victime d’un vilain tacle de Moreira qui provoque l’expulsion du joueur toulousain (41e). A évolué côté droit dans le second acte. Attentiste sur la tête de Sangaré, où il ne coulisse pas dans l’axe pour suppléer Kamara sur le centre de Dossevi (71e).

- Kamara (6) : l’international Espoirs retrouvait la charnière centrale phocéenne ce soir suite aux absences d’Alvaro et Caleta-Car. Toujours aussi costaud dans les duels, le jeune olympien apporte de la sérénité à sa défense. Sa qualité de relance reste appréciable. En difficulté sur le centre de Dossevi qui amène la tête de Sangaré (71e). Averti à la 82e.

- Perrin (6) : titularisé ce soir suite aux absences d’Alvaro et Caleta-Car, le jeune défenseur n’a pas tardé à se mettre en évidence avec une belle déviation de la tête qui oblige Reynet à s’employer (1ère). Son association avec Kamara est prometteuse. Propre dans ses relances et le jeu court, il a été beaucoup sollicité par ses partenaires. Une belle prestation pour sa troisième titularisation cette saison.

- Sakai (5) : titularisé couloir droit, le latéral japonais a essayé de prendre autant que possible son couloir et combiner avec ses partenaires. Sur décision de Villas-Boas, le défenseur nippon a disputé le second acte couloir gauche. Très généreux dans l’effort il n’a pas été très inquiété ce soir.

- Rongier (6) : l’ancien Nantais est de plus en plus à l’aise dans le onze façonné par Villas-Boas. Très actif, il parvient à casser des lignes avec sa qualité dans les transmissions. Il se procure une belle occasion avec une frappe bien boxée par Reynet (18e). Toujours bien placé, l’intéressé gratte des ballons dans l’entrejeu. L’intéressé a baissé le pied physiquement dans le second acte en perdant plusieurs ballons. Auteur d’une belle frappe en fin de match qui oblige Reynet à s’employer (90+1). Une belle prestation pour le principal protagoniste.

- Strootman (5) : Pointe basse dans un milieu à trois, le Néerlandais n’a pas hésité à redescendre pour constituer une première solution de relance à sa charnière centrale. Rarement bougé dans les duels, il n’a pas été mis en difficulté malgré son manque de vivacité. Averti à la 70e pour une faute évitable sur Sanogo. Un match tranquille pour l’international néerlandais.

- Sanson (5,5) : l’entame de match du milieu de terrain marseillais a été intéressante. Très disponible pour ses partenaires, il n’a pas hésité à prendre le couloir gauche pour apporter le surnombre. Sa qualité de centre est à souligner comme sur l’action qui amène la frappe de Rongier (18e). Malheureusement, l’ancien Héraultais n’a pas forcément reproduit ses belles initiatives en seconde période. Remplacé à la 75e par Germain qui est impliqué dans les deux buts marseillais.

- Lopez (4) : plutôt discret en début de match, il a semblé moins à l’aise dans le jeu qu’à l’accoutumée. Positionné plus haut par son entraîneur ce soir, le numéro 27 a paru en manque de repères. Plus en vue en fin de première acte où il a tenté quelques débordements. En début de second acte, l’habituel milieu phocéen a tenté de se recentrer sans réussite pour autant. Remplacé à la 65e par Radonjic qui profite d’un ballon récupéré par Germain pour inscrire son premier but sous les couleurs marseillaises (0-2, 80e).

- Benedetto (7) : voir ci-dessus.

- Payet (6) : brillant contre l’Olympique Lyonnais, le numéro dix marseillais s’est montré très discret dans la première demi-heure, même si il a beaucoup dézoné. Plus à son avantage dans le second acte où il a fait parler sa qualité dans les transmissions. L’international français a déserté par instants son couloir gauche pour venir travailler au cœur du jeu. Sa passe laser permet à Benedetto d’ouvrir le score pour l’OM (0-1, 76e).