À l’occasion du lancement de la saison 2018-2019, la LFP a lancé une nouvelle signature, « La Ligue des Talents », pour la Ligue 1 Conforama. Un appellation difficile à porter en ce début de saison. Il faut dire que mis à part le Paris Saint-Germain, qui réalise un parcours sans faute, les cadors de notre championnat sont à la peine. L’AS Monaco pointe à une très inquiétante 19e place après douze journées, alors que l’Olympique Lyonnais est quatrième, devancé par le LOSC et Montpellier, et que l’OM s’accroche à la sixième place, avec l’ASSE dans le viseur. Du côté des européens, les Girondins de Bordeaux sont 11es et le Stade Rennais 12e. Rien de réjouissant. Et ce ne sont pas les piètres performances des clubs français sur la scène européenne qui inversent la tendance (3 victoires en 24 matches, 17 points sur 72 possibles). Interrogé sur le niveau actuel de notre championnat, à savoir si celui-ci était surcoté, Thierry Henry a reconnu qu’il y avait bien un problème. Sans pour autant oublier les choses accomplies ces derniers mois.

Surcotée la Ligue 1 ? Thierry Henry dit « non, mais... »

« Je ne sais pas si on le surcote ou pas. C’est vrai que là il y a eu, ou il y a à l’heure actuelle, un petit problème au niveau européen. C’est vrai que l’équipe de France a mis une deuxième étoile sur son maillot, donc quelque part l’élite fonctionne super bien. Paris fonctionne super bien. Derrière, sur cette année, on est un peu à la traîne. Marseille est allé en finale de la Ligue Europa, il ne faut pas non plus tout effacer. Mais c’est vrai qu’il y a un petit problème. Quand j’étais en Angleterre, à un moment donné cette question s’est posée. Cela ne veut pas dire que le championnat n’est pas bon. Depuis que je suis arrivé ici, je vois des équipes difficiles à manœuvrer sur le plan physique, il y a deux trois techniciens en général qui arrivent à faire la différence. Il ne faut pas tout jeter et dire que le championnat n’est pas bon, » a d’abord justifié le coach monégasque, avant de rendre un hommage appuyé au Paris Saint-Germain de l’ère qatarie, à l’origine du développement international de la Ligue 1.

Merci Paris, Merci Paris, Merci...

« Monaco a réussi à arrêter la série du PSG (avec le titre de champion de France en 2017, ndlr). Il y a là-bas des joueurs hors pair (à Paris). Le PSG a aussi un peu redoré le blason du championnat français. Je m’écarte un peu du sujet, mais quand je vivais à New York, je n’avais jamais vu un maillot d’une équipe française avant. D’un seul coup, après l’arrivée des Qataris, je vois des maillots du PSG, des maillots d’Ibrahimovic, de Mbappé maintenant, de Neymar, dans tous les pays du monde. Donc quelque part il faut féliciter un peu ce qui s’est passé là-bas, ce qu’ils sont en train de faire. Ils ont redoré le blason du championnat français. La plupart des gens qui regardaient le championnat de France aux Etats-Unis le faisaient parce qu’il y avait le PSG, de par les joueurs qu’ils avaient. Et c’était aussi l’année du titre de Monaco, les gens se posaient des questions, puisqu’ils avaient battu le PSG. Les gens étaient intrigués, » a ensuite déclaré Thierry Henry, reconnaissant du travail entrepris par les Qataris au PSG, signe selon lui du renouveau d’un championnat de France qui manquait cruellement de lumière.