Oui, Gerard Piqué, déjà averti, aurait pu être expulsé après avoir retenu Edinson Cavani qui filait au but. Oui, Neymar aurait pu écoper d’un carton rouge direct après avoir porté un coup par-derrière sur Marquinhos. Et oui, le penalty accordé à Luis Suarez après un contact avec le Brésilien est contestable. Mais expliquer la déroute du Paris Saint-Germain face au FC Barcelone (6-1) via le prisme d’une série de décisions arbitrales défavorables serait grossir le trait tant la prestation d’ensemble des hommes d’Unai Emery a été décevante.

Pourtant, s’ils n’en ont pas fait la cause première de leur défaite, les Parisiens ne se sont pas privés pour autant pour placer quelques piques à l’encontre de l’arbitre de la rencontre, l’Allemand Deniz Aytekin. « Nous ne faisons pas le match que nous voulons, et après, la position de l’arbitre est plus souvent en faveur de Barcelone. Mais Barcelone a joué avec l’état d’esprit pour gagner le match », avait déclaré Emery en conférence de presse. Avant que son président Nasser Al-Khelaïfi ne lui emboîte le pas en zone mixte : « Il n’y avait pas penalty sur Suarez, tout le monde le voit... Sur Di Maria, il y a penalty, mais il ne siffle pas... »

Deniz Aytekin dézingué en Allemagne

Irrité, NAK a ensuite été imité quelques instants plus tard par le capitaine des Rouge-et-Bleu Thiago Silva. « Si je parle de l’arbitrage, ça ne changera rien. Le Barça est qualifié, même si pour moi, il n’y avait pas penalty. Suarez a cherché à tomber dans la surface pendant tout le match. L’arbitre n’a rien dit. Mais c’est plus facile de donner un penalty que de lui mettre un carton rouge. Ce n’est pas une excuse mais... » Visiblement marqué par les choix de M. Aytekin, l’international auriverde a même vu sa femme y aller de son couplet sur les réseaux sociaux. Des critiques qui risquent de ne pas être totalement audibles en France.

Cependant, Deniz Aytekin est bel et bien au cœur de la polémique. Dans un premier temps, Marca annonçait que le responsable en chef de l’arbitrage européen, l’Italien Pierluigi Collina, avait très moyennement apprécié la prestation de l’Allemand et songerait à le mettre en retrait des compétitions continentales. Une information prise avec des pincettes, le côté madrilène du journal laissant croire à une charge destinée à minimiser l’impact de la remontada du Barça. Une traditionnelle passe d’armes entre Madrilènes et Catalans. En revanche, les médias allemands n’ont réellement pas aimé le match de M. Aytekin.

Premier à dégainer, le journal Der Tagesspiegel a écrit : « Aytekin a facilité la remontada du Barça. Il a eu beaucoup de problèmes à contrôler le match durant les dernières minutes. Le deuxième penalty n’existait pas et le premier est discutable. Comme toujours, le favori a eu la chance de son côté au bon moment. ». De son côté, Welt a souligné « le rôle controversé de l’arbitre allemand » dans un article retraçant la chronologie des faits de jeu polémiques. Le média Tagesanzeiger, lui, s’est montré plus incisif : « Deniz Aytekin, le vrai héros de Barcelone. Deniz Aytekin est le héros solitaire du Camp Nou. L’homme sans qui le miracle de Barcelone n’aurait pas été possible. » Des versions que ne contrediront sans doute pas quelques supporters parisiens.