« Ce n’est pas la Juventus ». Voilà comment a titré Tuttosport, le journal italien pro-Juve, incrédule devant la prestation de la Vieille Dame mercredi soir au Groupama Stadium. Vieille, elle le paraissait plus que jamais après une première période menée à un rythme de tortue grabataire. Aucune vitesse dans le jeu,comme l’a déploré Maurizio Sarri, des passes latérales, du déchet technique et le seul Cristiano Ronaldo pour amener un peu de danger. « Lenteur du ballon et des jambes en phase de possession, distrait et paresseux en phase défensive », juge la Gazzetta dello Sport au sujet des 45 premières minutes.

L’inefficacité offensive de la Juve est également ciblée. « Comment l’équipe de Dybala et Cristiano Ronaldo peut-elle réussir à ne pas cadrer une frappe face au 7e de Ligue 1 ? », s’interroge le quotidien au papier rose, qui épingle également le choix des hommes. « Bentancur et Rabiot, les choix de Sarri, ont été désastreux ». Le Corriere dello Sport va même plus loin concernant le Français, particulièrement mièvre sur une pelouse qu’il connaissait pourtant bien. « Sifflé par tout le stade, il n’a pas montré la qualité dont il dispose et qui pousse Sarri à le préférer à Matuidi. Il a trahi la Juve », peut-on lire.

L’Italie compte sur Cristiano Ronaldo

Dans l’ensemble, c’est tout le milieu de la Juventus qui en prend pour son grade mais aussi les deux titulaires de l’aile droite, Danilo et Cuadrado, peu dangereux et surtout bien embêtés par Cornet et Aouar durant la rencontre. Les seuls qui s’en sortent sont Dybala et CR7, qui ont mené la révolte et amené un peu de qualité technique. Même si elle relève l’erreur, la presse italienne ne se scandalise pas de la faute non sifflée sur Dybala dans la surface en fin de rencontre, comme si la Juve ne méritait pas cela en raison de sa très médiocre performance.

Cependant, rien n’est perdu et l’optimisme est encore de mise en vue de la manche retour. « Un an après avoir remonté deux buts d’écart à l’Atlético de Madrid, la Vieille Dame se retrouve au même point, avec la nécessité de renverser le score. Cette fois, Cristiano Ronaldo n’aura pas à faire de miracles, une soirée de travail normale suffira. Il n’aura pas à marquer trois buts au bunker de Diego Simeone, il devra juste conduire la révolte contre les hommes de Garcia », peut-on lire dans la Gazzetta dello Sport. De quoi motiver encore un peu plus les Lyonnais en vue du match retour !