- Hugo Lloris (Tottenham) : le Français a retrouvé les terrains au début de l’année 2020 et ce qu’on peut dire c’est que si la formation de Tottenham n’a pas totalement sombré à domicile contre le RB Leipzig, c’est grâce à lui. S’il ne peut rien sur le penalty marqué par Timo Werner, il a longtemps évité le pire aux siens avec ses quatre arrêts dont un sublime sur une frappe d’Angeliño dès la deuxième minute qu’il repousse sur le poteau.

- Hans Hateboer (Atalanta) : la Dea a livré un récital offensif lors de ces huitièmes de finale contre Valence (4-1) et le latéral droit a effectué une grande partie. Il s’est notamment offert un doublé (dont l’ouverture du score). Malgré ses nombreuses pertes de balles (11), il a souvent été au bon endroit au bon moment et c’est après tout ce qu’on lui a demandé ce soir-là.

- Marcelo Guedes (OL) : la très grosse performance de l’Olympique Lyonnais, qui s’est imposé un but à zéro contre la Juventus Turin, est en grande partie due à sa défense. Après le but de Lucas Tousart en première période, l’OL s’est attelé, en seconde, à bien défendre et l’ex-mal aimé Marcelo a été décisif dans sa surface de réparation.

- Ethan Ampadu (RB Leipzig) : contre Tottenham, le défenseur formé à Chelsea s’est rappelé au bon souvenir de l’Angleterre. Positionné dans l’axe de la défense à trois, il a intercepté quatre ballons et dégagé son camp à trois reprises. Le Gallois a été probablement le meilleur des trois défenseurs centraux du RBL.

- Alphonso Davies (Bayern Munich) : quel monstre ! Le latéral canadien du Bayern Munich a été tout bonnement exceptionnel contre Chelsea. Outre les retours défensifs où il a imposé sa vitesse et sa puissance, il a beaucoup proposé offensivement. C’est lui qui donne un caviar à Robert Lewandowski sur le trois buts à zéro.

- Serge Gnabry (Bayern Munich) : après sa saison exceptionnelle l’an passé, l’Allemand avait un peu plus de mal en ce début d’année 2020. Pourtant, il a été au four et au moulin contre Chelsea. Il récupère le ballon et marque sur l’ouverture du score et joue bien avec Lewandowski sur le second. Un match de très grande classe.

- Thiago Alcantara (Bayern Munich) : on se demande encore comment le FC Barcelone a pu laisser filer une perle pareille ! S’il a raté une grosse occasion contre Chelsea, il a aussi effectué une passe clé. Il a surtout gagné la majorité de ses duels (8 sur 13) et intercepté cinq ballons au milieu de terrain.

- Axel Witsel (Borussia Dortmund) : le milieu de terrain belge a été absolument excellent contre le Paris Saint-Germain tant dans l’agressivité que dans le jeu avec ballon. Sa paire avec Emre Can a fait des merveilles et il a complètement éteint Idrissa Gueye et Angel Di Maria sur le côté gauche.

- Kevin de Bruyne (Manchester City) : le milieu offensif belge a été l’homme en vue offensivement des Citizens contre le Real Madrid et Pep Guardiola peut lui dire un grand merci. Le Diable Rouge offre un centre d’amour à Gabriel Jesus sur l’égalisation et surtout convertit le penalty face à Courtois en fin de rencontre donnant la victoire aux siens.

- Robert Lewandowski (Bayern Munich) : archi décisif. C’est ainsi qu’on pourrait qualifier la saison et ce huitième de finale aller du Polonais. Double passeur décisif pour Gnabry contre Chelsea, l’ancien du Borussia Dortmund s’est aussi offert un but sur un service d’Alphonso Davies. Et le tout avec une fissure au tibia qui le tiendra éloigné des terrains pendant quatre semaines.

- Erling Braut Håland (Borussia Dortmund) : l’attaquant norvégien est un ovni. On aurait pu lui mettre douze sur ce match tant il a marqué (deux buts, les deux de son équipe) sur le peu d’occasions qu’il a eu. Contre le Paris SG, il a aussi été utile dans le pressing et dans son jeu dos au but. On se demandait s’il allait être au niveau dans les très gros matches, on a la réponse.