À la rencontre aller, l’Arsenal d’Arsène Wenger n’avait fait illusion qu’une seule période avant de sombrer assez largement en Bavière (1-5). Les espoirs de qualification en quart de finale de la Ligue des Champions étaient donc très très minces pour le club anglais. De son côté, Carlo Ancelotti lançait son équipe type pour asseoir un peu plus sa domination, le trio d’attaque était donc Robben-Lewandowski-Ribéry. On attendait beaucoup d’Alexis Sanchez et compagnie, mais dès le début de la rencontre c’était bien les Allemands qui avaient le monopole du ballon.

Il ne se passait pas grand-chose dans les dix premières minutes de la rencontre si ce n’est cette frappe pas du tout cadrée d’Alaba à la suite d’un corner (8e). Arsenal commençait un peu à sortir et sur un centre contré, Olivier Giroud trouvait la base du poteau de Manuel Neuer (13e). Dès lors, les Gunners s’enhardissaient ! Après s’être amusé en slalomant, tel Hermann Maier, Theo Walcott frappait de toutes ses forces dans l’angle fermé de Manuel Neuer qui, même en mettant ses gants, ne pouvait rien pour sortir le ballon (1-0, 20e). Le Bayern réagissait, mais Robert Lewandowski était trop court et Ospina sortait bien à son encontre (25e). Alors, les deux équipes se rendaient coup pour coup. Robben offrait, d’une louche, un véritable caviar à Lewandowski, mais la volée du Polonais était trop croisée et pas cadrée donc (38e). À la pause, Arsenal menait assez logiquement au score.

Koscielny, homme du match malgré lui

Au retour sur le rectangle vert, il ne manquait plus que trois buts aux Gunners (sans en encaisser) pour se qualifier et vu l’intensité que mettaient les locaux, on était en droit d’espérer un incroyable scénario. Olivier Giroud, à la réception d’un centre de Ramsey, ne parvenait pas à cadrer sa tentative (48e). Mais il fallait se méfier pour les Anglais. Dans la foulée, Xabi Alonso bottait un coup franc, Mats Hummels croyait égaliser, mais il était signalé en position de hors jeu (50e). Mais ce n’était que partie remise. Laurent Koscielny faisait une faute dans la surface de réparation, il était averti puis expulsé finalement (54e). Lewandowski, sur qui la faute avait été faite, se faisait justice lui-même et égalisait pour les Bavarois (1-1, 55e). L’international compte désormais 38 buts en 39 rencontres jouées en club et sélection nationale cette saison.

Ça devenait compliqué pour Arsenal et, pendant que le réalisateur de la rencontre s’attardait sur le penalty de Lewandowski, Ospina manquait son six mètres, Arjen Robben interceptait. Le Batave, était à la lutte avec Alexis Sanchez, remportait son duel et s’en allait donner l’avantage aux siens (1-2, 68e). Wenger, pour remobiliser ses troupes, faisait trois changements : Enzo Pérez, Mesut Özil et Francis Coquelin faisaient leur entrée sur la pelouse de l’Emirates. Douglas Costa avait remplacé quelque temps plus tôt Robben se montrait rapidement en évidence. Sur un débordement côté gauche, le Brésilien servait Lewandowski qui envoyait sa tentative sur le poteau (76e). Mais l’ancien du Shakhtar allait faire la différence. Sur une contre-attaque, l’ailier s’en allait dribbler son défenseur et enrouler sa frappe dans le petit filet d’Ospina (1-3, 78e). Ce n’était pas fini ! Sur une mauvaise relance de Mustafi, Xabi Alonso récupérait le ballon et servait Arturo Vidal qui, d’une louche, trompait à nouveau Ospina (1-4, 80e). La démission des Gunners était flagrante. Renato Sanches envoyait sur orbite Douglas Costa qui décalait Arturo Vidal qui s’offrait un joli doublé (1-5, 85e). Avec un score de 10-2 sur les deux matches, les Bavarois ont humilié Arsenal et filent en quarts de finale de la Ligue des Champions.