Premier du groupe B avec douze points, le Paris Saint-Germain recevait le Celtic Glasgow au Parc des Princes. A cette occasion, Unai Emery sortait l’artillerie lourde avec son 4-3-3 et le trio Neymar, Cavani et Mbappé. De son côté, Brandon Rodgers alignait un 4-5-1 avec la présence de l’ancien parisien Moussa Dembélé en attaque. Dès les premiers instants du match, le PSG se faisait surprendre. Sur un corner tiré par N’Tcham, Moussa Dembélé décalé dans la surface décochait une frappe déviée par Cavani qui trompait Areola (0-1, 2e). Surpris par l’incroyable entame du Celtic, les joueurs parisiens mettaient du temps à rentrer dans le match. Rabiot se démenait au milieu pour récupérer le cuir et lançait Neymar sur la gauche de la surface. Le génie brésilien croisait bien sa frappe et permettait aux siens de recoller rapidement au score (1-1, 9e). Malgré l’égalisation parisienne, les hommes de Brandon Rodgers ne rendaient pas les armes.

Sur un contre éclair mené par Moussa Dembélé, McGregor voyait son centre difficilement capté par Areola (16e). Le PSG se procurait une nouvelle opportunité, sur un long ballon d’Alves, Kylian Mbappé reprenait le cuir de volée mais sa tentative filait au-dessus (20e). Les hommes d’Unai Emery prenaient enfin l’avantage dans cette rencontre. Sur un jeu à trois entre Rabiot, Verratti et Neymar, l’international auriverde se présentait dans la surface et croisait une nouvelle fois sa frappe pour tromper Gordon (2-1, 22e). Le Paris Saint-Germain prenait le large sur un centre distillé par Dani Alves qui trouvait Neymar dont la déviation du dos permettait à Cavani d’ajuster de près Gordon (3-1, 28e). Paris s’envolait sur un coup-franc de Neymar dévié par Cavani pour Marquinhos dont la passe trouvait Mbappé. La pépite parisienne ajustait d’une frappe puissante Gordon (4-1, 35e). Quelques minutes plus tard, l’ancien monégasque manquait le doublé sur une ouverture astucieuse de Neymar. Mais ce dernier voyait sa volée repoussée par le portier du Celtic (41e).

Le PSG en feu sur le plan offensif

Avec ses trois buts d’avance, le PSG gérait tranquillement son avance au retour des vestiaires. Sur une contre attaque, le Celtic manquait de réduire la marque. Décalé sur la gauche, Bitton adressait un excellent centre à Moussa Dembélé qui dévissait sa frappe devant Areola (56e). Le Celtic frôlait la correctionnelle sur une passe de Gordon déviée par Alves, Cavani ne tergiversait pas et reprenait de volée. Sa tentative filait largement à côté (61e). Les hommes d’Unai Emery enchaînaient. Neymar et Mbappé dédoublent aux abords de la surface écossaise et le jeune attaquant parisien remise intelligemment dans la course du brésilien. Ce dernier s’emmêle ensuite les pieds devant le but et il faut un retour de Bitton pour sauver devant Gordon (72e).

Le Paris SG prenait le large sur une accélération de Mbappé côté droit, son centre était mal repoussé par Brown, Verratti qui avait bien suivi trompait d’une belle frappe Gordon (5-1, 75e). Le festival offensif parisien se poursuivait. Après un jeu à deux entre Neymar et Kurzawa, lancé côté gauche, le latéral parisien envoie un centre parfait qui parvient à Cavani, positionné au deuxième poteau. L’Uruguayen vient claquer une reprise de volée croisée du droit qui vient entrer avec le poteau (6-1, 79e). Paris intenable marquait un huitième but sur une passe de Lo Celso pour Dani Alves. Le latéral droit brésilien expédiait une frappe exceptionnelle dans les filets de Gordon (7-1, 80e).

Retrouvez le film du match sur notre live.

L’homme du match : Neymar (9) : le génie brésilien pas toujours heureux dans ses choix sur les premières minutes n’a pas tardé à se ressaisir. Très bien lancé par Rabiot, sa frappe croisée n’a laissé aucune chance à Gordon (1-1, 9e). Un but qui lui permettait de bien entrer dans son match. L’ancien joueur du Barça se retrouve à la conclusion d’un superbe mouvement entre Rabiot et Verratti où sa vista devant le but permet au PSG de prendre l’avantage (2-1, 22e). Passeur par l’intermédiaire d’une déviation du dos sur le but de Cavani (3-1, 28e). Dans tous les bons coups offensifs de son équipe, le joyau brésilien a donné le tournis à la défense écossaise. C’est lui qui décale Kurzawa qur le sixième but de Cavani. Une prestation XXL ce soir.

PSG :

- Areola (5) : pas toujours serein dans ses interventions, le portier parisien n’est pas exempt de tout reproche sur le but de Moussa Dembélé (0-1, 2e). Ce dernier éprouvait des difficultés à capter un centre apparemment anodin de McGregor (16e). Par la suite, il n’a pas eu d’intervention cruciale à effectuer et a pu contempler aux premières loges le festival offensif de son équipe.

- Dani Alves (6,5) : le latéral droit brésilien est à l’origine du premier but marqué par le Celtic. Sa passe hasardeuse qui a filé en corner provoque l’ouverture du score écossaise. (0-1, 2e). S’est bien repris après cette faute de concentration en amenant notamment le troisième but sur un excellent centre pour Neymar (3-1, 28e). L’ancien joueur de la Juventus parachève le succès parisien sur une superbe frappe (7-1, 80e).

- Marquinhos (6) : le défenseur central brésilien a connu comme son équipe une entame compliquée. Il est bien revenu dans son match en tenant la dragée haute à Moussa Dembélé sur le plan physique. Sent toujours aussi bien les coups avec un sens de l’anticipation remarquable.

- Thiago Silva (6) : soirée plutôt tranquille pour le capitaine du Paris Saint-Germain. Bien aidé par Marquinhos notamment dans les duels, le défenseur central brésilien s’est évertué à jouer juste et à relancer proprement. Serein dans ses interventions il a dégagé beaucoup de sécurité pour sa défense.

- Kurzawa (6,5) : le latéral gauche parisien n’a quasiment jamais été dangereux offensivement dans le match. La seule fois qu’il le fut, son centre millimétré a trouvé Edinson Cavani qui s’est chargé de conclure l’offrande (6-1, 79e). L’international français s’est distingué par son sérieux sur les phases défensives. Jamais mis en danger par ses adversaires sur son côté.

- Rabiot (7,5) : le milieu parisien s’est distingué sur l’égalisation parisienne en récupérant le cuir au milieu puis en lançant idéalement Neymar (1-1, 9e). Une action qui résume toute la clairvoyance de l’international français. Très à son avantage dans un milieu tournant, il est à l’origine du mouvement à trois qui amène le deuxième but de Neymar (2-1, 22e). Solide dans les duels, Rabiot a confirmé sa maturité dans le jeu en perdant très peu de ballons.

- Verratti (7,5) : le Petit Hibou s’est senti très à l’aise dans ce milieu tournant à trois. Son aisance technique dans la dernière passe a permis à Neymar d’inscrire son deuxième but de la soirée (2-1, 22e). Ne rechigne jamais à la tâche et s’époumone toujours autant dans l’entrejeu. Une activité intéressante récompensée par un but sur un ballon mal renvoyé par la défense écossaise. L’international transalpin trompait Gordon d’une belle frappe tendue (5-1, 75e). Remplacé par Lo Celso (77e) dont la frappe enroulée est passée au-dessus des buts gardés par Gordon (90+2).

- Draxler (5,5) : l’international allemand fut bien discret ce soir. Si il s’est évertué à jouer juste, il fut peut-être le moins en vue des trois joueurs évoluant au milieu de terrain. A connu des difficultés pour exister physiquement dans l’entrejeu face au défi imposé par les joueurs du Celtic. Remplacé par Pastore (66e) qui aurait pu marquer si Boyata n’était pas venu contrer sa tentative (90e).

- Mbappé (7,5) : le virevoltant attaquant tricolore a tenté d’apporter le danger sur son côté droit. Pas toujours heureux dans ses choix, la pépite parisienne a entrevu la lumière grâce à son but de près sur une passe de Marquinhos (4-1, 35e). L’ancien monégasque aurait pu récidiver quelques minutes plus tard, mais sa volée est bien repoussée par Gordon (41e). Décisif sur le but de Verratti avec son accélération foudroyante et son centre qui a déstabilisé la défense du Celtic (5-1, 75e). Remplacé par Di Maria (77e).

- Cavani (8,5) : El Matador a participé à sa manière au festival offensif de son équipe. Plutôt discret dans les vingt premières minutes, le buteur uruguayen a fait parler sa classe devant le but en convertissant de près une offrande de Neymar (3-1, 28e). L’international uruguayen très en verve ce soir s’est distingué par un nouveau but sur un centre de Kurzawa. Sa reprise de volée imparable permettait aux siens d’inscrire un sixième but (6-1, 79e).

- Neymar () : voir ci-dessus.

Celtic :

- Gordon (1,5) : il est court sur l’égalisation de Neymar (9e). Sur le deuxième but du Brésilien, il n’y peut rien (22e). Comme sur ceux de Cavani (29e) et de Mbappé (35e). Au moins, il s’est illustré face au prodige français avec un arrêt solide (42e). Mais il est rentré aux vestiaires totalement vaincu. Il pensait vivre peut-être un seconde période plus calme, mais est battu trois fois en cinq minutes par Verratti (75e), Cavani (79e) et Alves (80e). Cinq buts encaissés à l’aller, sept au retour... Un cauchemar.

- Lustig (non noté) : il est battu par la vitesse et la rage de Neymar sur l’égalisation du PSG (9e). Victime d’un claquage, il est remplacé prématurément par Bitton (13e - note 1,5). L’Israélien a succombé à la vista de Neymar et de l’attaque parisienne. Il est trop souvent battu sur son côté, là où le danger est surtout passé. Un calvaire.

- Boyata (3) : le Belge ne s’est pas montré intimité par l’armada offensive importante du PSG. Mais la concentration et la hargne n’ont pas suffi pour empêcher le PSG de dérouler. Si son positionnement était plutôt juste, les attaquants parisiens ont trouvé des solutions pour percer le mur écossais.

- Simunovic (2) : le plan de jeu du Celtic de jouer très haut a porté ses fruits pendant une vingtaine de minutes, mais a failli ensuite en raison de la justesse technique de Neymar and company. Le défenseur bosniaque était en mode spectateur sur la magnifique action du 2-1 (22e). Un match très difficile.

- Tierney (3,5) : il a moins souffert sur le côté le moins prisé par le Paris Saint-Germain. Offensivement, il a lancé quelques actions intéressantes. Un match honorable, même si Mbappé lui a donné le tournis à plusieurs reprises.

- Brown (2) : souffrance, souffrance et souffrance. Placé devant la défense, le capitaine était anéanti toute la première période par la vitesse, la technique et l’expérience des Parisiens. Un peu moins de souffrance dans le second acte.

- Forrest (2) : humilié par un dribble de Neymar (14e), il a souffert sur le côté du Brésilien. Quasiment inexistant offensivement, il a beaucoup couru, derrière le ballon, dans le vide.

- McGregor (3) : tout le milieu de terrain écossais, placé haut, a souffert ce soir. Et il n’a pas échappé à la règle. Il a coulé au cœur de la première période. Une seconde période moins angoissante, en raison de la baisse d’intensité du PSG.

- Rogic (2,5) : une première période compliquée. Il a souvent dû rendre les armes face au milieu imposant du PSG. Et quand il s’aventurait en attaque, il s’embrouillait souvent les pinceaux.

- Ntcham (5,5) : le Français a combiné avec son compatriote Dembélé sur un corner qui a fait mouche (2e). C’était ensuite à son tour de se retrouver au bout d’une combinaison avec le même Dembélé, mais sa frappe échappait au cadre (21e). Une seconde période plus discrète, l’espoir écossais s’étant déjà envolé... Remplacé par Eboue (69e), qui a joué sans réel pression mais ne s’est pas vraiment distingué.

- Dembele (6) : quelle entame pour le Français ! Il a allumé le match avec une frappe surpuissante à la suite d’un corner (2e). C’est lui qui a donc fait tomber, pour la première fois, le PSG en Ligue des champions cette saison. Outre ce moment de gloire, il a posé des problèmes à la charnière centrale parisienne, grâce à une combinaison d’impact physique et de justesse technique. Le meilleur des siens ce soir. Remplacé par Griffiths (77e), qui n’a pas eu le temps de s’exprimer.