Sur une longue transversale de Toni Kroos, Eden Hazard et Ferland Mendy ne se comprennent pas et laissent filer le ballon en touche. On joue la 57e minute de Paris SG-Real Madrid (3-0, 1ère journée de Ligue des Champions) et cette action illustre toute l’impuissance merengue sur la pelouse du Parc des Princes mercredi soir. Alors, certes, certaines analyses souligneront les deux buts refusés à Gareth Bale (pour une faute de main suite à l’intervention de la VAR) et à Karim Benzema (pour une position de hors-jeu signalée par l’assistant).

Mais la prestation madrilène pour ce choc a clairement laissé à désirer. Zinedine Zidane, désabusé sur le bord du terrain puis face à la presse, a souligné le manque d’intensité de ses joueurs, clé de la défaite selon lui. James Rodriguez a abondé dans son sens en fin de match. « Ils ont été meilleurs que nous dans l’intensité », a-t-il lancé. Le Colombien, seul Madrilène à répondre aux journalistes en zone mixte, a d’ailleurs été l’un des exemples de cette apathie.

ZZ en grand danger

Alors qu’Idrissa Gueye se démultipliait de l’autre côté, l’ancien de l’AS Monaco a souvent trotté voire marché, étant totalement absent dans les duels face à Marquinhos et Marco Verratti. Le constat est le même pour Toni Kroos, incapable de mettre du rythme dans le jeu de la Casa Blanca. Ajoutez à cela des recrues en phase d’adaptation à l’image d’Eder Militão, Mendy et Hazard, qui ont été loin de leur meilleur niveau à Paris, et vous obtiendrez les ingrédients d’un non-match symbolisé par une statistique assez rare : aucune frappe cadrée. Cette prestation risque de mettre un peu plus de pression sur les épaules de Zidane.

Déjà sous le feu des critiques ces dernières semaines, le coach n’a pas non plus trouvé les solutions pour sortir son équipe de son apathie. On a notamment vu Casemiro se tourner vers lui plusieurs fois en première période, demandant ou espérant un réajustement qui n’est jamais venu. Ses premiers changements (entrées de Luka Jovic et Lucas Vazquez) ont été tardifs (70e minute de jeu) et sans grand impact sur la fin de la partie. Alors que son président Florentino Pérez a aligné les euros cet été, ZZ va vite devoir trouver la solution pour relancer son équipe, et ce, dès ce week-end, pour un déplacement sur la pelouse du Séville FC de Julen Lopetegui, leader de Liga, qui s’annonce plus que périlleux...