Giflés par Liverpool à Anfield (1-5), les Gunners d’Arsenal voulaient effacer la raclée de la Mersey en démarrant l’année 2019 de la meilleure des manières contre Fulham. Face au dix-neuvième du classement de Premier League, le club entraîné par Unai Emery ne s’est donc pas privé pour se faire plaisir. Faciles vainqueurs 4 buts à 1, les partenaires d’Alexandre Lacazette ont repris leur marche en avant pour tenter d’accrocher une place dans le Big Four, synonyme de Ligue des Champions.

Mais hier, alors que les Gunners maîtrisaient la rencontre, les voix de l’Emirates ont grondé. La raison ? Le choix d’Unai Emery de remplacer Lacazette à un quart d’heure de la fin du match. Une décision qui a fortement déplu aux fans des Gunners. Un petit incident qui ne devrait pas ternir la bonne image du Basque, mais qui a obligé ce dernier à se justifier en conférence de presse. Car cela fait désormais dix matches de suite, toutes compétitions confondues, que l’ancien joueur de l’Olympique Lyonnais ne dispute pas un match dans son intégralité.

Le plaisir gâché de Lacazette

« Je comprends les supporters. Tactiquement, nous savions qu’à ce moment, nous avions besoin de changer pour plus d’équilibre. Seri allait entrer et nous avions besoin d’un joueur pour le bloquer, pour ne pas le laisser jouer avec le ballon. Aaron Ramsey peut faire ça, nous aider en attaque et marquer. C’est pour cette raison. Je dois faire mon travail même si chaque supporter a une opinion tactique différente. Mais je dois faire mon travail, Lacazette le sien et il a marqué. Il nous a aidés et c’était une réaction très positive », a-t-il déclaré en conférence de presse, dans des propos relayés par RMC Sport.

Il n’empêche, Lacazette n’a pas caché une pointe de frustration au moment d’être remplacé. Buteur hier face aux Cottagers (sa septième réalisation en Premier League), l’ex-Gone n’avait plus marqué avec Arsenal en compétition officielle depuis le 13 décembre dernier. Une joie quelque peu gâchée donc par cette sortie jugée prématurée et qui a forcément relancé le débat en Angleterre sur la réticence d’Emery d’aligner plus régulièrement le duo Lacazette-Aubameyang.