Bordeaux - OM : les notes du match

Par La Rédaction FM
10 min.
Dimitri Payet avec l'OM contre Bordeaux @Maxppp

En ouverture de la 20ème journée de Ligue 1, l'OM d'un très bon Dimitri Payet a brisé la malédiction en s'imposant à Bordeaux (1-0), après 44 ans et 36 matchs sans victoire en terres girondines. Cengiz Ünder a permis aux hommes de Jorge Sampaoli de repasser provisoirement dauphin du PSG devant l'OGC Nice.

En ouverture de la 20ème journée de Ligue 1, Bordeaux recevait l’OM. Les Girondins, 17èmes au classement et décimés par le Covid depuis trois semaines, espéraient conserver leur invincibilité historique à domicile face aux Marseillais (43 ans). Sans surprise, la rencontre était très nettement dominée par les hommes de Jorge Sampaoli. Les Olympiens tournaient même à 75% de possession après les 20 premières minutes même si les occasions se faisaient rares.

La suite après cette publicité

Seul Caleta Car avait su se montrer dangereux lorsque sa frappe avait touché la barre de Costil (12e). Les autres tentatives de Harit (7e) Payet (16e) ou encore Luan Peres (26e) manquaient de précision. Mais les Marseillais finissaient par trouver la faille grâce à une bourde de Benoit Costil. Le portier français envoyait un six mètres directement dans les pieds de Cengiz Ünder qui n’avait plus qu’à transformer (0-1, 37e).

À lire L’OM déclenche l’alerte rouge dans la course à l’Europe !

Costil brille, en vain

En deuxième période, les Bordelais montraient un tout autre visage, plus offensif. Logiquement, ils concédaient aussi plus d’occasions, mais cette fois-ci, Costil veillait (52e, 55e, 62e, 72e, 77e) et permettait à son équipe de rester en vie dans cette rencontre. De leur côté, les coéquipiers de Dimitri Payet semblaient beaucoup moins maîtriser la rencontre.

La suite après cette publicité

Mais face à une équipe de Bordeaux qui a plongé physiquement dans les dernières minutes, l’OM a conservé son avantage jusqu’au bout et brise donc une incroyable série de 43 ans sans la moindre victoire à Bordeaux. Au classement, les Olympiens prennent la deuxième place avec 3 points d’avance sur Nice, mais 10 de retard sur le PSG. Bordeaux reste toujours 17eme en attendant les autres matches du week-end.

L'homme du match : Payet (7,5) : le chef d'orchestre de l'OM a encore fait parler sa vision du jeu au-dessus de la moyenne. Sa facilité à trouver ses partenaires dans le bon tempo, aussi bien à droite qu'à gauche, a sauté aux yeux, même si quelques petites imprécisions techniques ont été relevées. Le n°10 olympien aurait pu être passeur avec ses subtiles transmissions pour Guendouzi (55e) ou Ünder (62e). L'ancien joueur de West Ham a aussi été très précieux sur coups de pied arrêté (11e, 51e). À noter que l'appel de Payet a aspiré la défense girondine et crée l'espace à Ünder pour ouvrir le score (37e). S'il n'a pas trouvé la faille (16e, 73e, 79e), il a en tout cas été décisif.

La suite après cette publicité

FC Girondins de Bordeaux :

  • Costil (4,5): le gardien bordelais est auteur d'une erreur terrible sur le but marseillais (37e) alors que son équipe semblait bien en place défensivement. Ce but a remis en question la tactique bordelaise. En deuxième mi-temps, ils ont concédé cinq tirs cadrés tous stoppés par Costil, notamment lors du premier quart d'heure après la pause (51e, 55e et 61e). Il peut clairement s'en vouloir pour son erreur qui coûte un point inespéré au vu de la situation. Mais sans lui, Bordeaux aurait pu prendre un score bien plus large.

  • Pembélé (4) : plutôt timide en première mi-temps, il n'a tenté qu'une ou deux légères incursions dans le camp adverse en début de match. Sa perte de balle après une relance hasardeuse de Costil entraine un tir dangereux de Payet (7e). Un peu plus présent en seconde période, il a stoppé une contre-attaque vers l'heure de jeu mais il rate son contrôle dans la surface sur une passe d'Elis quelques minutes plus tard. Match frustrant pour l'ancien Parisien.

  • Kwateng (4,5) : en première période, l'OM est beaucoup passé sur son côté, lui qui n'est pas habitué à ce poste de latéral gauche. Globalement sérieux, notamment dans son repli, il a cependant parfois laissé de l'espace ans son dos l'obligeant à combler. Il est tout de même l'auteur de quelques pertes de balles dangereuses, notamment celle qui amène le tir dangereux d'Ünder (27e).

  • Gregersen (5) : il aurait pu faire mieux sur son retour après l'erreur de Costil sur le but marseillais (37e). Il s'est repris en deuxième mi-temps en étant sérieux défensivement et en tentant d'aller vers l'avant. À noter qu'il contre une frappe dangereuse de Dimitri Payet à un quart d'heure du terme.

  • Mexer (5) : le défenseur central bordelais a été l'auteur d'une première mi-temps sérieuse durant laquelle il aura été plutôt bon dans le placement et dans l'anticipation. En deuxième mi-temps il était moins visible mais n'a pas commis d'erreurs flagrantes. Pas un match raté, mais pas un match fantastique non plus.

  • Sissokho (6,5) : le jeune milieu (19 ans) est de loin le meilleur Bordelais en première mi-temps, et l'un des meilleurs en seconde. Il a été auteur de nombreuses récupérations, de passes vers l'avant et d'une débauche d'énergie qui faisait plaisir à voir dans un match très calme. Tout cela en ayant reçu un carton jaune dès la 13ème minute. Remplacé par Fransergio (75e).

  • Dilrosun (4) : le Hollandais était invisible en première mi-temps. Le changement tactique de la seconde période lui a donné un peu plus de place mais globalement sa prestation reste très timide. Pas en réussite sur ses coups de pied arrêtés indirects, il a cadré son coup franc (75e) mais il était loin d'inquiéter le gardien adverse.

  • Lacoux (6,5) : l'autre homme fort du match bordelais avec Sissokho. Lui aussi très jeune (19 ans), il a montré qu'il avait du ballon. De la qualité technique, une prise de balle élégante et une bonne qualité de passe. Il est l'auteur de ce qui aurait dû être une passe décisive sur le tir de Hwang en fin de première période. Remplacé par Sekou Mara (79e).

  • Oudin (4,5) : un peu plus présent que son homologue de gauche, il a tenté, en vain, quelques accélérations en première période mais il ce n'était pas son jour techniquement. Il force une frappe en début de seconde période qui n'inquiète pas Lopez. À l'heure de jeu il tente un centre qui aurait pu espérer mieux. Remplacé par Adli (70e). Comme à son habitude il aura apporté un peu d'intensité dans cette fin de match, en vain.

  • Elis (4) : en première mi-temps un peu de pressing et c'est presque tout, à part un semblant de débordement qui s'est fait tuer dans l'œuf dès le début. Il a été un peu plus dangereux en seconde période tentant deux centres (69e). Il finira le match sur le côté droit, sans parvenir à faire la différence.

  • Hwang (3,5) : très peu en vue en première mi-temps notamment avec ce raté monumental face à Pau Lopez juste avant la pause qui aurait pu remettre les deux équipes à égalité. En deuxième mi-temps, il reprend un centre de volée mais sa frappe, bien que cadrée, n'est pas appuyée. Remplacé par Mbaye Niang (79e).

Olympique de Marseille :

  • Lopez (6) : s'il n'a rien eu à faire en première période, il était tout heureux de voir Hwang complètement rater sa frappe au moment de se présenter devant lui (42e). Globalement, l'Espagnol a évolué assez haut pour participer au jeu et ses qualités de relance ont permis à ses partenaires de (bien) ressortir proprement. Il a tranquillement capté les tirs cadrés bordelais (69e, 74e), faisant le job comme il faut même sur ses sorties aériennes. Averti pour protestation (90e).

  • L.Peres (6,5) : peu mis en difficulté (4 dégagements, 1 interception), le Brésilien a tout de même été pris de vitesse à une ou deux reprises par la vivacité des attaquants adverses. Sans conséquence. À l'image de ce qu'il a montré en Coupe de France, on l'a vu évoluer plus régulièrement aux avant-postes, réalisant quelques transmissions tranchantes vers l'avant. Il n'a d'ailleurs pas hésité à prendre sa chance, en vain (31e).

  • Caleta-Car (6,5) : le vice-champion du monde 2018 a livré une prestation globalement solide. Il a été costaud derrière (7/8 au duel), notamment dans les duels, tant au sol que dans les airs, et serein dans la surface, avec un bon positionnement. Avec un peu plus de réussite, il aurait pu ouvrir le score si sa reprise n'avait pas touché l'équerre de Costil (11e) ou faire le break sur ce bon coup de tête détourné par Costil (51e).

  • Saliba (6,5) : le défenseur prêté par Arsenal a montré qu'il était prêt à confirmer son excellente première partie de saison avec l'OM. Toujours aussi vigilant et solide, aussi bien dans la couverture que dans les duels (4/5 au duel), ses interventions ont rassuré ses partenaires et son gardien. Saliba repart sur les mêmes bases, pour le plus grand bonheur des Olympiens.

  • Lirola (6) : à l'aise balle au pied et entreprenant dans son couloir droit, l'Espagnol a rendu une copie correcte. À l'origine de la première occasion du match avec un bon centre en retrait pour Harit (6e), il n'a pas été mis en difficulté sur son côté, où il a d'ailleurs joui d'un peu moins d'espace au cours des 45 dernières minutes.

  • Kamara (6) : premier fer de lance de cette équipe olympienne, le polyvalent marseillais, venant s'incruster entre les deux centraux lorsque son équipe fait le jeu, a fait beaucoup de bien sur la pelouse du Matmut Atlantique. L'homme qui est déjà libre de s'engager où bon lui semble a parfaitement épaulé sa défense, en véritable sentinelle. Sa tête manquée a failli se transformer en passe décisive mais Caleta-Car a trouvé l'équerre de Costil (11e).

  • Guendouzi (6,5) : très actif dans l'entrejeu et toujours aussi remuant entre les lignes, l'autre joueur de cette formation prêté par Arsenal a réalisé un très bon match contre le FCGB. Bien présent devant sa surface mais aussi devant celle bordelaise, il a fait du bien dans toutes les zones du terrain, jouant sur l'une de ses grandes qualités. Avec un brin de lucidité supplémentaire, l'ancien Lorientais aurait pu mettre l'OM à l'abri (55e).

  • Payet (7,5) : voir ci-dessus.

  • Ünder (7) : l'international turc est monté en puissance à Bordeaux. D'abord un peu trop timide dans la zone dangereuse, à l'image de sa frappe loin du cadre (28e), jouant trop vers l'arrière et ne prenant pas assez d'initiative, il a ensuite réussi à se libérer pour s'exprimer librement au Matmut Atlantique. Le joueur prêté par la Roma a fait preuve de sang-froid pour ouvrir le score, profitant d'une grossière erreur de relance de Costil (37e). Régalant par sa technicité admirable, il aurait pu s'offrir un doublé en étant plus tueur face au gardien adverse (62, 78e). Remplacé par Targhalline (90e+2), qui a fait ses premiers pas en Ligue 1.

  • Harit (6,5) : positionné dans un rôle de meneur de jeu qu'il affectionne, l'ancien Nantais a livré une belle prestation. Très généreux dans l'effort, venant prêter main-forte à sa défense dès qu'il le fallait, le Marocain a été très discipliné, participant activement à l'équilibre collectif des siens. S'il a manqué de justesse dans le dernier geste sur centre en retrait de Lirola (6e), il s'est montré très précieux dans la conservation du ballon et précis dans ses transmissions (93% de passes réussies). Remplacé par Balerdi (75e).

  • Luis Henrique (4) : plutôt discret dans son couloir gauche, l'attaquant brésilien ne s'est que très peu mis dans la lumière sur le pré du Matmut Atlantique. Il n'a jamais réussi à prendre le meilleur en un contre un sur Pembélé, ou encore face à Gregersen (0/3 au duel), se signalant aussi par son manque de justesse dans certaines transmissions vers le cœur du jeu, même si celle vers Payet aurait pu être décisive (73e). Remplacé par De La Fuente (75e).

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité