La LFP muscle son jeu à l'international

La LFP a présenté sa révolution digitale ce lundi matin à son siège dans le 16e arrondissement de Paris. La croissance internationale est grande et l'instance ne compte pas s'arrêter en si bon chemin.

Didier Quillot, le directeur général de la LFP, avant la rencontre entre l'OM et le TFC
Didier Quillot, le directeur général de la LFP, avant la rencontre entre l'OM et le TFC ©Maxppp

Cela a peut-être échappé à du monde vendredi, dernier jour de mercato oblige, mais tout le monde a pu voir ce week-end que la Ligue de Football professionnel (LFP) avait changé ses habitudes et lancé de nouvelles plateformes. Quatre nouveaux sites, remplaçant l'ancien, ont donc vu le jour vendredi dernier. Un concernant simplement la LFP, ses commissions, ses rapports et donc toute la partie institutionnelle, un consacré à la Ligue 2 et deux autres consacrés à la Ligue 1 dont un pour la partie internationale des suiveurs du championnat de France.

La suite après cette publicité

Ce lundi matin, certains journalistes, dont Foot Mercato, étaient donc conviés au siège de l'instance, dans le 16e arrondissement de Paris pour un premier point presse consacré à ce renouvellement et à ces innovations. « Le nouveau site, je vous le dis, est destiné aux supporters, au grand public. Ce n'est plus un desk pour les journalistes », a expliqué d'entrée Didier Quillot, présent, en guise d'explication ajoutant que les nouvelles plateformes n'ont pas de buts mercantiles.

Mais ce qui est intéressant dans la présentation de ce lundi, au-delà de l'aspect clubs proche de leurs supporters avec contenu ciblé, c'est surtout la stratégie à l'étranger qui va progresser. En 2016, la LFP comptait 4,9 millions de followers sur les réseaux sociaux, 5,9 l'année suivante, 7 en 2018, 9,2 en janvier 2019 pour atteindre, en janvier 2020 12,5 M (5,2 sur Facebook, 1,2 sur Twitter, 2 sur Instagram, 1,8 M sur YouTube et 1M sur les réseaux sociaux chinois spécifiques).

Une croissance internationale très forte

Mais c'est surtout à l'étranger que la croissance sur les réseaux sociaux a été spectaculaire. En 2016, 93% des followers étaient de l'Hexagone, 7% dans le monde et 0% en Chine. Trois ans plus tard, nous avons maintenant 33% des followers de la LFP qui se situent en dehors de la France, dont 1 million, en Chine. La projection en fin de saison est de 15 millions de followers avec un 50-50 concernant la France et le Monde, dont 1,5 million pour la seule Chine, soit 20%.

Les 80 % restants se partagent entre notamment les pays d'Afrique, francophones ou non, et la Belgique. Mais la LFP compte donc bien s'améliorer à l'international et c'est aussi pour cela qu'elle a créé un site pour l'étranger comme susmentionné, comme nous l'a très bien expliqué Christophe Charmoille, le directeur digital de l'instance française. Mais quels sont les autres leviers que peut lever la Ligue afin de continuer sa croissance ?

L'Esport est un levier

Tout d'abord l'Esport. L'Orange E-Ligue 1 existe depuis trois années et d'après le directeur du digital, l'audience est parfois plus importante pour cela que pour certains matches de Ligue 1. Vu l'ampleur que prend cela dans le monde, depuis quelques années maintenant, l'Esport reste un levier incroyable à condition que l'Orange E-Ligue 1 rejoigne une éventuelle compétition européenne. À terme, Christophe Charmoille pense que l'audience sera sensiblement égale aux autres contenus digitaux de la Ligue de football professionnel.

Le lancement d'une chaîne OTT de la Ligue, une chaîne qui se sert du réseau internet pour transmettre du contenu (comme Netflix, par exemple), est dans les tuyaux depuis un moment. Son lancement pourrait paraître imminent. Le directeur droits média production et international de la LFP, Mathieu Ficot, s'est exprimé à ce sujet. Les droits internationaux de la Ligue 1 seront remis en jeu en 2021 pour le cycle 2021-2024 et l'application MyLigue1 devrait voir le jour.

La chaîne OTT va arriver

Elle diffusera en live, en near-live, c'est à dire des clips vidéos en quasi direct et bien sûr en VOD. Reste à connaître le contenu et surtout pour qui. Cette application pourrait déjà être opérationnelle dans les territoires, où la Ligue 1 n'est pas diffusée comme la Belgique, les Pays-Bas ou la Pologne. Pour montrer l'étendue des possibilités, Mathieu Ficot considère que le timing de lancement de cette application, avec tous ses services, en Belgique par exemple, serait parfait pour le début de la saison prochaine afin de pouvoir proposer quelque chose de concret pour les droits internationaux qui seront réattribués pour la saison 2020-2021 (jusqu'en 2024) donc.

Cette application et donc la chaîne over the top (OTT) qui va avec est un projet qui a été repoussé, mais la raison est bonne. En effet, le player de la LFP, Ooyala, a été racheté par l'Américain Brightcove en février 2019 et tout va migrer vers le groupe bostonien d'ici le printemps, entre avril et mai selon Didier Quillot. C'est seulement après cela que l'application MyLigue1 pourrait être lancée en ce qui concerne le délai le plus tôt. En ce qui concerne le délai le plus tard, le directeur général de l'instance a indiqué la nouvelle attribution des droits donc à l'été 2021. Voici comment la LFP compte encore plus glaner des suiveurs à l'international et tenter de jouer dans la cour des grands - même s'ils demeurent intouchables - que sont la Liga et la Premier League.

Articles recommandés

Commentaires