Comment Wolverhampton est devenu l'une des équipes les plus solides de Premier League

Alors que la lutte pour l'Europe sera féroce jusqu'au bout en Premier League, Wolverhampton entend bien bouleverser la hiérarchie du Big Six en Angleterre. L'excellent travail de Bruno Lage porte ses fruits chez les Wolves, l'une des formations les plus imperméables du Royaume.

Coady et ses partenaires célèbrent une victoire des Wolves à Tottenham
Coady et ses partenaires célèbrent une victoire des Wolves à Tottenham ©Maxppp
La suite après cette publicité

« Maintenant, jusqu'à la fin de la saison, ce sera une question de caractère. Nous avons eu des entraînements et des performances solides, et nous voulons plus de victoires. » S'il a évidemment, le 18 février, appelé à la prudence et mis en garde ses troupes contre un éventuel relâchement qui pourrait être fatal d'ici la fin de la saison, Bruno Lage sait qu'il faudra compter sur son Wolverhampton dans la lutte pour l'Europe en Premier League. Et pour cause. Les Wolves, après un début d'exercice 2021-2022 compliqué (4 défaites lors des 5 premières journées), font désormais partie des formations les plus solides du Royaume de Sa Majesté, en attestent leurs 17 buts encaissés en 23 journées en championnat, faisant d'eux la 2ème meilleure défense derrière Manchester City.

« Pour les joueurs et moi-même, nous avons besoin de temps pour grandir car nous voulons jouer d’une manière que vous apprécierez tous », déclarait Bruno Lage en août dernier, demandant de la clémence après le départ poussif au niveau des résultats de ses joueurs. Car dans le jeu, paradoxalement, Wolverhampton a affiché un visage séduisant. Les idées de jeu de l'ancien entraîneur du Benfica ont eu le temps d'être assimilées et appliquées sur le pré.

Une machine bien huilée mise en route par Lage

Le technicien portugais de 45 ans a su s'appuyer sur les fondations posées par le travail de qualité effectué pendant 4 ans par Nuno Espirito Santo du côté de Molineux. Bruno Lage a aussi parfaitement géré les départs lors du mercato estival, à l'instar du remplacement de Rui Patricio par son compatriote José Sá, qui s'est imposé comme l'un des gardiens les plus décisifs de Premier League (76 arrêts, 4ème portier du championnat à ce petit jeu) depuis son arrivée en provenance de l'Olympiakos. Tout en attirant des joueurs de qualité apportant un vrai plus à l'équipe, comme Francisco Trincão (FC Barcelone) ou encore Hwang Hee-chan (RB Leipzig).

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la mayonnaise collective a bien pris. Les Wolves se distinguent aujourd'hui par un bloc équipe extrêmement compacte, disposé en 3-4-3 ou en 3-5-2, avec trois défenseurs centraux donc. Max Kilman a su profiter de la longue blessure de Willy Boly pour prendre encore plus d'épaisseur aux côtés d'un Romain Saïss toujours aussi fiable et du capitaine Conor Coady. Les pistons que sont Nelson Semedo (1 assist) et Rayan Aït-Nouri (2 passes décisives), quand il n'est pas suppléé par Fernando Marçal, s'épanouissent dans leur rôle.

Les Wolves, prétendants sérieux à l'Europe, peuvent mieux faire offensivement

Dans l'entrejeu, c'est aussi du costaud. Ruben Neves (2 buts, 1 assist) s'est imposé comme l'un des meilleurs milieux du championnat, lui qui compte désormais plus de 200 capes avec le maillot orange sur les épaules. Le très polyvalent Leander Dendoncker (1 réalisation, 1 PD) a lui aussi pris une autre dimension, alors que l'ancien Monégasque João Moutinho encadre ses partenaires et leur apporte toute son expérience. Le jeune Luke Cundle (19 ans) est même capable de s'intégrer avec brio dans ce milieu de terrain, en témoigne sa récente performance au Tottenham Hotspur Stadium (2-0).

Capables de plier sans rompre et d'exploser rapidement en contre-attaque avec des transitions rapides et dévastatrices (47,8% de possession moyenne en Premier League) sous l'impulsion du feu follet Daniel Podence (2 passes décisives en championnat), qui doit mieux faire dans la finition à l'image de son équipe (21 buts inscrits seulement en 23 matchs de PL), allié à l'élégant Francisco Trincão et au redoutable Raul Jiménez (5 buts et 2 assists), les Loups savent aussi, par période, parfaitement faire le jeu et l'imposer à leurs adversaires. « Nous sommes plus solides. Décembre et janvier sont un bon exemple – nous avions de la constance dans notre jeu, nous avions de la personnalité pour jouer contre n'importe quelle équipe. Ça vient d'un entraînement solide, de performances solides, de la régularité, c'est tout », analysait Bruno Lage face aux médias. En sachant que Willy Boly, Yerson Mosquera et Pedro Neto sont tous sur le chemin du retour à la compétition, cela promet pour Wolverhampton, candidat déclaré à l'Europe.

Plus d'infos

Commentaires