FC Barcelone - Atlético de Madrid : les notes du match

Le FC Barcelone et l'Atlético de Madrid se sont quittés sur le score de 0-0 au Camp Nou cet après-midi.

Yannick Carrasco entouré de plusieurs joueurs du Barça
Yannick Carrasco entouré de plusieurs joueurs du Barça ©Maxppp
La suite après cette publicité

Gare au perdant au Camp Nou ce samedi. Dans le cadre de la 35e journée de Liga, le FC Barcelone (3e, 74 points) accueillait l'Atlético de Madrid (1er, 76 pts) pour un match ô combien important dans la course au titre. En cas de victoire, les Blaugranas pouvaient prendre provisoirement la tête du championnat d'Espagne tandis que les Colchoneros pouvaient eux conforter leur place de leader avant l'autre choc du week-end : Real Madrid-Séville (dimanche, 21h). Qui dit match décisif dit grosses compositions de départ. Ronald Koeman sortait son 3-5-2 avec Messi et Griezmann devant. Diego Simeone partait lui sur un 4-4-2 et le duo Correa-Suarez prenait place en attaque. Malgré deux équipes de haut de tableau sur le terrain, le spectacle n'était pas au rendez-vous en première période. L'Atlético perdait Lemar sur blessure, quand le Barça voyait Busquets sortir pour la même raison ensuite.

En termes d'occasions, Lenglet sauvait dans un premier temps l'équipe de Ronald Koeman en réalisant une grosse intervention devant Correa (19e). Quand le Français n'intervenait pas, Ter Stegen faisait le boulot dans le but devant Llorente (34e) et Suarez (35e, 37e). Seul Messi côté catalan tentait de bousculer les choses avec un rush (41e). Après la pause, les locaux montraient un meilleur visage avec d'abord cette tête de Lenglet (47e) et ensuite cette grosse occasion de Moriba (62e). Avec des changements, les deux entraîneurs cherchaient la solution pour débloquer la situation. Araujo s'en chargeait finalement mais le but était annulé pour un hors-jeu (71e). Le Barça finissait bien mais Dembélé, devant le but, n'accrochait pas le cadre (85e). Le coup-franc de Messi passait lui à côté (90e). Score final 0-0 ce qui permettait au Barça de passer provisoirement deuxième.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L'homme du match : Carrasco (6,5) : comme d'habitude, l'ailier belge reconverti en piston a fait des dégâts sur son flanc gauche. Toujours percutant et débordant grâce à de belles qualités techniques et physiques, il a multiplié les offensives, souvent dans le dos d'un Mingueza, puis d'un Araujo, qui en ont vu de toutes les couleurs face à lui. Peut-être un peu trop maladroit dans le dernier geste, gardant le ballon plutôt que de frapper au but. Mais il a été de loin le joueur le plus dangereux de la partie.

FC Barcelone

  • Ter Stegen (6) : le portier allemand a été le joueur du Barça le plus en vue en première période. C’est dire la pauvreté de l’animation du club catalan. Avec 5 parades en première période devant Carrasco et Suarez notamment, il a longtemps maintenu les Blaugrana en vie. Sa seconde période est du même acabit avec une parade supplémentaire à ajouter à son excellente prestation du jour. Clairement le meilleur et le plus précieux joueur de l’équipe de Ronald Koeman. Grâce à lui, le FC Barcelone ne perd pas ce match.

  • Mingueza (2) : match très compliqué pour l’arrière espagnol qui n’a disputé que la première période. Totalement dépassé par la rencontre, il a été très en difficulté face à Carrasco et Suarez (2 duels remportés sur 7 disputés, 3 dribbles subis). La plupart des actions des joueurs de Simeone sont venues de son côté et c’est pourquoi Koeman décide de le sortir à la pause. Remplacé par Araujo (4) au retour des vestiaires qui a été plus solide que son compère avec 2 tacles et 4 duels remportés sur 5 disputés malgré quelques imprécisions à la relance.

  • Piqué (4) : match très intéressant de la part de Piqué. Si l’intéressé n’a pas été ultra solide dans ses duels (7 remportés sur 13 disputés) il a fait parler sa lecture du jeu et son expérience pour maintenir le score vierge dans cette rencontre. Avec 5 dégagements, un tir bloqué, 2 interceptions, 2 tacles, il a été précieux dans ce match malgré plusieurs erreurs. Averti à la 83e minute de jeu, il aurait pu être exclu aujourd’hui avec ses 3 fautes commises.

  • Lenglet (4) : le défenseur barcelonais le plus solide aujourd’hui. Le Français a été plutôt bon en première période à l’image de ce super retour défensif sur une frappe de Suarez qui empêche l’attaquant uruguayen d’ouvrir le score à bout portant (18e). En seconde période il a été meilleur à l'image de toute l'équipe du Barça qui est montée en puissance du moins défensivement. Avec un dégagement, 2 interceptions 3 duels remportés sur 5, il a été plutôt correct sans pour autant être transcendant.

  • Dest (3) : contrairement à l’autre latéral/piston qu’est Jordi Alba, l’Américain a été plus actif offensivement dans cette rencontre notamment en première période. Mais il a souvent manqué d’efficacité dans ses centres (1 réussi sur 3 tentés) et ses dribbles (50% de réussite). Défensivement ça a été compliqué parce que la plupart des actions sont passées par son côté. Remplacé par Roberto (75e).

  • Alba (4) : le latéral espagnol n’a pas montré grand chose en première période, notamment offensivement avec un seul centre tenté, alors que le jeu n’a que rarement penché sur son côté gauche. En seconde période ça va mieux et le jeu penche finalement de son côté. Il ressort de cette rencontre avec un haut taux de ballons touchés (94) et 4 passes clés délivrées malgré des imprécisions sur les centres (un réussi sur 5 tentés). Défensivement ça a été dur avec 19 ballons perdus et 4 duels remportés. Averti à la 83e minute de jeu également.

  • Busquets (non noté) : en première période la tour de contrôle catalane n’a pas vraiment eu le temps de s’exprimer et de montrer toute sa classe. Le joueur formé au club doit sortir au bout de 32 minutes après avoir encaissé plusieurs coups sur des duels aériens répétés. Remplacé par Moriba à la 32e minute de jeu (4) qui, n'a rien montré. En un peu plus de 60 minutes disputées, il n'a touché que 36 fois le cuir et même s'il a au moins essayé d'inquiéter Oblak devant les buts (2 tirs), il a été trop imprécis.

  • Pedri (3) : invisible en première période, comme la plupart des joueurs offensifs du FC Barcelone, le milieu de terrain espagnol n’a pas été dans un très grand jour. Aucun centre réussi, aucune passe en profondeur complétée, 12 ballons perdus, l’ancien joueur de Las Palmas n’a absolument rien montré offensivement. Remplacé par Dembélé (75e).

  • De Jong (4) : grosse activité dans l’entrejeu pour le relayeur néerlandais aujourd’hui. Plus en réussite offensivement que son coéquipier Pedri, il a été à l’origine de quelques rares morceaux d’occasions côté Barça. Il a le mérite de sortir de ce match avec une passe clé délivrée ainsi qu’un très haut tôt de réussite de passes (97,4% sur 75 passes délivrées). Pour autant ça a été trop peu pour inquiéter Oblak et ses défenseurs qui n’ont quasiment rien eu à faire aujourd’hui.

  • Messi (5) : très discret en première période, la Pulga surgit juste avant la mi-temps et manque d’ouvrir le score et d’inscrire un but exceptionnel après avoir dribblé la moitié des joueurs de l’Atlético. Heureusement pour ces derniers, Oblak détourne la frappe du génie argentin en corner (40e). En seconde période, le sextuple Ballon d’Or enfile le costume de passeur et tente à plusieurs reprises de faire marquer ses coéquipiers à l’image de ce coup-franc millimétré à destination de Araujo mais qui trouve finalement Lenglet. Pas forcément étincelant dans le jeu, il a essayé de faire parler sa magie sur coups de pieds arrêtés mais il a trop manqué de réussite pour se montrer décisif.

  • Griezmann (3,5) : l’attaquant français retrouvait cet après-midi son ancien club. L’occasion pour lui de retrouver la philosophie de jeu de Simeone. En effet, il a passé sa première période a défendre. Avec 27 ballons touchés, dont de nombreux dans sa moitié de terrain, il n’a pas eu grand chose à se mettre sous la dent. Une seule frappe cadrée en première période, une tentative de loin captée tranquillement par Oblak (28e). Dans la seconde partie du match il se procure une seconde occasion mais sa reprise est contrée par la défense madrilène. Pas un grand match pour Grizou qui n’a pas été le bourreau de son ancien club.

Atlético de Madrid

  • Oblak (6) : si Marc-André ter Stegen a été brillant, le portier slovène n'a pas à rougir de sa prestation. Comme d'habitude, il sort plusieurs bonnes interventions sur sa ligne, certaines plutôt simples, comme cette frappe lointaine de Griezmann (29e). D'autres, bien moins évidentes, comme cette superbe intervention devant cette encore plus superbe action individuelle de Messi (41e). Une prestation dans ses standards habituels.

  • Trippier (5,5) : un peu plus discret que son pendant à gauche, l'Anglais n'a ainsi pas été aussi dangereux qu'il peut habituellement l'être sur les séquences offensives de son équipe. Il a joué propre, simple, mais n'est que très peu monté, et l'Atlético a donc perdu ses dédoublements et ses combinaisons avec Marcos Llorente qui font habituellement si mal aux défenses. En revanche, derrière, il a tenu à merveille face aux joueurs offensifs barcelonais, n'ayant absolument rien à se reprocher.

  • Savic (6) : comme c'est devenu habituel, le numéro 15 des Colchoneros a rendu une copie très propre dans l'arrière-garde rojiblanca. Il n'a pas été pris à défaut, a remporté bon nombre de duels, dans le jeu aérien notamment, et a eu un placement impeccable. Il faut dire qu'il a eu une soirée relativement tranquille, n'étant pas plus inquiété que ça par les joueurs offensifs barcelonais assez mornes cet après-midi.

  • Felipe (6) : le Brésilien a rempli son rôle dans cette défense à trois. Pas toujours serein cette saison et remplaçant du blessé José Maria Giménez, il n'a pas fait trembler les fans rojiblancos dans ce match aussi décisif. Il s'est aussi montré assez propre balle au pied.

  • Hermoso (6,5) : le défenseur central espagnol a réalisé un match plus que satisfaisant. Comme souvent, il a excellé à la relance, dans ce rôle de rampe de lancement des offensives de l'équipe de Simeone. En première période, il s'est illustré avec plusieurs bons ballons qui ont brisé des lignes. Dans le registre défensif, il a été impeccable, avec un sacré sauvetage devant Moriba qui s'apprêtait à envoyer un missile en direction des cages (62e).

  • Carrasco (6,5) : comme d'habitude, l'ailier belge reconverti en piston a fait des dégâts sur son flanc gauche. Toujours percutant et débordant grâce à de belles qualités techniques et physiques, il a multiplié les offensives, souvent dans le dos d'un Mingueza, puis d'un Araujo, qui en ont vu de toutes les couleurs face à lui. Peut-être un peu trop maladroit dans le dernier geste, gardant le ballon plutôt que de frapper au but. Mais il a été de loin le joueur le plus dangereux de la partie.

  • Koke (6) : le patron du milieu de terrain colchonero a réalisé une belle prestation. Pourtant presque esseulé face à des vis à vis blaugranas souvent en supériorité numérique dans ce secteur, il n'a fait que des bons choix avec le ballon. Avec des transmissions bien senties et réussies, il a dicté à merveille le jeu de son équipe. Et ce n'est pas tout, puisqu'il affiche également un bon nombre de ballons récupérés au compteur.

  • Llorente (6) : en première période, il a eu un peu de mal à entrer en contact avec le cuir. Mais lorsqu'il a reçu le ballon, il a souvent bonifié les actions, réussissant à créer du danger dès qu'il s'approchait de la surface. Abattant un travail monstrueux sans ballon, il souvent dominé ses rivaux. Plus dans un vrai rôle de milieu relayeur que d'habitude, et on n'a donc pas pu voir ses déboulés habituels sur le côté droit pour venir prêter main forte aux joueurs les plus offensifs des Rojiblancos.

  • Lemar (non noté) : très volontaire en début de match, le Français a dû laisser sa place à Saul (5) dès la 13e minute de jeu. Comme souvent, le numéro 8 colchonero a été assez discret en première période. Mais au retour des vestiaires on a vu l'Espagnol être un peu plus influent et présent dans la construction du jeu de son équipe, sans pour autant être transcendant. Il a cependant quitté le match à la 67e pour faire entrer João Félix, auteur d'une entrée assez anecdotique au final.

  • Correa (5) : en soutien de Luis Suarez, l'Argentin a été assez intéressant, tentant de se positionner entre les lignes ou de créer la surprise en arrivant lancé aux abords de la surface. Très remuant, il a cependant un peu manqué de justesse dans les derniers mètres et n'a pas toujours réussi à créer des liens avec ses partenaires. L'ancien de San Lorenzo a cédé sa place à Kondogbia (73e) venu apporter du volume et un peu de fluidité au milieu.

  • Suarez (4,5) : pour son retour au Camp Nou, le Pistolero n'a pas pu rééditer le bon nombre d'exploits réussis sur la pelouse de l'antre catalane. La première période a été un peu compliquée pour lui, avec peu de bons ballons à se mettre sous la dent. Quelques situations chaudes avant la pause, comme cette frappe sans angle à la 34e, bien sortie par ter Stegen. En deuxième période, il n'a pratiquement pas pu créer de danger devant. Curieusement, il a été un peu plus participatif que d'habitude dans le jeu.

Retrouvez le classement de la Liga ici.

Plus d'infos

Commentaires