Ligue des champions AFC : ça vire à la catastrophe pour la Saudi Pro League

Par Dahbia Hattabi
5 min.
L'équipe d'Al-Hilal @Maxppp

Depuis le mercato d’hiver 2023 et l’arrivée de Cristiano Ronaldo, la Saudi Pro League est entrée dans une nouvelle dimension. Mais la ligue saoudienne a connu un premier gros échec dans sa stratégie de développement en chutant sur la scène asiatique.

Hiver 2023. Al-Nassr frappe un énorme coup sur le mercato en recrutant libre Cristiano Ronaldo. Outre sportivement, cette arrivée a permis à l’écurie saoudienne et plus largement à la Saudi Pro League d’entrer dans une nouvelle dimension. Les droits télévisés du championnat se sont vendus à l’international, les recettes en ce qui concerne le merchandising ont explosé et Al-Nassr a été bien plus suivi sur les réseaux sociaux. Outre l’image, c’est donc un succès commercial. D’autres écuries de SPL ont suivi le mouvement durant le mercato d’été 2023 et se sont offertes, elles aussi, des stars mondiales.

La suite après cette publicité

Al-Ittihad a mis la main sur le Ballon d’Or 2022, Karim Benzema. Après avoir longtemps couru derrière Lionel Messi, Al-Hilal a recruté Neymar Jr. Mais l’ancien du PSG s’est blessé assez rapidement. D’autres grands noms, comme Riyad Mahrez (Al-Ahli), Roberto Firmino (Al-Alhi), Sadio Mané (Al-Nassr) ou encore N’Golo Kanté (Al-Ittihad), ont également posé leurs valises en Arabie saoudite. L’idée était de permettre à la Saudi Pro League de progresser et de développer son football local, tout en rayonnant loin de ses frontières notamment en Ligue des champions asiatique.

À lire N’Golo Kanté est toujours aussi fort d’après Seko Fofana

Aucun club en finale de Ligue des champions asiatique

Plusieurs clubs étaient en course cette saison. Al-Nassr a atteint les 1/4 de finale de l’épreuve mais a été éliminé par le club émirati d’Al-Ain. Une énorme déception pour CR7 et ses partenaires qui visaient la victoire finale. Même chose pour Al-Ittihad, sorti en 1/4 de finale par Al-Hilal. Dernier représentant de la Saudi Pro League en Ligue des champions de l’AFC, le club de Malcom a affronté Al-Ain en 1/2 finale. Battu 4 à 2 à l’aller, Al-Hilal s’est imposé 2 à 1 hier. Un résultat insuffisant pour atteindre le tour suivant. Il n’y aura donc aucun club en finale de C1 asiatique. Un coup dur pour le projet mis en place.

La suite après cette publicité

D’ailleurs, la presse saoudienne a commenté cette élimination. Alarabiya a titré : «Al-Hilal, une troisième sortie asiatique face aux clubs émiratis». En effet, le média local a expliqué que c’est la troisième fois dans l’histoire de sa participation à la Ligue des champions de l’AFC, qu’Al-Hilal est sorti par une écurie des Emirats arabes unis. Cela avait déjà été le cas en 2007 face à Al Wahda et en 2015 face à Shabab Al-Ahly. Arriyadiyah évoque aussi le sujet et a titré : «pour la 3e fois… Al-Hilal trébuche en 1/2 finale.» L’histoire se répète donc malgré les stars et les millions investis.

Un échec pour la Saudi Pro League

Ce qui n’a pas échappé à Goal Arabia, qui a tenté d’expliquer cet échec. «Al-Hilal a disparu en un clin d’œil et a fait ses adieux à son grand rêve asiatique (…) Une triste nuit pour le Al Hilal Saudi Club et ses supporters. Après avoir perdu le rêve de remporter le titre de la Ligue des Champions de l’AFC, lors de la saison sportive en cours 2023-2024. Al Hilal, candidat le plus sérieux au titre asiatique, n’a pas pu compenser sa défaite au match aller face au club d’Al Ain aux Émirats arabes unis, par 2 buts à 4 ; afin de se qualifier.»

La suite après cette publicité

Goal Arabia ajoute : «de nombreux facteurs ont contribué à la perte du rêve asiatique d’Al Hilal, à commencer par la blessure de l’attaquant serbe Aleksandar Mitrovic, en passant par la performance décevante du match aller, et la perte de nombreuses opportunités au match retour, en plus de l’éclat des stars de l’équipe émiratie, et de leur prestation plus que merveilleuse au match retour.» Vainqueur de la compétition à 4 reprises, notamment en 2019 et 2021, Al-Hilal n’a pas atteint son objectif, tout comme les autres pensionnaires de Saudi Pro League engagés dans le tournoi.

Al-Hilal se défend

Un fiasco selon certains médias étrangers, dont AS. La publication ibérique a titré "échec du méga projet saoudien", avant d’en dire plus : «le football saoudien a révolutionné le marché des transferts l’été dernier, dépensant plus de 975 M€ en transferts. Avec quatre clubs (Al Hilal, Al Nassr, Al Ahli et Al Ittihad) financés par le Fonds d’investissement public du pays, dominer le football continental devait être la première étape pour commencer à intimider le reste du monde. Et cette première tentative a échoué. Le vainqueur de la Zone Ouest des Champions d’Asie est Al Ain, après avoir éliminé Al Hilal en demi-finale.» Mais pour Jorge Jesus, l’entraîneur d’Al-Hilal, tout n’est pas à jeter. D’autant que l’arbitrage n’a pas été à la hauteur hier selon lui.

La suite après cette publicité

«Nous avons préparé l’équipe, mais nous n’avons pas eu de chance en ne marquant pas assez. Nous avons présenté une deuxième mi-temps distinguée dans laquelle nous avons tout fait. Nous n’avons pas obtenu de penalty clair et net. Nous avons eu plus de 10 occasions de marquer. Dans le football, celui qui profite des opportunités gagne. Il nous a manqué quelques solutions offensives en raison de l’absence de Mitrovic et de Neymar. J’ai revu les détails du match et vu les occasions obtenues, et je leur ai dit dans le vestiaire, relevez la tête, vous avez tout fait. Nous ne devons pas oublier que notre équipe a gagné 45 matches (cette saison) et je suis sûr que nous continuerons à le faire.» Pas en Ligue des champions asiatique, le grand objectif de la Saudi Pro League en 2024. Les stars et les millions n’ont pas permis d’éviter un échec.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité