OM - FC Porto : les notes du match

Sur sa pelouse de l'Orange Vélodrome, l'Olympique de Marseille s'est encore incliné face au FC Porto, à l'occasion de la 4e journée de la phase de poules de cette Ligue des Champions (0-2), synonyme d'élimination. Impuissant, les Phocéens viennent surtout d'enregistrer une 13e défaite de suite en C1. Un record plus que triste.

Zaidu Sanusi au duel avec le Phocéen Florian Thauvin
Zaidu Sanusi au duel avec le Phocéen Florian Thauvin ©Maxppp
La suite après cette publicité

S'imposer pour ne pas rentrer dans l'histoire de la Ligue des Champions avec une statistique affligeante et surtout rester en vie dans le groupe C. Tel était l'objectif de l'Olympique de Marseille ce mercredi à l'Orange Vélodrome, face au FC Porto, dans le cadre de la 4e journée de Ligue des Champions. Sur une série de douze défaites en C1, le club phocéen devait l'emporter pour garder un espoir de se qualifier en phase finale. Pour ce faire, André Villas-Boas alignait un 4-3-3 avec les titularisations de Balerdi, Germain ou encore Luis Henrique. En face, Sérgio Conceição sortait un 4-4-2 et optait pour un duo Marega-Diaz devant.

Trois semaines après la gifle reçue au Portugal (0-3), les Marseillais rentraient bien dans leur match en mettant de l'intensité et de l'agressivité. La première opportunité était pour Sanson mais le tir de l'ancien Montpelliérain fuyait le cadre (5e). Gênés, les visiteurs essayaient de faire la différence sur des attaques rapides, en vain. Les Phocéens, eux, continuaient leur travail et Germain était tout proche de l'ouverture du score sur un coup de tête repoussé par Marchesin (15e). Bien présents, les hommes d'André Villas-Boas ne laissaient rien passer, et Balerdi (29e) ou encore Sanson (36e) voyaient jaune pour des excès d'engagement.

13 défaites d'affilée en LdC, le triste record de l'OM

Mais de leur côté, les Dragões ne tremblaient pas et gardaient confiance. La preuve quelques instants plus tard avec tir puissant de Sanusi repoussé par un Mandanda vigilant (37e). Mais sur l'action suivante, l'OM craquait. Manafa plaçait une tête sur corner que Kamara déviait mais en deux temps, Sanusi débloquait la situation face à Mandanda (39e, 0-1). Un but encaissé au pire moment par les Phocéens. En seconde période, l'intensité était toujours présente et les cartons pleuvaient. André Villas-Boas, lui, tentait quelque chose en réalisant trois changements d'un coup. Payet, entré en jeu, cherchait alors Thauvin mais Sanusi réalisait un énorme sauvetage (61e). Le chrono défilait à l'Orange Vélodrome et après l'expulsion de Grujic pour deux avertissements (58e, 67e), l'OM gardait peut-être espoir.

Malheureusement, Balerdi tuait presque son équipe en accrochant Marega dans sa surface. Résultat ? Carton rouge (deux jaunes) et un penalty transformé par Sergio Oliveira (72e, 0-2). Abattus, les Phocéens tentaient tout de même de faire bonne figure avec par exemple cette frappe de Benedetto dans le petit filet (82e) et une autre de l'Argentin sur le poteau en fin de partie (90e+1). Battu (0-2), l'Olympique de Marseille continuait son zéro pointé et enregistrait une 13e défaite de rang en C1, un triste record, tout en disant adieu à la phase finale. Le FC Porto confortait de son côté sa seconde place du groupe C et faisait un pas de plus vers les 8es de finale.

L'homme du match, Z. Sanusi (7) : le Nigérian n'a pas compté ses efforts entre l'attaque et la défense. Il a d'ailleurs forcé Mandanda à effectuer son premier arrêt (37e), avant même d'ouvrir le score sur un corner quelques secondes plus tard (39e). Menace sur presque chaque action des Dragons, il a réussi un match plein et complet, avec même un sauvetage très important devant Thauvin (61e), juste avant le deuxième but des siens.

Olympique de Marseille

  • Mandanda (4,5) : un match qui risque de lui rester en travers de la gorge. Vigilant sur sa ligne, le gardien français avait bien repoussé un tir de Sanusi (37e). Derrière, il a aussi fait le job devant le latéral gauche qui était à bout portant mais ce dernier a quand même marqué (39e). Enfin, sur le penalty de Sergio Oliveira, il est parti du bon côté mais était trop court (72e). Frustrant.

  • Sakai (3,5) : trop d'espaces dans son dos qui ont profité à Sanusi et ses coéquipiers, peu d'apport offensif… Ce soir, l'international japonais est passé à côté de sa rencontre, lui qui a également souffert face à Diaz qui a énormément joué dans son couloir. Et s'il n'a pas beaucoup combiné avec Thauvin, il ne l'a pas plus fait avec Aké.

  • Alvaro (4) : indéboulonnable en défense centrale, l'ancien joueur de Villarreal a plutôt bien contenu Diaz qui a dû décrocher pour toucher le ballon. Concernant les relances, il a aussi été précis. Toujours solide et vicieux, l'Espagnol n'est pas impliqué sur les deux buts adverses même si, comme toute son équipe, il aurait pu être plus réactif sur l'ouverture du score.

  • Balerdi (2) : préféré à Caleta-Car, passé à côté au match aller, le défenseur central argentin a rapidement mis de l'impact et de l'agressivité, ce qui lui a valu un carton jaune (29e). Mais malheureusement, avec cet avertissement, il s'est transformé et est passé à côté du reste de son match. Trop souvent en retard ensuite, surtout sur Marega, il a concédé un penalty et a vu rouge pour un autre carton (71e). Une soirée à oublier.

  • Amavi (4) : une prestation en demi-teinte. Bousculé du début à la fin dans son couloir, les visiteurs tentant plusieurs fois de passer dans son dos, le latéral phocéen a connu quelques difficultés. Malgré tout, il n'a pas baissé les bras, comme à son habitude, et a multiplié les courses, offensives et défensives.

  • Rongier (2,5) : toujours présent dans l'entrejeu, l'ancien Nantais a la confiance de son coach. Mais ce soir, le milieu français ne s'est pas beaucoup montré. Moins offensif que Sanson et un peu éclipsé par Kamara, il a presque traversé cette rencontre malgré quelques passes interceptées. Il va vite falloir passer à autre chose.

  • Kamara (4,5) : deux périodes bien distinctes. Omniprésent dans le premier acte avec plusieurs récupérations et de la disponibilité dans le jeu olympien, le joueur formé au club avait même pu tenter sa chance (12e). Mais s'il a pris les choses en main durant les 45 premières minutes, il a eu plus de mal en seconde période, la faute notamment à un avertissement rapide (49e) qui l'a forcé à lever le pied dans ses interventions. Remplacé par Cuisance (60e), qui est venu chercher le ballon pour organiser le jeu des siens.

  • Sanson (4) : assez actif durant cette rencontre, surtout en première période, l'ancien joueur du MHSC a essayé de faire la transition entre les lignes en accélérant balle au pied. Auteur de la première frappe du match, à côté (4e), il a cependant disparu des radars petit à petit, encore plus après son avertissement (36e). Après sa frappe cadrée mais non dangereuse (76e), il a laissé sa placé à Nagatomo (78e). Le Japonais s'est plutôt placé aux avant-postes pour apporter le surnombre, ce qui n'a servi à rien.

  • Thauvin (3) : élément le plus remuant du côté de l'OM sur le plan offensif, l'ancien Magpie n'a cependant pas fait la différence dans cette partie. Bien pris par les Dragões et surtout Sanusi, le joueur de 27 ans a plutôt essayé d'apporter un plus sur les coups de pied arrêtés comme son bon ballon pour Germain (15e). Insuffisant cependant. Devancé par Sanusi (61e) sur une belle opportunité, il a ensuite été remplacé par Aké (78e). Le jeune ailier de 19 ans n'a pas beaucoup vu le cuir.

  • Germain (4) : encore titulaire après sa présence dans le XI face à Strasbourg, l'ancien Niçois et Monégasque a eu un rôle ingrat. Esseulé sur le devant de l'attaque, il a eu peu d'occasions. Il a tout de même créé le danger avec un coup de tête sorti par Marchesin (15e) et une frappe contrée au retour des vestiaires (47e). André Villas-Boas l'a ensuite remplacé par Benedetto (59e). L'Argentin, qui a provoqué l'expulsion de Grujic (67e), a été remuant et a trouvé le petit filet extérieur (82e) avant de voir sa tentative terminer sur le poteau (90e+1).

  • Luis Henrique (2,5) : l'ailier brésilien ne gardera pas forcément un bon souvenir de sa première titularisation sous les couleurs phocéennes. En dehors du fait que celle-ci était en Ligue des Champions, la recrue de l'OM a été quasi-inexistante. Peu trouvé puisque le jeu olympien a penché à droite, il n'a pas pu s'illustrer, ce qui est dommageable. Mais l'envie était là. Remplacé par Payet (59e), plutôt intéressant sur un ou deux centres mais c'est tout. Averti en fin de match pour un accroche avec Sergio Oliveira (85e).

FC Porto

- Marchesin (6) : pour commencer son match, il a bien sorti une tête de Germain (15e). Mais globalement, le portier argentin a bien dû s'ennuyer dans les 45 premières minutes. En deuxième mi-temps, une simple prise de balle (59e), un arrêt sur une frappe timide de Sanson (76e) et une tête de Benedetto sur le poteau (90e+1) lui ont permis de ne pas s'endormir.

- Manafa (5) : parfois pris dans son dos, le Portugais a eu un apport offensif important, symbolisé par un raid solitaire au cœur de la défense marseillaise (26e). Peu mis en difficultés par Luis Henrique, il a cependant été le défenseur le moins présent chez les Dragons, malgré l'entrée de Dimitri Payet.

- Sarr (5,5) : le Français prêté par Chelsea a montré de la sérénité balle au pied, notamment dans ses relances longues. Mais ce qu'on demande d'abord à un défenseur, c'est de bien défendre. Et, là encore, il l'a bien fait en s'imposant tranquillement dans les duels et en étant très peu débordé.

- Mbemba (5,5) : une première bonne intervention sur un centre d'Amavi (10e) l'a bien mis en confiance. La suite a été faite de solidité dans les duels et de bons retours même si la finesse dans les relances est loin d'être son point fort. Mais il a remporté son duel avec Germain puis Benedetto, et c'est bien l'essentiel pour lui.

- Z. Sanusi (7) : voir ci-dessus

- Corona (5,5) : l'homme du match aller selon La Rédaction FM a eu un peu plus de mal à briller, malgré ses dézonages quasiment perpétuels. Se baladant sur tout le front de l'attaque, le Mexicain a eu peu d'occasions d'être face au jeu. Un match assez quelconque pour lui, qui a quand même été à l'origine du penalty provoqué par Marega (71e). Remplacé par Taremi (78e).

- Grujic (4) : le milieu de terrain serbe, prêté par Liverpool, a souffert en début de match, largement dominé dans l'envie et dans l'impact par le milieu marseillais. A l'image de son équipe, il a connu un léger mieux. Souvent avec un temps de retard, ses interventions n'ont pas été sereines, ce qui lui a valu un avertissement (58e), puis un deuxième synonyme d'expulsion (67e).

- Oliveira (6) : l'un des buteurs du match aller et capitaine a beaucoup travaillé dans le milieu. Mais il a aussi servi de rampe de lancement en touchant beaucoup le ballon dans la construction du jeu. Déjà auteur d'un penalty à l'aller, il en a converti un nouveau pour doubler la mise (72e). Remplacé par Loum (90e).

- Otavio (5) : le Brésilien a pris beaucoup de coups, mais c'est parce qu'il était très souvent dans le combat. En bon soutier, il a couru partout pour colmater les quelques trous laissés par ses coéquipiers, en faisant parfois don de son corps. Un travail de l'ombre primordial qu'il n'a pas à hésiter à assumer.

- Diaz (6) : peu trouvé par ses partenaires, le Brésilien a montré des qualités techniques évidentes dès qu'il pouvait s'exprimer avec le ballon. A l'origine des rares combinaisons offensives des siens dans le premier acte, il a posé des problèmes aux défenseurs qui avaient le malheur de devoir le prendre. Plus en difficultés en fin de match, il a été remplacé par Nakajima (78e).

- Marega (6) : le Malien n'a pas été très inspiré lors de sa première partie de rencontre. Alors qu'il a le gabarit pour peser, il n'a pas su le faire, du moins en première mi-temps, avec en plus de mauvais choix dès qu'il avait le ballon. Du mieux au fil de la rencontre, alors qu'il se positionnait dans la zone d'un fébrile Balerdi. Il a d'ailleurs été à l'origine du penalty et du rouge du défenseur (71e). Remplacé par Joao Mario (78e).

Plus d'infos

Commentaires