Le top 5 des pires recrues offensives de l'ASSE

À l'instar du TFC, l'AS St-Etienne ne s'est guère montrée à son avantage concernant le recrutement d'éléments offensifs de qualité ces dernières saisons. Voici un florilège des principaux flops stéphanois en matière d'attaquant de ces dix dernières années.

Sanogo, tête de gondole du dégraissage des Verts
Sanogo, tête de gondole du dégraissage des Verts ©Maxppp

Le recrutement d'un avant-centre de qualité est une quête bien difficile, en France plus qu'ailleurs. L'AS St-Etienne l'a appris à ses dépens et a multiplié les erreurs de casting ces dix dernières saisons. Surfant sur l'incroyable réussite du recrutement sur cassette vidéo du redoutable tandem brésilien Alex-Aloisio, les dirigeants stéphanois se sont laissé abuser. De Daniel Bilos, à l'obscur Rodrigao en passant par le fantomatique attaquant suédois, Lasse Nilsson, retour sur une décennie d'erreurs de casting à l'ASSE.

La suite après cette publicité

1- Boubacar Sanogo (de août 2009 à ?, 20 apparitions – 1 but)

Pour expliquer la première place de Boubacar Sanogo dans ce classement, voici deux chiffres. Le premier est un montant 5, soit la somme déboursée en millions d'euros par l'ASSE pour arracher le peu prolifique attaquant ivoirien au Werder Brême durant l'été 2009. Le second chiffre est 1, comme le nombre de but inscrit par le joueur en Ligue 1 en 20 apparitions. Entre méforme, blessures à répétition et mal-être, le bilan de Sanogo dans le Forez est catastrophique. Rarement prolifique en Bundesliga lors de ses différents passages à Kaiserlautern, à Hoffenheim ou à Hambourg dans un championnat très offensif, il aurait été étonnant de voir Sanogo enfiler les buts comme les perles en Ligue 1. De retour à l'entraînement depuis trois semaines, il n'a toujours pas fait son retour sur les pelouses avec l'ASSE avec le groupe pro. Il pourrait quitter les Verts en fin de saison.

2- Lasse Nilsson (d’août 2007 à janvier 2008, 4 apparitions)

Lorsque l'ASSE s'offre Lasse Nilsson pour 3 M€, la plupart des observateurs saluent ce pari tenté par les Verts. Attaquant international suédois, Nilsson fait le bonheur d'Heerenveen depuis 3 saisons et a déjà inscrit une vingtaine de buts en Eredivisie. Malheureusement pour ce dernier, l'entraîneur stéphanois va prendre immédiatement en grippe le Scandinave qui ne va disputer que 4 matches en 6 mois. Une situation déplorée par l'intéressé à l'époque. « Si on ne vous donne aucune chance de faire vos preuves, c’est beaucoup plus difficile à accepter. » Après différents prêts décevants (Aalborg, Elfsborg, Vitesse Arnhem), Nilsson est finalement acheté par le club néerlandais qui va également rapidement regretter son choix. Après 13 buts en 3 saisons, Nilsson retourne en janvier à Elfsborg qui le recrute une troisième fois. Auteur d'un but pour son retour en Suède, l'attaquant nordique espère qu'il va pouvoir enfin relancer sa carrière, et ce, à 29 ans.

3- Gonzalo Bergessio (de septembre 2009 à janvier 2011, 47 apparitions – 5 buts)

L'attaquant international argentin débarque dans le Forez pour près de 6 M€ fin août 2009. Bergessio a déjà connu l'Europe du côté de Benfica, avec un échec cuisant à la clé. De retour au pays, il effectue un come-back intéressant et plante 14 buts avec San Lorenzo. Suffisant pour que l'ASSE casse sa tirelire pour le recruter. Les débuts de ce dernier sont d'ailleurs fracassants. Lors de ses six premiers matches, il marque 5 buts et devient incontournable à l'ASSE. Mais la suite sera moins heureuse et les buts de Bergessio se feront plus rares et sa maladresse devant le but deviendra rapidement insupportable aux supporters stéphanois. Incapable de planter le moindre but en L1 lors de la première partie de saison (16 apparitions), l'Argentin est prêté cet hiver à Catane. Au sein de la modeste formation italienne, il retrouve des couleurs et a déjà inscrit 2 buts en sept apparitions. Si le bilan reste modeste, il est déjà bien supérieur à celui aperçu à St-Etienne ces derniers mois.

4- Daniel Bilos (d’août 2006 à janvier 2007, 14 apparitions)

L'un des gros gâchis de la décennie côté stéphanois. Considéré à l'époque comme l'un des joueurs les plus talentueux du championnat argentin, Bilos est recruté par l'ASSE à Boca Junior pour 1,5 M€. Mais une fois encore, le joueur est mal exploité. En dépit de prestations très intéressantes, El Flaco ne parvient pas à convaincre Ivan Hasek. Pourtant, le joueur multiplie les prestations de qualités lorsqu'il entre en jeu. Généreux dans l’effort et doté de grosses qualités physiques et techniques, il se révèle être un ailier gauche de talent. Pas suffisant pour les Verts qui le prêtent six mois après son arrivée. Prêté consécutivement à l'America Mexico puis à San Lorenzo, il résilie son contrat pour rejoindre Banfield. Malheureusement, une blessure à la cuisse gauche l'oblige à mettre un terme à sa carrière à seulement 29 ans.

5- Rodrigao (de juin 2001 à octobre 2001, 7 apparitions – 2 buts en D2)

Obscur attaquant brésilien, Rodrigao débarque en 2001 à St-Etienne en provenance de Santos. Incapable de s'adapter au championnat de France de deuxième division, cet ancien international espoir brésilien ne reste que quelques mois dans le Forez. Blessé durant ses premiers mois chez les Verts, il va tout de même inscrire deux buts avant d'être prêté. Il ne reviendra jamais à Geoffroy Guichard. Ne tenant pas en place, Rodrigao va changer de club tous les ans depuis la saison 2003/04. Il évoluerait aujourd'hui à Santo André (D2 brésilienne), mais n'a plus joué depuis juin 2010. Une fin de carrière en pointillés pour un joueur qui ne restera pas dans les annales du football brésilien.

Dans le même thème :

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires