Liga : l'Athletic d'Ernesto Valverde est en train de convaincre tout le monde !

Sous les ordres d'Ernesto Valverde, l'Athletic réalise un très bon début de saison. Sur le plan comptable comme dans le jeu.

Ernesto Valverde dans sa zone technique
Ernesto Valverde dans sa zone technique ©Maxppp
La suite après cette publicité

Il avait manqué à la Liga ! Depuis son licenciement du FC Barcelone en janvier 2020, Ernesto Valverde s'était mis de côté et n'avait pris les commandes d'aucun club. Mais forcément, quand l'Athletic est venu toquer à sa porte cet été, difficile de dire non. Celui qui avait déjà entraîné l'écurie basque à deux reprises déjà par le passé avait rejoint la candidature du président Jon Uriarte, déterminé à remettre le club de Bilbao à sa place, c'est-à-dire dans les premières places du classement. Et pour l'instant, c'est plutôt bien parti.

Après sept journées de Liga, les Leones pointent à la troisième marche du classement, avec cinq victoires, un nul et une défaite, et la troisième meilleure attaque du championnat derrière les deux cadors. Une grosse différence avec l'Athletic des dernières saisons déjà, qui avait du mal à faire trembler les filets adverses. Il faut dire qu'avec Valverde, les pensionnaires de San Mamés ont retrouvé un jeu plutôt fluide, et avec beaucoup de variantes. Quand l'équipe a le ballon, elle sait attaquer en passant par les côtés ou l'axe, et en jouant plus au sol grâce aux qualités de Muniain, comme en profondeur en profitant de la vitesse des frères Williams.

Des individualités en feu

Il faut dire que la force de cet Athletic, et d'Ernesto Valverde, c'est de réussir à exploiter du mieux possible les qualités de chacun. Il y a Muniain, forcément, qu'on ne présente plus. Meneur de jeu de l'équipe qui jouit d'une totale liberté sur le terrain, le milieu offensif de 29 ans régale chaque week-end, avec un peu plus de régularité qu'avant. Difficile de ne pas parler d'Iñaki et de Nico Williams, les deux frères qui ont certaines qualités en commun, comme la vitesse, mais aussi d'autres différences. Le premier, aligné en pointe, est un joueur très à l'aise dans ses déplacements sans ballon, alors que son cadet, qui vient d'être appelé en sélection par Luis Enrique pour la première fois, a plus ce profil de joueur qui porte le ballon et va tenter le un contre un.

Il faut aussi mentionner l'ailier Alex Berenguer, qui n'a jamais été à ce niveau depuis son arrivée à l'Athletic, et de la coqueluche Oihan Sancet (22 ans), milieu de terrain au profil box-to-box qui adore se projeter vers l'avant pour conclure les actions, et qui risque lui aussi tôt ou tard de découvrir la sélection. Derrière, le taulier Íñigo Martínez et ses acolytes Dani Vivian et Yeray Alvarez, en fonction des matchs, assurent et solidifient la défense, également bien protégée par le portier de la Roja, Unai Simon. Jusqu'où ira cette équipe ? Difficile à dire, tout comme il est difficile de lui trouver de vrai défaut. Mais avec une saison plus calme que ses concurrents car pas de coupe d'Europe, l'Athletic a toutes les cartes en main pour terminer dans le haut du classement...

Plus d'infos

Commentaires