Serie A : Paulo Dybala a déjà conquis la Roma

Deux mois après son arrivée remarquée à la Roma, Paulo Dybala a déjà été adopté. Élément majeur de José Mourinho qui en a fait son homme de base sur le terrain, l'Argentin retrouve le goût du jeu à l'heure d'aller défier l'Inter, où il a bien failli signer cet été.

La joie de Paulo Dybala avec l'AS Rome
La joie de Paulo Dybala avec l'AS Rome ©Maxppp
La suite après cette publicité

Ce fut l'un des feuilletons les plus longs de l'été. Après des semaines de tractations, de prises d'informations et de négociations, Paulo Dybala a fini par tourner le dos à l'offre de l'Inter pour s'engager à la Roma. Le milieu offensif a reçu un accueil digne d'un Empereur intronisé. Au cœur du mois de juillet, des milliers de tifosi se sont rassemblés devant le Palais de la civilisation italienne pour célébrer leur nouveau joyau. Numéro 21 floqué dans le dos, l'Argentin a rapidement compris où il avait mis les pieds. Ce nouveau domaine serait le sien, à condition de satisfaire vassaux et sujets.

« C’était insolite, exceptionnel, retraçait-il lors d'un entretien accordé à ESPN durant la trêve internationale. Lorsque vous entrez dans le stade, vous êtes avec vos coéquipiers, alors que lors de ma présentation, j’étais seul. Cela ne m’était jamais arrivé. Le supporter de la Roma ressemble au supporter argentin dans sa passion. Très différent de l’environnement de la Juventus, plus similaire à l’Argentin. Je ressens cette affection, la leur est une belle folie : la Roma passe avant la famille. Les Romains vivent le football comme nous. » De quoi l'aider à se sentir encore un peu plus chez lui.

Quand Mourinho draguait ouvertement Dybala

S'armer de patience valait le coup. Après avoir paraphé un contrat de trois ans, il n'a pas mis bien longtemps à se montrer décisif. Deux victoires inaugurales en championnat puis il y a eu cette première passe décisive face à la Juventus, histoire de se rappeler au bon souvenir de son ancien club qui n'a pas souhaité le conserver. Il fut définitivement adoubé grâce à son doublé lors de la réception de Monza : une frappe terrible du gauche après une course de 50 mètres, puis un second but d'opportuniste. En 8 apparitions au total, Dybala en est déjà à 4 buts et 2 passes décisives.

Une acclimatation rapide également due à José Mourinho. Le Portugais peut être clivant mais c'est aussi un faiseur de Rois. Avec sa malice et ses formules-chocs, c'est lui qui a convaincu le joueur de 28 ans de venir le rejoindre, alors qu'il était très proche de rejoindre l'Inter, pourtant qualifiée en Ligue des Champions et vice-champion d'Italie en titre. «La saison dernière à la Roma avec la Juve, nous gagnions 4-3 et l'entraîneur m'a sorti. Mourinho est venu me saluer sur le banc et m'a dit : "Tu es un phénomène". Cet épisode est resté dans ma tête, mais je ne pouvais pas savoir alors ce qui allait se passer avec le renouvellement à la Juve», concède l'Argentin.

De retour en sélection argentine

«Quand il m'a appelé la première fois, il m'a demandé si je me souvenais de ce moment. J'ai dit : "Bien sûr, comment pourrais-je oublier ? C'était un honneur". Puis il a dit : "Maintenant, vous devez le faire pour moi". Il m'a également appelé les jours suivants et la décision a été facile à prendre. » Après avoir permis à la Louve de soulever la Ligue Europa Conférence, premier titre du club depuis 14 ans, le Special One poursuit son projet. Et c'est le joueur de 28 ans qui va l'incarner. «Être un protagoniste dans une équipe comme la Roma m’aide beaucoup.»

«Son talent est à la disposition de l'équipe mais il n'est pas isolé du reste de ses coéquipiers», rappelle tout de même le Portugais. Il faudra faire attention aux blessures dont a souvent été victime la Joya ces dernières saisons mais l'histoire avec la Roma est partie sur les meilleures bases. C'est d'ailleurs le cas en moment. Malgré un pépin physique qui l'a empêché de jouer, il a été rappelé par Lionel Scaloni avec l'Albiceleste et a toutes ses chances de faire partie de la liste argentine pour le Qatar. Une sélection qui validerait un peu plus le choix Roma plutôt que celui de filer à l'Inter, qu'il s'apprête à retrouver ce samedi à San Siro.

Un accueil tendu de l'Inter ?

Une décision qui a d'ailleurs été mal vécue par les deux parties, après un temps anormalement long de réflexion et diverses déclarations dans la presse. «Je ne me suis pas senti trahi par l'Inter, se défend Dybala. Depuis la fin de mon contrat avec la Juve, mes agents ont parlé à de nombreuses équipes. Vous (les médias) avez beaucoup parlé de certaines équipes en particulier. Marotta (directeur sportif de l'Inter Milan) et moi avons une bonne relation. À un moment donné, Tiago Pinto (DS de l'AS Roma) est arrivé à Turin et les choses ont changé.» Et aujourd'hui, c'est la Roma qui se frotte les mains, pas l'Inter...

Plus d'infos

Commentaires