Argentine, Coronavirus : la Ligue souhaite sanctionner les clubs qui ne veulent pas jouer !

Par Mathieu Rault
5 min.
Argentine, Coronavirus : la Ligue souhaite sanctionner les clubs qui ne veulent pas jouer ! @Maxppp

Face à la peur de la propagation du coronavirus, le club de River Plate a choisi de ne pas disputer sa rencontre de Copa de la Superliga, prévue aujourd'hui dans son stade. La Ligue de football argentine a promis des sanctions. Des joueurs sont montés au créneau pour demander le report des rencontres.

La planète doit faire face à l'épidémie de Covid-19 et le monde du football n'est pas épargné. Hier, l'Angleterre, la France et l'Allemagne ont été parmi les derniers pays européens à reporter leurs prochaines journées de championnat. Si l'Europe prend des mesures, le reste du monde n'a pas attendu pour agir. Pourtant, dans certains pays, des matches de football sont toujours programmés. C'est le cas de l'Argentine, où démarre la Copa de la Superliga, compétition qui compte onze journées, qui fait suite à la saison de Superliga, remportée cette année sur le fil par Boca Juniors.

La suite après cette publicité

Mais alors que les autorités ont pour le moment autorisé la tenue des matchs de football, imposant aux clubs de respecter un huis clos, face à l'inquiétude de la situation et alors que l'un de ses joueurs a montré des signes compatibles avec le coronavirus, River Plate a décidé de ne pas jouer la rencontre qui devait l'opposer l'Atlético Tucuman, ce samedi, au stade Monumental de Buenos Aires. Une décision prise alors que le défenseur central de River Plate Thomas Gutiérrez, 19 ans, présentait des symptômes compatibles avec le coronavirus (le diagnostic n'a pas été confirmé), et motivée dans un communiqué.

À lire L’Arabie Saoudite vise Mohamed Salah et Kevin De Bruyne

«River Plate informe que le Club restera fermé dans son intégralité à partir du samedi 14 mars et pour une durée indéterminée (...), de plus, nous estimons que la poursuite de la compétition comporte des risques graves pour la santé de notre équipe professionnelle et celle de toutes les personnes impliquées dans l'organisation d'un match officiel. Compte tenu de cela, River Plate a décidé que, pour des raisons de force majeure, il ne disputerait pas le match du samedi 14 mars contre l'Atlético Tucumán,» a déclaré le club. Une décision qui a eu l'effet d'une bombe en Argentine. Et qui a fait réagir assez vivement la Superliga Argentina de Fútbol (SAF), organisatrice des compétitions.

La suite après cette publicité

La Ligue argentine de football promet des sanctions !

«Ce jour, les autorités nous ont informés que les matches de football pouvaient être joués, en prenant la précaution de le faire sans public, afin d'éviter la propagation éventuelle du virus COVID-19. Ils nous ont également assuré que les acteurs, ne faisant pas partie des groupes à risque et étant des professionnels, pouvaient poursuivre leur travail normalement, comme le font chaque jour des milliers d'Argentins dans les usines, les hôpitaux et tant d'autres lieux (...) En cette période d'incertitude mondiale due à une situation totalement atypique, il ne devrait y avoir aucune place dans notre football pour des positions individualistes ou unilatérales,» a lâché l'instance, visant directement River Plate.

Accusant le club de Buenos Aires de répandre la peur dans la société argentine, la Superliga a répété qu'elle se basait uniquement sur l'avis de scientifiques et spécialistes compétents et qu'elle respectait les règles recommandées par l'État, avant de menacer les déserteurs de sanctions. «L'attitude adoptée unilatéralement par un club de la Superliga fera l'objet de sanctions. La réglementation régit la concurrence et tous les secteurs doivent y être subordonnés. Surtout si les autorités nationales ne trouvent pas de raisons scientifiques de limiter la tenue des rencontres, à partir du moment où elles sont disputées à huis clos et sans public».

La suite après cette publicité

Diego Maradona apporte son soutien aux «déserteurs»

Bon élève, l'Atlético Tucuman, qui devait affronter River Plate, s'est rangé derrière la Superliga, appuyant les décisions de l'instance dans un communiqué. «Concernant le communiqué émis ce jour par la Superliga Argentina de football, l'Atlético Tucuman informe qu'il partage en tous points chacun de ses termes. Notre institution se présentera donc ce samedi pour disputer la rencontre, selon le calendrier initialement établi.» En attendant, des joueurs montent au créneau. Entre soutien à River Plate et messages exhortant la Ligue à stopper la saison, à l'image de Ricardo Centurion. «C'est une honte de devoir jouer, alors que tout le monde sait que l'on s'expose nous aussi. Nous ne sommes pas des robots,» a déclaré le joueur de Vélez sur Instagram.

De son côté, Diego Maradona a, dans son style caractéristique, apporté son soutien à ceux qui ne veulent plus fouler les pelouses d'Argentine. «Je les soutiens à mort, regardez-moi, je n'ai pas la chair de poule, mais je les soutiens à mort. Si les joueurs sont déterminés dans leur décision, je les défendrais jusqu'au bout,» a déclaré el Pibe de Oro dans des propos relayés par Ole. La suspension des compétitions en Argentine ne devrait plus tarder. Mais, dans ce genre de situation, difficile pour les organes décisionnaires d'accepter de se faire doubler par ceux qu'ils régissent. Reste à savoir si les rebelles de River Plate seront punis. On a déjà vu pire.

La suite après cette publicité

Le communiqué de River Plate :

Le communiqué de la Superliga Argentina :

Le communiqué de l'Atlético Tucuman :

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité