Incidents OL - OM : Vincent Labrune sort enfin du silence

Au lendemain des incidents survenus au Groupama Stadium provoquant l'arrêt définitif d'OL-OM, après seulement quelques minutes de jeu, Vincent Labrune a donné sa version des faits et a réclamé des sanctions.

Vincent Labrune, président de la Ligue de football professionnel
Vincent Labrune, président de la Ligue de football professionnel ©Maxppp

La réaction du président de la Ligue de Football Professionnelle (LFP) était attendue. Après les incidents survenus dimanche soir dès la deuxième minute de jeu de la rencontre Olympique Lyonnais - Olympique de Marseille, au Groupama Stadium, Ruddy Buquet, l'arbitre de cet Olympico, a décidé d'arrêter définitivement la rencontre au terme d'un imbroglio de près de deux heures. Vincent Labrune, le président de la LFP a tenu à réagir après cette polémique. «Je suis choqué, encore, que l'on mette deux heures pour prendre une décision qui relève de l'évidence et qui aurait dû être prise en deux minutes. Car il est évident que quand un acteur est touché, le match ne peut pas reprendre. On ne peut, sous aucun prétexte, transiger avec l'intégrité des acteurs et il ne peut pas y avoir de deuxième chance à mes yeux. Le match doit être interrompu, point final», a-t-il indiqué lors d'une interview accordée à L'Équipe.

La suite après cette publicité

Alors que la LFP est pointée du doigt par cette polémique, Vincent Labrune reconnait des erreurs, mais estime que la Ligue n'est pas entièrement responsable. «Je pense qu'il est temps de renverser la table sur les questions de sécurité, ni plus ni moins. Nous voyons bien que le système d'organisation « tripartite » (clubs/ État/ LFP) qui prévaut actuellement ne fonctionne pas de manière optimale (...) Je suis furieux, car ce n'est pas comme si la LFP n'avait pas anticipé ces sujets de troubles à l'ordre public dans les stades (...) Mais nous sommes rattrapés par un principe de réalité, car notre arsenal est réduit. À titre d'exemple : il aura fallu attendre les incidents d'hier (dimanche) pour que la réunion avec les ministres, que nous appelons de nos vœux depuis août, soit enfin organisée», a-t-il ajouté.

«La Commission n'a jamais sanctionné aussi durement que cette saison»

«La Ligue a un devoir de réserve par rapport aux décisions de la Commission de discipline, qui est indépendante. On aurait pu parfois parler un peu plus, mais nous ne l'avons pas fait afin de ne pas biaiser ses décisions. Vous répondre, c'est risquer d'impacter les prochaines... Je rappelle que la Commission n'a jamais sanctionné aussi durement que cette saison. Elle a retiré des points, elle a fermé des stades, des tribunes, elle a interdit des supporters de déplacements... (...) Mais une chose est sûre : ce n'est pas la Commission de discipline à elle toute seule, avec les pouvoirs qui sont les siens, qui va régler les problèmes de sécurité dans le football».

Enfin, le président de la LFP a reconnu une urgence face à cette situation et estime qu'il faut des sanctions fortes. «Il faut des interdictions de stade, que les parquets suivent les dépôts de plaintes... Il y a des sanctions collectives, mais un sentiment d'impunité individuelle. Il faut que ça cesse (...) Il est urgent de s'unir et d'affronter ensemble ce problème de société, de proposer des solutions plutôt que de « balancer » des petites phrases assassines totalement inutiles qui donnent du grain à moudre aux supporters. L'objectif sera donc de mettre tous les acteurs autour de la table prochainement pour prendre à bras-le-corps le problème.» Une chose est sûre, les événements de ce 21 novembre 2021 à Lyon vont laisser des traces...

Plus d'infos

Commentaires