Que doit faire Newcastle pour redevenir un cador de la Premier League

Bientôt racheté par un fonds d'investissement saoudien, Newcastle aura des moyens financiers importants. Si le rêve de retrouver le haut du panier en Premier League est permis, le travail s'annonce néanmoins conséquent pour y parvenir.

Joelinton et Allan Saint-Maximin célèbrent un but contre Southampton
Joelinton et Allan Saint-Maximin célèbrent un but contre Southampton ©Maxppp

Newcastle n'est peut-être pas le club le plus beau, le plus mythique ou le plus titré du football anglais, mais il en est l'un des symboles. Avec quatre Premier League à leur actif, les Magpies ont également mis en évidence des joueurs de légendes comme Kevin Keegan, Alan Shearer, David Ginola, Laurent Robert ou encore Michael Owen. Les amoureux du foot sur grand écran se souviennent également des exploits de Santiago Muñez dans la trilogie Goal ! mais aussi du mythique maillot noir et blanc de la formation anglaise. Mais depuis quelques années, Newcastle est tombé en décrépitude. Bastion fort dans les années 1990, l'équipe basée à Saint James Park est soumise à l'instabilité avec des relégations lors des saisons 2008/2009 et 2015/2016. Seule véritable lumière au tableau, une cinquième place acquise lors de l'exercice 2011/2012. Trop peu pour un monument appelé Newcastle mais cela pourrait vite changer.

La suite après cette publicité

Propriétaire du club depuis 2007, Mike Ashley va laisser place à un fonds d'investissement saoudien. Un rachat qui laisse place à l'optimisme puisque c'est bien l'État avec notamment le Prince Mohammed ben Salmane qui est derrière ce projet. On est donc en droit de s'imaginer un Newcastle ambitieux et de retour au sommet. Néanmoins pour y parvenir, il y a encore beaucoup de travail à faire. Journaliste pour The Chronicle, Andrew Musgrove est impatient de voir la vente se réaliser. Le défi s'annonce très intéressant à suivre à ses yeux : «c'est très excitant non seulement pour le club de football, mais aussi pour la ville et la région. Voir des propriétaires possédant cette richesse venir à Newcastle avec le potentiel de vraiment soutenir le club est formidable, mais pour moi, le potentiel d'investissement hors champ et l'impact positif sur l'économie de la région lorsqu'elle est sans doute confrontée au défi le plus difficile d'une génération avec le COVID-19 est la bienvenue. Sur le terrain, il est possible de faire de Newcastle United l'un des quatre meilleurs clubs, mais cela ne se fera pas du jour au lendemain. Il y a beaucoup de choses à faire et ce sera un projet à long terme.»

Un club qui se redécouvre de l'ambition

Journaliste pour The Athletic, Chris Waugh est également séduit par ce nouveau projet : «je pense que c'est vraiment positif pour Newcastle. Le club n'allait dans aucune direction sous Mike Ashley et les supporters de Newcastle ont désespérément besoin de changement. Les nouveaux propriétaires potentiels ont des plans ambitieux et je pense qu'ils peuvent vraiment envisager de grimper au classement à l'avenir. Cela prendra quelques années, mais Newcastle peut, espérons-le, commencer bientôt à relever des défis pour les qualifications et les trophées européens. Mais même avant cela, il sera juste agréable d'avoir une nouvelle vision du club et de ce qu'il peut potentiellement réaliser.» Plutôt bien accueillie, cette arrivée d'investisseurs fortunés apparaît comme un bol d'air frais. Après une quinzaine d'années peu reluisante, Newcastle a enfin la possibilité de se réveiller. Treizièmes cette saison alors que le championnat est suspendu pour cause de coronavirus, les Magpies ont huit points de retard sur les places européennes et huit points d'avance sur la zone rouge. À neuf journées de la fin, on se dirige pour le moment vers le maintien. Le coach Steve Bruce n'en est pas étranger.

«Les dernières informations suggèrent que Bruce sera autorisé à terminer la saison, ce qui, à mon avis, est pleinement mérité. Il a fait du bon travail et a stabilisé le club pendant une période mouvementée lorsque Rafa Benitez est parti. L'Espagnol s'éloignant, cela aurait pu faire dérailler le club , mais Bruce, avec un temps limité pour se préparer, est arrivé et a fait du bon travail. Les fans s'attendent à un changement de manager, mais peut-être que Bruce pourrait avoir une chance» explique Andrew Musgrove. Chris Waugh est du même avis même si l'arrivée d'un nouveau coach semble inéluctable sur le long terme à ces yeux. Les candidats sont nombreux, Rafa Benitez (Dalian), Mauricio Pochettino (Libre), Massimiliano Allegri (Libre), Lucien Favre (Borussia Dortmund) ou encore André Villas-Boas (Olympique de Marseille). Pour Andrew Musgrove, deux noms se détachent : «Rafa Benitez connaît le club à fond et n'a pas fini ce qu'il avait à faire ici, mais est lié à un contrat en Chine.Mauricio Pochettino a été lié et a montré qu'il peut prendre un club en difficulté et l'amener dans la course au titre. Celui qui est en charge à Newcastle doit comprendre la passion et les attentes de ce club, c'est unique. On ne s'attend pas à gagner des titres, mais juste à essayer de faire plus que de survivre.»

Une colonne vertébrale intéressante

Des mots qui témoignent de l'excitation de pouvoir dépasser ce qui a été fait sous la direction de Mike Ashley. Chris Waugh est lui très mesuré et pense que le club prendra son temps avant de choisir un autre coach pour mener à bien le projet : «je pense que les nouveaux propriétaires prendront leur temps pour évaluer la direction dans laquelle ils veulent que le club aille plutôt que de se précipiter dans quelque chose trop rapidement.» Si le choix du capitaine du navire est important, celui de l'équipage l'est aussi. Disposant d'un effectif de milieu de tableau, Newcastle devra logiquement se renforcer pour aspirer à mieux. Cependant, il y a de bonnes choses à conserver et certains joueurs peuvent grandir avec le club. «Il y a une bonne colonne vertébrale de joueurs qui sont prêts à tout donner, et le vestiaire est très uni en termes d'amitié et de convivialité. Vous avez un grand capitaine avec Jamaal Lascelles et d'autres leaders tels que Federico Fernandez et Matt Ritchie . Leur expérience sera importante, car les bases sont présentes pour l'avenir. Ensuite, vous avez les joueurs séduisants, Allan Saint-Maximin et Miguel Almiron qui font vraiment sortir les fans de leur siège» note Andrew Musgrove. Ce dernier voit aussi les frères Longstaff, Sean et Matthew s'inscrirent dans la durée. Chris Waugh n'hésite pas de son côté à mettre aussi en avant le portier slovaque Martin Dubravka.

Si le secteur défensif semble solide, la recherche de joueurs offensifs sera fondamentale. «La signature d'au moins un attaquant, mais probablement de deux ou trois, est essentielle. Les attaquants de Newcastle ont marqué un but en championnat entre eux cette saison. Joelinton n'a tout simplement pas fonctionné. Il est essentiel qu'un buteur de haut niveau arrive. Il faut également une créativité beaucoup plus grande. L'équipe se crée très peu d'occasions. C'est en attaque où le plus de renforcement est nécessaire, mais en réalité, tout le groupe pourrait être amélioré» analyse Chris Waugh. Avec 25 buts en 29 matches, Newcastle dispose de la pire attaque de Premier League avec la lanterne rouge Norwich City. Une situation dramatique qui demandera obligatoirement des corrections. La perte de Salomon Rondon n'a pas été compensée par le Brésilien Joelinton. Habitué à jouer avec au moins un partenaire en attaque à Hoffenheim (Andrej Kramaric, Adam Szalai ou encore Ishak Belfodil), il ne s'est en plus pas du tout adapté à la Premier League.

Quoi qu'il en soit, Newcastle devra faire plus qu'un ou deux ajustements pour viser une place européenne voire en Ligue des Champions. Les exemples de clubs qui se sont bien développés suite à un rachat sont nombreux et la similitude avec Manchester City est vite trouvée. «La comparaison la plus évidente est avec Manchester City, mais je ne pense pas qu'il y aura un niveau d'investissement aussi considérable chez les joueurs. Plus important encore, c'est la nécessité d'améliorer les infrastructures en investissant dans l'académie et le terrain d'entraînement, ainsi que dans la ville et la région au sens large. C'est ce qu'ils espèrent copier du projet de Manchester City» souligne Chris Waugh. Andrew Musgrove évoque lui un projet moins clinquant, mais qui a quand même remporté la Premier League en 2015/2016 : «je pense que c'est difficile, Leicester est peut-être le plus proche, car je pense que même s'il y a de l'argent derrière les nouveaux propriétaires, ce sera un processus graduel.De nombreuses comparaisons sont faites avec Manchester City, mais les choses ont changé au cours de la décennie qui s'est écoulée depuis.La richesse potentielle qui arrive est sans précédent. Il est difficile de prédire ce qui se passera ou de choisir une équipe à comparer.» Désormais doté d'une grande puissance financière, Newcastle n'a plus qu'à se donner le moyen de réaliser ses rêves.

Plus d'infos

Commentaires