PSG : l'incroyable soirée d'une défense bricolée

Déjà handicapée avant le début de la rencontre, la défense parisienne a perdu Marquinhos à la demi-heure de jeu puis Abdou Diallo à la pause. Et même si elle a énormément subi et s'en est remise à Navas, elle n'a pas sombré.

La défense du PSG a été chamboulée face au Bayern
La défense du PSG a été chamboulée face au Bayern ©Maxppp
La suite après cette publicité

Pour dire vrai, pas grand-monde n'était rassuré lorsqu'à la 28e minute, le capitaine Marquinhos a demandé le changement au banc de touche. Touché aux adducteurs, le défenseur central était énormément sollicité depuis le début de la rencontre et il tenait tant bien que mal la baraque face aux assauts munichois. Comme un dernier service rendu avant de quitter le terrain, il s'occupait même du travail offensif en allant tranquillement ajuster Neuer dans la surface pour offrir une avance de 2 buts à son équipe. Cette avance, elle allait fondre, le Bayern Munich revenant à 2-2 à la 60e minute, mais elle aurait pu être totalement engloutie sans un grand Keylor Navas.

Le portier parisien a réalisé un nouveau grand match, mais il ne faut pas sous-évaluer la prestation défensive d'ensemble du PSG. Surtout lorsqu'au retour des vestiaires, Abdou Diallo était contraint de céder sa place. La ligne défensive du PSG se présentait alors comme ceci : Bakker-Kimpembe-Danilo-Dagba. Soit 2 troisièmes choix pour les postes de latéraux, 1 titulaire habituel et 1 dépanneur. On ne donnait pas cher de la peau des Parisiens à cet instant-là. Si Müller est parvenu à égaliser, le Bayern n'a finalement pas réussi à prendre l'ascendant.

Une ligne défensive qui a finalement tenu

Si le marquage a été défectueux sur les deux buts bavarois inscrits de la tête, le jeu aérien de Danilo et Kimpembe a été au rendez-vous, avec de nombreux centres écartés. Le Portugais, qui avait un temps été utilisé à ce poste par Thomas Tuchel, avait bien entamé son match au milieu et il a globalement répondu présent en défense. Cela a été beaucoup plus compliqué, dès l'entame, pour Colin Dagba, préféré à Thilo Kehrer. Malmené par Coman, puis par Davies après son entrée, il a fait comme il a pu, pas assez aidé par Di Maria. Plus joueur que Kehrer, il a pris plus de risques dans ses relances.

À gauche, Diallo avait livré une première période sans relief avant de céder sa place à Bakker. Le Néerlandais a été en difficulté, mais, à l'instar de Dagba, il a tenu le coup, ne se mettant pas à la faute. Et mine de rien, avec cet attelage amusant pour certains, effrayant pour d'autres, le PSG n'a pas craqué en deuxième période, bien aidé aussi par l'abattage d'un Idrissa Gueye en excellente forme. Nul doute toutefois que Mauricio Pochettino préférera compter sur le retour de Florenzi et le rétablissement de Marquinhos et Diallo pour la semaine prochaine.

Plus d'infos

Commentaires