Real Madrid : les confessions de Karim Benzema sur son incroyable rendement !

Élu meilleur joueur français de l'année, en 2021, devant Kylian Mbappé, Karim Benzema s'est longuement confié pour France Football. Meilleur buteur de Liga et auteur d'un retour tonitruant avec l'équipe de France, l'attaquant du Real Madrid et des Bleus s'est ainsi livré sur sa vision du football, lui qui s'estime actuellement au sommet de son art. Extraits.

Karim Benzema sous le maillot du Real Madrid
Karim Benzema sous le maillot du Real Madrid ©Maxppp
La suite après cette publicité

Récompensé du titre de meilleur joueur français de l'année pour la quatrième fois de sa carrière par France Football, Karim Benzema n'en finit plus de briller, et ce malgré ses 34 printemps. Meilleur buteur actuel du championnat d'Espagne avec 17 réalisations, l'attaquant des Merengues, bien accompagné par Vinicius Jr, illumine chaque week-end la Liga. Un rendement tout aussi conséquent sur la scène européenne où KB9 peut se féliciter de compter cinq buts et une passe décisive à l'issue des phases de poules de la Ligue des Champions. Et que dire de son retour en équipe de France. Aux côtés de Kylian Mbappé, l'international tricolore (94 sélections, 36 buts) s'est fendu d'un très bel Euro sur le plan personnel avant de se muer en pièce maitresse du sacre des Bleus lors de la dernière Ligue des Nations.

Des performances éblouissantes qui lui ont donc logiquement ouvert les portes vers ce trophée honorifique de numéro un des joueurs français sur l'année civile passée. Une distinction que KB9 a d'ailleurs accueillie avec humilité. «Ce ne sont que des paroles. Je n'aime pas dire des choses comme ça. Cela peut être pris d'une manière, ou d'une autre. Ma motivation est de faire mieux chaque année. Et là ce que je fais, c'est mieux, en termes de statistiques, de buts, de passes décisives, de progression», a ainsi déclaré le Lyonnais pour France Football.

«Je peux être le sel, le poivre ou le piment !»

Honoré malgré tout de cette récompense, le Merengue s'est ensuite livré, sans équivoque, sur sa façon de voir le football qui explique, selon lui, sa réussite actuelle : «quand je joue, j'essaie de respecter le foot. Parce que je l'aime. Par exemple, je ne peux pas tirer dans un angle fermé alors qu'un coéquipier s'est démarqué. Je vais lui passer le ballon.» Altruiste sous le maillot madrilène, celui qui compte sept passes décisives en Liga depuis le début de la saison souhaite avant tout rendre les autres meilleurs. À la question : «êtes-vous un exhausteur de football ?», Benzema répond alors : «je peux être le sel, le poivre ou le piment». Dans cette optique, le Français est également revenu sur sa relation avec Vinicius Jr, estimant même avoir permis au Brésilien de progresser.

«Nous n'allons retenir que le truc que j'ai dit (à la mi-temps du match contre le Borussia Mönchengladbach le 27 octobre 2020, Benzema avait dit à Ferland Mendy "Il (Vinicius Junior) fait n'importe quoi. Joue pas avec lui, il joue contre nous"). Mais je sais ce que je lui ai apporté. Il faut lui poser la question. Aujourd'hui, il n'est plus le même joueur. Il fait ce qu'il devait faire depuis longtemps et tu ne peux rien lui dire. C'est un jeune joueur, très bon. Il faut juste lui parler. Je sais qu'il était capable de produire beaucoup plus. Donc, en deux ou trois phrases sur le terrain, en deux ou trois mouvements, je lui ai montré des choses, surtout dans les vingt derniers mètres. (...) Aujourd'hui, voilà, c'est du Vinicius Junior !»

Karim Benzema se considère au sommet de son art !

Leader incontestable du Real Madrid, Benzema prend ainsi chaque week-end une dimension plus importante, qui plus est après le départ de Cristiano Ronaldo. Une vie sans CR7 qui offre ainsi plus de responsabilités à KB9 : «quand il jouait au Real Madrid, il mettait entre 50 et 60 buts par année. Donc, tu dois t'adapter à cette réalité. Je devais bouger davantage sur le terrain, lui laisser les espaces car il effectue de très bons appels dans la surface de réparation adverse, et il était plus attiré que moi par le but. (...) Quand il est parti (en 2018, pour rejoindre la Juventus), ce qui a changé, c'est que c'était à moi de prendre le relais, de marquer des buts, de faire des passes décisives pour mes autres coéquipiers», a ainsi justifié l'intéressé.

Affirmant enfin s'être définitivement adapté au système de jeu sous le maillot tricolore, le prolifique buteur de la Casa Blanca a surtout reconnu être au sommet de son art : «actuellement, je me trouve au max. Il me manque juste des trophées. Après, nous pouvons toujours nous améliorer... Mais je ne vois pas à quel niveau en fait. (...) Je dois juste rester à ce niveau. Tout le monde dira : "oui, peut-être, encore un peu, machin." Mais là, je ne vois pas. Techniquement, tactiquement, mentalement, physiquement, etc.» Une déclaration qui pourrait laisser présager un excès de confiance mais force est de constater que le niveau actuel de Benzema laisse admiratif. «J'aimerais le voir tel que celui qu'il peut devenir. Un vrai tueur avec l'envie de tout fracasser et des objectifs toujours plus hauts». Pour conclure et pour répondre à ces déclarations d'un certain Zidane au sujet du Nueve en 2014, la star madrilène n'a alors pas hésité à affirmer : «il est là. Je suis là. Je suis devenu ce joueur dont Zidane parlait. Depuis trois ans, c'est moi». Et ce pour le plus grand bonheur des supporters français et madrilènes.

Plus d'infos

Commentaires