PSG : comment sauver le soldat Thiago Motta ?

Nettement moins performant que la saison dernière, Thiago Motta est le symbole d'un entrejeu parisien à la peine. Mais Laurent Blanc ne l'accable pas pour autant.

Motta a perdu le sourire ces derniers temps
Motta a perdu le sourire ces derniers temps ©Maxppp
La suite après cette publicité

Cette saison, pas besoin d'être un expert pour s'apercevoir que le Paris Saint-Germain version 2014/2015 est moins reluisant que celui de l'édition précédente. Une défense trop perméable, une attaque pas efficace, et surtout un milieu de terrain moins dominateur. Rouage essentiel du dispositif de Laurent Blanc, l'entrejeu rouge-et-bleu tousse et c'est toute la machine francilienne qui s'enraye. Un constat qu'avait concédé Blanc juste avant la réception de Nice au Parc des Princes. «On est moins dominateurs individuellement dans ce milieu. Je pense aussi que les adversaires ont bien étudié notre jeu. Ils prennent un peu plus de risques contre nous. Ils ont vu des équipes nous poser des problèmes en jouant très haut donc ils essaient de faire la même chose. Mais quand on va retrouver nos qualités, ce milieu de terrain peut nous donner autant de domination que l’année dernière.»

Seul souci pour le Cévenol, son milieu à trois n'a toujours pas retrouvé le top de sa forme. Pire, les critiques commencent à pleuvoir sur l'un des hommes forts de la saison passée : Thiago Motta. Chef d'orchestre du jeu parisien l'an dernier, l'international italien n'est que l'ombre de lui même. Souvent installé dans une position plus reculée, il peine à lancer la machine et n'excelle plus dans l'art de la passe qui déclenche tout. Idem pour sa forme physique. Face au Barça, il a trop souvent été vu en train de marche en phase de repli. Pas facile donc d'aider une défense déjà aux abois. Cela ne l'avait pas empêché pour autant de pointer du doigt l'absence d'esprit d'équipe et du manque d'investissement de ses partenaires. «Avec l’équipe que l’on a et tous les joueurs de grande qualité, si chacun se dévoue pour l’équipe, nous pouvons être très forts, comme nous l’avons montré dans le passé. Mais quand nous ne jouons pas en équipe, alors cela nous rend vulnérables. (...) Quand vous regardez Marseille, vous pouvez voir que le premier défenseur sur le terrain est Gignac. Il donne tellement pour son équipe. Ils n’ont peut-être pas un joueur du niveau d’Ibra, mais ils sont une vraie équipe et ils l’ont montré quand ils nous ont affrontés cette saison.»

Blanc veut aider Motta

Des critiques que l'intéressé ne semble toutefois pas prendre en compte puisque depuis sa sortie médiatique (le 4 décembre dernier, ndlr) n'ont pas vraiment eu d'effet sur ses prestations, ni sur celles de ces partenaires. Pourtant, Blanc ne lui fait pas faire banquette pour autant. Titularisé à 13 reprises sur 18 matches, Motta est-il un intouchable ? S'il a décidé de se passer de ses services pour le match de coupe de la Ligue demain soir à Ajaccio, c'est parce que Blanc souhaite le préserver pour la réception de Montpellier avant la trêve. Alors, quand les médias lui demandent d'évoquer le cas Motta, le Président refuse de tirer sur l'ambulance. «Il est moins bien c'est une évidence. C'est un joueur qui est important pour nous. On a pu voir la saison dernière l'importance que ce joueur a dans notre philosophie de jeu, c'est un élément fondamental. C'est vrai que le fait qu'il soit moins bien par rapport à l'année dernière nous pénalise certainement, mais ce n'est pas le seul élément. À nous de faire en sorte de l'aider. Si l'aider c'est de lui crier dessus, on lui criera. Si lui aussi veut qu'on lui crie dessus, on lui gueulera dessus, on lui criera dessus, on prendra un mégaphone, mais je ne pense pas que ce soit la solution.»

Quelle solution alors pour relancer Motta ? Ce mardi, en conférence de presse, Blanc a évoqué la possibilité de conserver son 4-3-3, mais avec la présence de nouveaux joueurs. L'Italo-Brésilien en fera-t-il les frais ? Sera-t-il mis un temps au repos afin de pouvoir revenir plus fort ? Mystérieux à ce sujet, Blanc indique qu'il fera tout pour aider son joueur. «C'est un garçon très,intelligent, on a besoin d'échanger avec lui, de mettre en place un certain programme pour qu'il retrouve de l'aisance et surtout de l’efficacité dans son rôle. C'est ça qui est le plus important. Tous les moyens sont bons pour y arriver, mais je pense qu'il faut utiliser des moyens différents pour chaque personne.» Reste maintenant à savoir si Motta sera réceptif à la méthode Blanc.

Plus d'infos

Commentaires