L'OM réagit aux sanctions de l'UEFA

Ce vendredi après-midi, l'instance européenne a dévoilé les sanctions qui visent le club phocéen pour avoir enfreint les règles du fair-play financier. Si celles-ci s'avèrent moins sévères que prévu, l'OM ne compte pas en rester là.

Jacques-Henri Eyraud, le président de l'Olympique de Marseille
Jacques-Henri Eyraud, le président de l'Olympique de Marseille ©Maxppp

Qualifié sur le terrain pour la prochaine Ligue des champions, l'Olympique de Marseille tremblait en coulisses. En effet, le club phocéen se trouve depuis plusieurs mois dans le viseur de l'UEFA via son fair-play financier. Les griefs retenus contre l'OM demeurent limpides : un déficit d'environ 90 millions d'euros lors de la saison 2018/2019 et surtout le non-respect de l'accord passé avec l'instance dirigeante du football européen. Deux motifs suffisants pour provoquer le courroux de l'ICFC qui avait déferré le cas marseillais le 5 mars dernier. Ce vendredi après-midi, le couperet tombait pour la formation olympienne.

La suite après cette publicité

Celui-ci fut beaucoup moins sévère qu'attendu. L'OM était condamné à une amende de trois millions d'euros ainsi qu'à une retenue permanente de 15% sur les revenus qu'il aurait le droit de percevoir pour toute participation aux compétitions interclubs de l'UEFA au cours des saisons 2020/2021 et 2021/2022. S'ajoutait à cela une restriction à 23 joueurs sur le nombre de joueurs que l'Olympique de Marseille peut inscrire dans sa liste A pour participer aux compétitions interclubs de l'UEFA en 2020/2021, 2021/2022 et 2022/2023. Des sanctions qui pénalisent certes le dauphin du PSG en Ligue 1 la saison dernière, mais le principal reste sauvegardé : une participation à la prochaine Ligue des champions.

L'OM veut contre-attaquer

Quelques heures après le communiqué de l'UEFA, le club marseillais est sorti du silence. Et les pensionnaires de l'Orange Vélodrome se félicitent du discernement de l'instance européenne dans cette affaire. « L’Olympique de Marseille prend acte de la décision rendue aujourd’hui par la Chambre de Jugement de l’UEFA. La Chambre a compris la situation sanitaire et son impact sur l’équilibre financier de tous les acteurs du football. Elle a surtout reconnu l’impossibilité manifeste de nombreux clubs à effectuer des prévisions à moyen terme et a souligné le manque total de visibilité sur les perspectives économiques actuelles, » précise d'abord le communiqué phocéen.

Mais apparemment, l'OM se réserve la possibilité de défendre son cas dans les prochains jours. « Pour autant, la décision de la Chambre inclut des sanctions financières significatives dans un contexte économique rendu extrêmement difficile par la crise du Covid-19. Le club décidera dans les prochaines heures s’il choisit de faire appel auprès du TAS. » Qu'on se le dise, le bras de fer entre l'UEFA et l'Olympique de Marseille nous réserve encore plein de rebondissements...

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires