TFC : Olivier Sadran s'insurge contre une relégation en Ligue 2

Le président du Toulouse FC Olivier Sadran a écrit une lettre à la LFP et à la FFF pour s'insurger contre une relégation imposée à son club et fait planer la menace d'un recours juridique.

Le président du Toulouse FC Olivier Sadran en conférence de presse
Le président du Toulouse FC Olivier Sadran en conférence de presse ©Maxppp

Il n'a pas fallu attendre longtemps pour entendre des présidents de Ligue 1 s'émouvoir de la décision d'arrêter le championnat, avant même qu'elle soit entérinée par la Ligue de football professionnel. Cette dernière devrait la rendre publique ce jeudi après-midi, en établissant un classement arrêté à la 28e journée, avec un calcul au quotient. Cela condamne notamment Amiens et Toulouse, les deux derniers du championnat, à la relégation en Ligue 2.

La suite après cette publicité

Comprenant que l'annonce du Premier Ministre Edouard Philippe allait aboutir à cela, le président de Toulouse, Olivier Sadran, s'est fendu d'une lettre à la LFP et à la FFF pour exprimer son désaccord sur le sort réservé à son club, relayée par le site lesviolets.com. « La conséquence en est que le TFC ne pourra pas défendre loyalement, sur les terrains, ses chances de maintien en Ligue 1 jusqu’à la dernière journée de championnat. Nous le regrettons fortement, car un classement provisoire, à ce stade de la compétition, ne présage jamais du classement final », écrit-il.

Sadran annonce un futur recours juridique

Avant d'enfoncer le clou : « je souhaite dès lors insister ici fortement sur ma position : toute décision de relégation fondée sur le classement provisoire au terme de la 27ème ou de la 28ème journée qui serait prononcée à l’encontre du TFC serait injuste, inéquitable et infondée en droit. » Olivier Sadran évoque les remontées au classement de son équipe en 2016, de Dijon en 2017 et de Lille en 2018 pour appuyer son propos. Trois équipes qui étaient en position de relégables à cet instant de la saison et qui avaient pu se sauver.

Il conclut : « compte tenu de tout ce qui précède, la demande du TFC est simplement que la FFF et la LFP respectent leurs propres règlements et se portent, comme elles le doivent, garantes de la protection de l’éthique et de l’équité sportive. Toute autre décision, ne permettant pas au TFC de faire valoir sportivement et équitablement ses chances de maintien, serait immédiatement contestée devant les juridictions compétentes. » Un positionnement légitime de la part d'un patron cherchant à défendre son entreprise, qui montre que quel que soit la décision finale, les clubs désavantagés ne se laisseront pas faire.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires