AJ Auxerre : l’incroyable parcours de Paul Joly, joueur le plus impactant de la saison en L2

Par Chemssdine Belgacem
4 min.
Paul Joly avec Auxerre @Maxppp

Auteur d’une saison remarquable durant laquelle il a grandement contribué à la montée de l’AJ Auxerre en Ligue 1, Paul Joly est promis à un bel avenir. Mais voilà, le joueur de 23 ans tire sa détermination d’un parcours atypique qui pourrait le voir terminer encore plus haut dans les prochaines années.

À une décision près, il aurait pu connaître les pleurs d’une descente avec le FC Lorient. Finalement, Paul Joly a connu les joies d’une montée avec l’AJ Auxerre. Et entre ses débuts frustrants au centre de formation à une saison 2023-2024 époustouflante, le défenseur droit a fait du chemin. Tout commence en 2015 pour le natif d’Orléans. Âgé de seulement 15 ans, il rejoint le centre de formation de Lorient. Un choix qui s’avère rapidement payant. Au sein d’une génération dorée, il évolue en tant que défenseur central aux côtés de joueurs tels qu’Enzo Le Fée ou encore Julien Ponceau. En U19 en 2018, son avenir fait alors débat chez les Merlus. Dans cette année où il doit passer d’un contrat stagiaire à un contrat professionnel, il est le dernier à recevoir une réponse. Et après moult discussions chez les formateurs bretons, le joueur est libéré.

La suite après cette publicité

Une épreuve qu’a vécu en première ligne Benjamin Genton, l’un de ses anciens formateurs dans le Morbihan : «c’était difficile de trancher pour Paul. On lui a donné une réponse en mai tant c’était complexe de trancher. J’étais l’un des partisans pour qu’il reste. C’est facile à dire après tout ce qui s’est passé pour lui mais j’ai toujours su déceler un réel talent chez lui. Il a appris beaucoup de choses à Lorient, le club lui a permis de grandir avec une génération dorée. Il était très peiné de partir mais il a toujours eu un mental d’acier. Il était persuadé qu’il allait réussir à devenir professionnel. Et ce côté têtu est une vraie force chez lui.» À peine libéré par Lorient, le droitier rebondit à Amiens l’été suivant. Malheureusement pour lui, l’aventure chez les pensionnaires du stade de la Licorne ne tourne pas en sa faveur et il ne joue aucun match avec l’équipe première. Finalement libéré par les dirigeants amiénois, il rejoint l’AJ Auxerre en 2020. Ainsi, sa carrière décolle enfin à l’âge de 20 ans.

À lire L’AJA en discussion avec un défenseur de l’Ajax !

Un chemin tumultueux même avec l’AJ Auxerre

Déterminé à rattraper le temps perdu, le défenseur, replacé à droite, joue avec le couteau entre les dents et s’illustre dans un premier temps avec la réserve auxerroise. Il débute finalement avec les pros en novembre 2021 en réalisant une performance convaincante face à Limonest en Coupe de France avec un but à la clé (4-2). Titularisé pour la première fois en Ligue 2 en décembre, il ne sort plus du onze et réalise de grandes performances sur lesquelles Jean-Marc Furlan tombe sous le charme. Il contribue ainsi à la montée du club en Ligue 1. Pour autant, il joue moins avec le tacticien de 67 ans et est moins utilisé l’année suivante. L’arrivée de Christophe Pélissier ne change rien et Paul Joly ne peut empêcher la descente en Ligue 2 alors que le club avait recruté Akim Zedadka à son poste au mercato hivernal. Mais l’Orléanais a fait preuve de maturité et a préféré reculer pour mieux sauter. Prêté à Dijon l’hiver dernier, le joueur de 23 ans a réalisé une demi-saison de haute voltige. Sous la houlette d’Omar Daf, Joly a retrouvé confiance en son football et a été inamovible avec le DFCO pour qui il a joué 19 rencontres.

La suite après cette publicité

Un prêt qui a tout changé pour lui comme il l’a qualifié : «j’ai pu avoir un maximum de temps de jeu. Quand le coach Pelissier arrive à Auxerre, il m’a prévenu que mon temps de jeu serait réduit à Auxerre. J’ai préféré partir à l’échelon inférieur pour jouer. C’est ce que le coach Daf m’a donné à Dijon. Cela m’a permis d’acquérir de l’expérience et de la confiance.» Une belle dynamique sur laquelle il a pu surfer lors de cette saison 2023-2024. Titulaire indiscutable aux yeux de Pélissier, le joueur d’1m82 a été élu dans le onze de la saison dans l’antichambre de l’élite. Le CIES (centre d’observation du football international) l’a même auréolé du titre honorifique de joueur le plus impactant de la saison en deuxième division. Une distinction qui se base sur son temps de jeu, le résultat de l’équipe et les caractéristiques de son domaine de jeu. Alors qu’il avait été libéré par le club amiénois qui ne comptait pas sur lui, il a célébré la montée de l’AJA sur la pelouse de la Licorne en mai dernier. "Une belle revanche" comme lui-même l’a qualifié dans ce même entretien pour Le 11.

Sous contrat jusqu’en 2026 avec le club icaunais et convoité par Feyenoord ou Galatasaray lors du dernier mercato hivernal, Paul Joly risque forcément d’attiser les convoitises. Pour Benjamin Genton, son ancien formateur, prouver dans l’élite sera un cap important à passer pour le reste de sa carrière. «Il a grandement contribué à la montée en Ligue 1, note son ancien mentor. Il a beaucoup progressé dans l’aggresivité et il remporte la majorité de ses duels. Je sens qu’il a encore une grande marge de progression. Dans l’utilisation du ballon, il a prouvé qu’il avait les qualités pour évoluer au plus haut niveau. Sa première année en Ligue 1 a été compliquée. C’est pourquoi il a un cap à passer cette année dans l’élite. Je suis convaincu qu’il peut aller plus haut et j’espère vraiment qu’il va y arriver». Le rendez-vous est pris.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité