Ligue 1 : Birger Meling, la grande trouvaille du Nîmes Olympique venue du froid

Auteur d'une remarquable performance pour sa première sous le maillot du Nîmes Olympique le week-end précédent contre Brest, Birger Meling a réussi ses débuts. Plus que sa performance sur le terrain, le latéral gauche norvégien débarqué cet été a surtout déjà séduit tout le monde chez les Crocos.

Birger Meling a réussi ses débuts avec Nîmes
Birger Meling a réussi ses débuts avec Nîmes ©Maxppp
La suite après cette publicité

C'est ce qu'on appelle un départ parfait. Pour son premier match officiel sous ses nouvelles couleurs rouges et blanches, et avant le déplacement à Nantes ce dimanche (15h), Birger Meling s'est mis tout le monde dans la poche. Rapide, technique et audacieux face à Brest (victoire 4-0) lors de la 1ère journée de Ligue 1, le premier norvégien de l'histoire du Nîmes Olympique n'a mis que 8 petites minutes à se montrer décisif. À la réception d'une transversale de Lucas Deaux, le latéral gauche réalisait un enchaînement somptueux contrôle-passe sans que le ballon ne touche le sol et sur un pas - pour le buteur Kevin Denkey. Voilà pour l'entrée.

En guise de hors-d'oeuvre, il profitait du champ libre laissé par la défense brestoise pour alerter Romain Philippoteaux, lequel lui remettait dans l'espace à l'entrée de la surface pour s'en aller trouver la lucarne de Larsonneur d'un tir puissant. On jouait alors la 31e minute de jeu seulement et l'international norvégien (11 sélections) faisait déjà vibrer le stade des Costières. «C'est très agréable de sentir que vous pouvez vous montrer lorsque vous en avez l'occasion, s'est enthousiasmé celui qui a été formé en partie au futsal au média norvégien Verdens Gang. Je ne peux que continuer à effectuer le travail nécessaire pour que ce soit une bonne saison. Mais c'est bien de montrer aux Français ce que je peux faire.»

Meling recruté pour 500 000 € seulement

Au Nîmes Olympique, on flaire déjà la bonne affaire. Face à la performance de l'infatigable latéral de poche (1m75 pour 64 kilos), le nouvel entraîneur Jérôme Arpinon a expliqué après la victoire sur Brest en conférence de presse avoir été tout de suite séduit par le profil du gaucher aux cheveux d'or. «Quand Reda Hammache (le directeur sportif du club, ndlr) me l'a proposé, je l'ai regardé une heure en vidéo, j'ai dit c'est bon, feu !!! J'ai demandé à mon directeur sportif : "t'es sûr qu'on peut l'avoir ?" Reda m'a dit oui ! Alors on a foncé ! » Pour 500 000 euros seulement, le transfert avec Rosenborg était réglé. Une sacrée trouvaille même si le joueur était suivi depuis un long moment.

Même en dehors du terrain, Biggy, son surnom à Nîmes, a déjà trouvé sa place. Rapidement adopté par le groupe qui a été surpris par ses qualités dès les premiers entraînements, il n'a pas été gêné par la barrière de la langue. En plus de quelques notions de français qu'il avait avant de poser ses valises dans le Gard, Meling a profité du confinement pour se plonger sérieusement dans l'apprentissage de la langue et gagner du temps sur son adaptation. «Il va voir tous les joueurs pendant les jeux à l'entraînement pour demander "comment on dit ça ?"», nous indique-t-on en interne pour évoquer un garçon «intelligent, structuré et doté d'une sacrée capacité d'adaptation.»

Biggy s'est déjà fait sa place à Nîmes

«Quand on veut un joueur, c'est nous qui venons vers lui, on lui présente notre projet. Généralement, il a quelques demandes mais c'est tout. Là, Meling avait préparé son entretien, il avait des questions, ce qui montre l'intelligence du joueur», nous révèle Reda Hammache. L'ancien de Stabæk, qui a signé un contrat jusqu'en 2023, pourrait bien devenir l'un des hommes forts des Crocos cette saison au même titre qu'Andrés Cubas (24 ans). Recruté en provenance de Talleres en Argentine pour un peu moins de 3 M€, le milieu de terrain paraguayen est particulièrement attendu à Nîmes et impressionne déjà ses partenaires à l'entrainement. Comme l'hiver dernier, l'actuel leader de la L1 compte sur le mercato pour se maintenir cette saison et vivre quelques moments d’exception comme ce fût le cas face à Brest.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires