Équipe de France : quel avenir pour Didier Deschamps ?

Par Maxime Barbaud
3 min.
Didier Deschamps lors de la demi-finale contre l'Espagne @Maxppp

L’élimination de l’équipe de France en demi-finale de l’Euro mais surtout le niveau de jeu affiché pendant la compétition oblige à se demander si Didier Deschamps est toujours l’homme de la situation.

L’aventure s’est donc arrêtée en demi-finale pour l’équipe de France. Laborieuse pour ne pas dire inquiétante tout au long de la compétition, elle est cette fois tombée sur plus forte qu’elle. Cette Espagne emmenée par Nico Williams, Dani Olmo et Lamine Yamal a confirmé ce qu’elle a montré depuis trois semaines, un collectif huilé et une animation offensive capable de déstabiliser toutes les défenses. Même celle de l’équipe de France pourtant très imperméable jusque-là.

La suite après cette publicité

Forcément, vient la question de l’avenir de ces Tricolores. Celui de Didier Deschamps sera forcément remis sur la table, comme après chaque compétition internationale. «Vous êtes redoutables, s’est-il plaint hier en conférence de presse. Posez la question à mon président. Je viens de perdre une demi-finale, vous croyez que… Moi je vous respecte, essayez de respecter les personnes qui ont des responsabilités aussi. Je vous le dis en toute tranquillité. Je viens pour répondre aux questions, mais je ne vais pas répondre à celle-ci. Vous n’auriez peut-être même pas dû me la poser.»

À lire EdF, Euro : ce qu’a dit Didier Deschamps aux joueurs après l’élimination

Des difficultés dans l’animation offensive et la gestion du groupe

Agacé, en plus de la frustration de cette élimination aux portes de la finale, le patron des Bleus est pourtant ciblé par de nombreuses critiques. La pression est même un peu plus forte que d’habitude, et ce, pour plusieurs raisons. Il y a déjà le niveau global franchement décevant. Les Bleus n’ont inscrit qu’un seul but dans le jeu, celui de Randal Kolo-Muani hier contre l’Espagne. À sa décharge, il a été abandonné par ses cadres offensifs habituels, Kylian Mbappé et Antoine Griezmann en tête.

La suite après cette publicité

Le capitaine et le vice-capitaine sont passés complètement au travers de ce tournoi, une première depuis qu’ils jouent en équipe de France. Avec leur méforme, Deschamps a dû s’adapter, mais il n’a pas réussi à trouver la bonne formule, changeant régulièrement de dispositif entre 4-3-3 et 4-4-2, de tactiques et d’hommes (Dembélé, Thuram, Kolo Muani, Barcola, Giroud), tout en oubliant certains. On pense bien sûr à des joueurs qui n’ont presque pas eu de temps de jeu, à l’instar de Kingsley Coman. La gestion du groupe s’en est forcément ressentie.

Un contrat jusqu’en 2026

Au rayon des bonnes actions, Deschamps peut se targuer d’avoir trouvé une assise défensive particulièrement solide. Jules Koundé s’est révélé à cette position qu’il n’apprécie pas pourtant, et Mike Maignan a assuré pour son premier tournoi dans la peau d’un titulaire. Autant d’éléments qu’il faudra mettre dans la balance au moment d’étudier le cas du sélectionneur à la FFF. Un contrat lie les deux parties jusqu’en 2026, soit la prochaine Coupe du monde en Amérique du Nord.

La suite après cette publicité

Mais une autre donnée est à prendre en compte. Le président de la fédération a changé en la personne de Philippe Diallo, successeur de Noël Le Graët. Ce dernier était particulièrement proche de Didier Deschamps. Qu’en sera-t-il avec le président de la FFF? Difficile en tout cas d’imaginer DD poser sa démission même s’il a toujours placé l’équipe de France avant sa personne. Certains diront qu’un successeur est déjà tout désigné en la personne de Zinedine Zidane, libre depuis maintenant 3 ans et qui attend son heure.

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité