Helight Pro, la nouvelle technologie facilitant la récupération

Soin
L'appareil Helight Pro qui diffuse de la lumière rouge
L'appareil Helight Pro qui diffuse de la lumière rouge ©Helight™

Co-fondateur de l'entreprise Helight™ qui développe un appareil utilisant la lumière rouge pour faciliter la récupération physique et mentale, Jérôme Grange nous parle des bienfaits de la photobiomodulation et de son fonctionnement sur le corps humain.

Foot Mercato : aujourd’hui, la récupération est de plus en plus importante dans le quotidien des footballeurs et comme Timo Kadewere, certains ont leurs petits secrets. Le Lyonnais opte pour la photobiomodulation avec l'appareil Helight pro. Pouvez-vous nous expliquer les bienfaits de cette technique ?

La suite après cette publicité

Jérôme Grange : la photobiomodulation agit sur les cellules du corps humain qui sont dotées de récepteurs à la lumière. Ainsi, la lumière rouge Helight favorise le processus naturel de récupération physique et mentale. C'est-à-dire qu’en utilisant la photobiomodulation, on va récupérer mieux, plus vite et de façon plus durable.

FM : cette technologie a longtemps été utilisée pour la chirurgie esthétique, qu’est-ce qui a changé depuis quelques années pour qu'elle se développe dans d'autres secteurs ?

JG : elle est utilisée dans la cadre de la chirurgie esthétique mais aussi dans le monde médical tout court puisque la photobiomodulation est également utilisée dans le monde dentaire ou encore en cancérologie. Il y a donc différents secteurs médicaux et chirurgicaux qui utilisent la photobiomodulation et ce qu’on a voulu faire chez Helight, c’est d’apporter les bienfaits de la lumière rouge dans le domaine du bien-être. Ce qui permet de faire ça aujourd’hui, c’est essentiellement les évolutions technologiques et électroniques. Il y a encore quelques années les technologies nécessaires coûtaient très cher mais aujourd’hui ça a plutôt bien évolué, ce qui nous permet de fabriquer des appareils moins chers et donc plus adaptés au grand public notamment.

FM : par quel biais la lumière rouge nous apporte-t-elle tant ?

JG : la lumière rouge est connue pour ses trois grandes implications: soulager les inflammations, les douleurs et favoriser la cicatrisation. La lumière agit sur les cellules, puis les cellules et le corps humain font mieux leur travail de façon naturelle.

FM : si la lumière rouge a un apport indéniable sur la récupération en règle général, elle peut également servir à mieux soigner une blessure ?

JG : oui, déjà parce qu’au niveau local, la lumière rouge a une action qui favorise la récupération physique due à une blessure, ça, c’est certain. Et puis il y a aussi le volet de la récupération mentale puisque la lumière va notamment agir sur la qualité du sommeil, et on sait très bien qu’un sportif qui dort mieux et qui est mieux dans sa tête va forcément mieux récupérer physiquement.

FM : la technologie Helight aurait donc un rôle préventif en plus d'aider à mieux récupérer ?

JG : tout à fait, c’est même presque plus un outil de prévention que de récupération mais il peut s’utiliser dans les deux phases.

FM : en plus des bienfaits permettant aux joueurs de mieux récupérer sur le plan physique, vous nous parliez plus tôt de l'aspect mental. Par quel biais cet appareil a un impact sur le cerveau ?

JG : quand on fait une séance de lumière Helight, toutes les cellules réagissent et celles à travers la rétine, qui sont donc les cellules du cerveau, n'y échappent pas. La lumière rouge, c’est le signal universel de l’endormissement. Si on en revient à la lumière naturelle, c’est la lumière dominante du soleil couchant donc c’est une lumière naturellement apaisante. Ce qu’on observe quand on soumet des personnes à la lumière rouge, c’est qu’on a une baisse des indicateurs comme l’activité cérébrale, la température corporelle et le rythme cardiaque donc il y a vraiment un côté détente qui permet de mieux récupérer.

FM : vous conseilleriez d'utiliser Helight pro à quel moment de la journée ?

JG : l'appareil peut être utilisé à différents stades, il n’y a pas forcément de recommandation pour l’instant. C’est surtout le sportif qui doit l’appliquer à son propre programme, c’est très important. Mais de manière générale, une fois l’entraînement ou le match fini, après avoir effectué tous les soins nécessaires avec le staff, utiliser cette lumière à la maison pour mieux récupérer demeure une très bonne solution.

FM : quels sont les retours des athlètes utilisant cette technique ? Ressentent-ils vraiment un apport supplémentaire dans leur récupération ?

JG : oui, ils le sentent vraiment. J’ai un exemple qui n’est pas dans le football mais on a travaillé avec Elea Diarra, qui est une athlète française spécialiste du 400 mètres. Elea a découvert le Helight pro chez sa kinésithérapeute à Villeurbanne et c’est ce qui lui a fait du bien au niveau de sa tendinite mais aussi au niveau du stress et du sommeil. Comme Timo Kadewere de l’Olympique Lyonnais, elle s’est dotée d’un appareil et elle a clairement vu la différence. Elle dit que ça l’a vraiment aidé dans son processus global de préparation de ses compétitions et de récupération durant les compétitions.

FM : la lumière rouge est-elle la seule technique de récupération utilisée par les footballeurs professionnels ?

JG : il y a plein d’autres techniques de récupération, je ne dirais jamais qu’Helight est la seule. Dans ce domaine, il faut combiner les techniques. Il y a les massages, la cryothérapie, l’électrostimulation… Il y a vraiment plein de façons différentes de faire. Chacun choisit finalement les outils et les techniques qui lui conviennent. Ce qui est très intéressant avec la lumière, c’est qu’elle est complémentaire de toutes les autres techniques de récupération. Utiliser la lumière rouge en complément va venir bonifier les effets de la récupération.

FM : pensez-vous que c’est une technique d’avenir dont les athlètes de haut niveau ne pourront bientôt plus se passer ?

JG : j’en suis intimement convaincu parce que sinon, je n’aurais pas créé cette entreprise. J’ai l’intime conviction que tous les sportifs de haut niveau devraient au moins considérer cette technique parce qu'elle est courte et efficace. C'est hyper facile à intégrer dans sa vie en générale.

FM : et les clubs professionnels dans tout ça, qu'en pensent-ils ? Serait-ce envisageable de les voir utiliser cette technologie à l'avenir ?

JG : pour l’instant, on a fait peu de démarches avec des clubs professionnels de football mais par contre ça fait quelques années qu’on développe le domaine du B2B avec les praticiens comme les kinésithérapeutes, les ostéopathes ou les sophrologues. C’est par eux qu’on est arrivé dans le domaine du sport puisque ce sont ces praticiens qui sont allés voir les sportifs. Après, les clubs ont des protocoles hyper précis dans le domaine médical, nous on est dans le bien-être. Pour l’instant, la technologie a sans doute plus sa place à la maison chez les sportifs qu’au sein même des clubs !