Comment Pablo Longoria est en train de sauver Valence

Valence doit renouveler son effectif en profondeur, vendre ses joueurs à la plus forte valeur marchande et libérer les gros salaire afin de redresser ses comptes. Pour se refaire, le club espagnol mise sur l'héritage laissé par un certain Pablo Longoria, aujourd’hui à l'OM.

Pablo Longoria en conférence de presse
Pablo Longoria en conférence de presse ©Maxppp

Valence est dans le rouge. Suite à la crise sanitaire, puis la crise économique, le club espagnol doit se débarrasser de ses plus fortes valeurs marchandes et de ses plus gros salaires. L’écrémage a déjà commencé. Dani Parejo et Francis Coquelin ont par exemple rejoint Villarreal pour un peu plus de 10 M€. De nombreux autres éléments sont aussi invités au départ comme les Français Kevin Gameiro, Geoffrey Kondogbia, Eliaquim Mangala et Mouctar Diakhaby.

La suite après cette publicité

Pablo Longoria est lui parti il y a un an déjà. L'actuel directeur général délégué chargé du football à l’Olympique de Marseille a passé un an et demi à Valence entre février 2018 et septembre 2019. Avec Marcelino, le tandem a bien fonctionné, les Ches remportant une Coupe d'Espagne face au Barça et décrochant une place qualificative en Ligue des Champions. Et même s'il n'est resté que sur un période relativement courte, le dirigeant espagnol a eu le temps de mettre en place une politique de recrutement sur la base du trading qui peut aujourd’hui sauver le club.

Longorya a laissé un héritage

Réputé pour sa fine connaissance du marché des jeunes joueurs, Longoria a fait venir certains éléments dans le but de les revendre à prix d'or, après avoir été recrutés une bouchée de pain puis explosés en équipe première. Il y a par exemple le Serbe Uros Racic (22 ans). Arrivé à l'été 2018 contre 2,2 M€ en provenance de l'Etoile Rouge de Belgrade, le milieu de terrain vaut le triple aujourd’hui après des prêts à Tenerife puis à Famalicao la saison dernière. Entré en jeu contre Levante ce week-end, il devrait avoir sa chance cette saison en équipe première.

Autre valeur montante de l'effectif, Manu Vallejo (23 ans) est arrivé de Cadix pour 5 M€ à l'été 2019. Peu utilisé en Liga, l'ailier a déjà réussi en 19 minutes de jeu à marquer autant de buts que la saison passée. Entré en jeu, il a inscrit un doublé dimanche et aura une vraie carte à jouer derrière Maxi Gomez et Kang-In Lee. On peut aussi citer Yunus Musah (17 ans), probablement le plus joli coup de Longoria. Pensionnaire du centre de formation d'Arsenal, l'Anglo-américain a débarqué libre il y a un an. Après une saison en Segunda B avec la réserve, il a débuté la saison titulaire en milieu droit, devenant au passage le joueur étranger le plus jeune (17 ans et 289 jours) à débuter dans le onze dans l'histoire du club.

Une politique de trading qui commence à faire effet

Sa cote va vite grimper, de quoi se frotter les mains chez les dirigeants naranjas. Enfin, des jeunes attendent leur heure et cela pourrait arriver dès cette saison. Encore jamais apparu chez les professionnels, Koba Koindredi (18 ans), le milieu venu de Lens il y a deux étés pour 150 000 €, fait naître de grands espoirs, lui qui est resté sur le banc dimanche. On peut aussi citer Noha Ndombasi (19 ans). Laissé libre par Bordeaux il y a un an, l'attaquant n'a pour le moment jamais été convoqué en équipe première. Autant d'éléments qui pourraient permettre d'assurer la pérennité sportive et financière de Valence grâce à Pablo Longoria. De quoi inspirer l'OM ?

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires