Absents en France en 2016 et en Russie en 2018, les Pays-Bas reviennent en force sur l’échiquier footballistique. Encadrée par les Memphis Depay, Ryan Babel, Giorgio Wijnaldum, Virgil van Dijk et autre Daley Blind, la jeune garde a pris un certain pouvoir depuis un an. Portés par leur aventure en Ligue des Champions avec l’Ajax Amsterdam, les Matthijs De Ligt (20 ans), Frenkie De Jong (22 ans) et à un degré moindre Donny Van De Beek (22 ans) sont devenus des habitués de la sélection. Le PSV Eindhoven n’est pas en reste puisque la dernière sensation nationale se nomme Donyell Malen.

Depuis quelques semaines, l’attaquant de 20 ans vit à cent à l’heure. Prolongé en août jusqu’en 2024, il vient de signer des débuts fracassants avec les Pays-Bas. Entré en jeu à une demi-heure de la fin de rencontre face à l’Allemagne, il redonne l’avantage aux siens 20 minutes plus tard, sur un service magnifique de Wijnaldum. Malen inscrit déjà son nom dans les livres d’histoire. Comme Johan Cruyff ou Clarence Seedorf avant lui, il a marqué pour sa première sélection. « J’ai tout de suite regardé en direction des tribunes pour voir ma mère, mon père et ma petite amie », souriait le buteur après le match.

Il marque pour sa première comme Cruyff et Seedorf

« Il s’est montré dangereux, rapide. Il a réalisé d’excellents débuts. Il a marqué. Dans ce match en seconde période, il a montré que je l’avais choisi pour de bonnes raisons. Il est passé de la parole aux actes. » Ses débuts ont tellement été encourageants que Ronald Koeman l’a titularisé face à l’Estonie trois jours après. Moins en vue lundi soir malgré une victoire 4-0, le joueur aux racines familiales du Surinam est tout simplement dans la continuité de ce qu’il produit depuis deux ans et son départ d’Arsenal. Il n’a que 20 ans mais il a déjà trois clubs à son actif et pas des moindres.

Ce protégé de Mino Raiola, dont nous faisions déjà le portrait il y a quelque temps, a passé sept ans au centre de formation de l’Ajax entre ses 8 ans et ses 15 ans. Avant de filer à l’anglaise en 2015, le surclassé fera tout de même un match avec les U19 lanciers. Pressé par le temps, il cède trop vite aux sirènes des Gunners où il côtoie un certain Thierry Henry comme coach. Il restera deux ans à Shenley, alignant quelques stats intéressantes en U18 puis en U21 et en Youth League. Le gamin impressionne même Arsène Wenger en personne mais curieusement, le club décide de le vendre quand le PSV propose 700 000 € pour racheter son contrat en 2017.

Des stats déjà impressionnantes

De retour au pays, Donyell Malen ne tarde pas à exploser. Aligné dans le couloir gauche, il est irrémédiablement attiré par l’axe. Le résultat paye puisqu’en une saison avec les Jong Boeren il score 13 fois pour 3 passes décisives. Audacieux sur le terrain, certain de ses qualités, mais aussi discipliné, il attend patiemment son heure en équipe première où Steven Bergwijn, Hirving Lozano et Luuk de Jong lui barrent encore la route. Elle ne tardera pas à venir. Le natif de la bourgade côtière de Wieringen goûte à ses premières minutes chez les professionnels dès la fin de saison.

Mais c’est l’an dernier vers la même époque qu’il prend définitivement son envol. Remplaçant tout au long de la saison, il se signale par des entrées fracassantes. Résultat, en 31 matches d’Eredivisie, dont 25 en sortie de banc, il parvient à marquer 10 fois et distribue 5 passes décisives. Le droitier finit même la saison titulaire dans un effectif très inexpérimenté. « Ce que j’aime avec le PSV, c’est qu’il y a beaucoup d’énergie et de jeunes dans notre équipe. » Évidemment, l’Europe est en alerte sur un talent déjà maintes fois repéré alors le club hollandais s’est empressé de prolonger son contrat de 4 ans !

Sous la protection de Mino Raiola

Porté par ce nouveau bail, Malen réalise un début de saison bluffant avec 4 buts et 4 assists en 11 rencontres toutes compétitions confondues. De quoi mériter sa place en chez les Oranje, lui qui a connu toutes les sélections nationales depuis les U15. Appelé pour la première fois, il devrait rapidement devenir un habitué des listes de Koeman. D’ailleurs pour son bizutage, il a choisi Controlla de Drake. Rien d’étonnant pour un joueur qui semble déjà parfaitement gérer les hauts et les bas d’une carrière, tout en ayant un grand objectif en tête : devenir le meilleur. Ce n’est pas Mino Raiola qui dira le contraire. Le super agent se frotte déjà les mains.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10