La « crise Sterling »

En Angleterre, la blessure de Raheem Sterling fait couler beaucoup d’encre. Sorti en boitant, le joueur de Manchester City est touché aux ischio-jambiers et sera absent ce dimanche. Interrogé en conférence de presse sur le sujet, Pep Guardiola a admis qu’il n’avait aucune idée de la date à laquelle allait revenir Sterling. Des mots qui ont fait réagir outre-Manche, le Daily Mirror parle ainsi de « crise Sterling ». Même son de cloche en Une des pages sport du Times. Pour le journal britannique, l’attaquant des Skyblues s’ajoute aux problèmes de Pep déjà nombreux. Une saison plus compliquée que d’habitude pour le coach espagnol.

Trois joueurs se dégagent dans la liste du Barça

D’ailleurs, dans la presse ibérique, son ancien club fait les gros titres. Il faut dire que le Barça aussi est décimé par les blessures. Après Luis Suarez, c’est Ousmane Dembélé qui est indisponible pour plusieurs mois. Et selon Sport, le club blaugrana espère obtenir un accord de la Fédération espagnole pour pouvoir enregistrer un renfort en attaque, en tant que joker médical. À noter que le joueur doit forcément jouer en Liga, ou être libre de tout contrat. Trois noms sont évoqués en Une du quotidien catalan. D’abord celui de Loren Morón, dont l’avantage est que son club, le Betis, est ouvert aux discussions. Ensuite Willian José, le préféré des dirigeants barcelonais, mais dont le dossier semble compliqué à boucler. Enfin, Lucas Pérez qui a une clause libératoire de 15 M€, et celle-ci serait non négociable.

L’agent de Bale dément un désamour de Zizou

Et puis on reste en Espagne, mais cette fois-ci pour parler du Real Madrid. Gareth Bale fait une nouvelle fois parler, lui dont le temps de jeu est très irrégulier avec la Casa Blanca. Il est « le dernier de la file d’attente », titre Marca ce samedi, qui précise que le Gallois était absent des trois dernières feuilles de match du Real Madrid, car non convoqué par Zinedine Zidane. Bale fait aussi la Une du journal As qui a interrogé son agent, Jonathan Barnett. Ce dernier a notamment expliqué que c’était un mensonge de dire que Zidane n’aimait pas Bale. Il a également affirmé que Florentino Pérez, le président madrilène, adorait l’ancien joueur de Tottenham.