« Je me souviens très bien de Fidel Castro, Chávez, Kadhafi... Je connais aussi Poutine et aujourd’hui je souhaite faire une photo avec Loukachenko (le dictateur biélorusse, ndlr). J’espère qu’après cela il sera notre supporter. Nous allons essayer de faire une équipe qui se battra pour les premières places. Quand j’étais petit, je n’avais pas de chaussures, j’allais à pied, c’est pourquoi je ne crains pas la neige. Je peux sans aucun problème vivre au Bélarus », expliquait en juillet dernier Diego Maradona lors de sa prise de pouvoir en tant que président du Dinamo Brest, club de première division en Biélorussie.

Mais pourtant, il semble que diriger la modeste équipe d’Europe de l’est ne sera pas la seule occupation d’El Pibe de Oro en cette saison 2018-2019. Ainsi, la semaine passée, nous apprenions que le champion du Monde 1986 allait entraîner une équipe de football. « En effet, je confirme avoir reçu un poste pour entraîner les "Dorados". Cependant, je resterai président d’honneur du Dynamo de Brest, mais je suis heureux d’accepter un nouveau défi », avait-il laconiquement expliqué dans les médias lors de son arrivée.

Il veut remonter en première division

Mais pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit des Dorados de Sinaola, en deuxième division. Ce qui est étonnant c’est surtout que cette formation évolue sur les terres de Joaquin Guzman, l’un des plus gros narcotrafiquants de la planète, plus connu sur le nom d’El Chapo. Une situation donc qui a été accueillie avec surprise et surtout avec un florilège de blagues potaches mettant en lien cette information avec le passé de cocaïnomane de Diego Maradona.

Arrivé samedi soir du côté du nouveau pays d’André-Pierre Gignac, Maradona, couvert avec des vêtements à la gloire de son nouveau club, a indiqué à ESPN : « la première chose que je vais dire aux joueurs est que le projet est de monter en première division ». Il devrait être présenté ce lundi à 23h30. Il gagnera là-bas 150 000 dollars par mois soit 130 000 euros pendant son bail qui durera a priori onze mois. Mais avec lui, on ne sait jamais...