Entrée en matière dans la compétition pour le Paris Saint-Germain, à l’occasion du premier match des huitièmes de la finale de la Coupe de la Ligue. Et les troupes de Thomas Tuchel se déplaçaient du côté d’Orléans, pour y affronter le onzième de la Ligue 2. Un déplacement a priori à la portée des Parisiens, mais l’entraîneur allemand alignait tout de même une équipe certes remaniée mais qui avait fière allure, toujours dans ce 3-4-3 devenu habituel. Le trio Choupo-Moting-Cavani-Di Maria était aligné devant, avec une ligne de 4 composée de Bernat, Draxler, Nkunku et Dani Alves. En défense, Kimpembe, Marquinhos et Thiago Silva protégeaient les cages défendues par Alphonse Areola. Du côté d’Orléans, c’était l’équipe type. Au final, le PSG s’est imposé 2-1, non sans souffrir...

La rencontre démarrait sur un rythme particulièrement élevé, avant de rapidement rechuter. Dès la minute de jeu, Renault devait se montrer décisif sur une frappe en pivot de Choupo-Moting, servi par Bernat (1e). Mais les locaux affichaient de bonnes intentions, montrant un visage assez offensif et ils s’offraient plusieurs offensives intéressantes, même si sans danger pour le portier parisien. Sur un centre d’Ousmande Sissoko, Anthony Le Tallec reprenait de volée, seul au deuxième poteau, mais sa reprise n’était pas cadrée (11e). Les Parisiens se montraient eux trop imprécis dans les transmissions. Ziani, de l’entrée de la surface, manquait lui aussi le cadre (24e). Les minutes défilait, et les Franciliens ne créaient toujours pas de danger devant... C’est bien la formation de Ligue 2 qui dominait les débats. Cavani n’avait pratiquement aucun ballon intéressant à se mettre sous la dent, Choupo-Moting n’y était pas... C’est Thiago Silva, de la tête sur corner, qui venait enfin créer quelques frayeurs aux Orléanais, mais le Brésilien voyait le cuir filer au-dessus de la barre (39e).

Moussa Diaby, décisif

Jusqu’à ce qu’Edinson Cavani, enfin servi correctement, ne fasse la différence. Profitant d’un bon ballon entre les lignes de Di Maria, l’Uruguayen lobait le portier adverse d’un joli petit ballon piqué (0-1, 41e). Une petite erreur de concentration qui a coûté cher à Orléans... Renault sortait ensuite une belle parade sur un coup franc de Dani Alves (45e). A la pause, le club de Ligue 2 était loin d’être ridicule. A la pause, Buffon remplaçait Areola, blessé au dos en première période. Dès le retour sur la pelouse, le PSG était tout près de faire le break sur cet enchaînement de frappes repoussées dans la surface, avec un bel arrêt de Renault sur Cavani (47e). Angel Di Maria, aussi blessé peu avant l’heure de jeu, devait laisser sa place à Kylian Mbappé, entré sous une belle ovation.

Bernat lui, toujours aussi actif offensivement, voyait le gardien orléanais se jeter rapidement sur lui alors qu’il s’apprêtait à enchaîner sur une frappe dans la surface (57e). Première réaction des locaux avec cette frappe trop écrasée d’Avounou (62e). Renault réalisait une nouvelle sortie décisive, sur Mbappé cette fois, et sur le corner qui a suivi, Marquinhos voyait sa reprise de la tête frôler le poteau droit orléanais (66e). L’entrée de Mbappé avait apporté un peu de folie côté parisien, mais les hommes de Tuchel allaient être surpris... Après une passe mal assurée par Nkunku, Joseph Lopy enchaînait sur une frappe de l’extérieur de la surface hors de portée pour Buffon (1-1, 69e) ! Sonné, le PSG avait du mal à réagir ! Mais l’entrée de Moussa Diaby allait faire la différence. Le titi parisien réalisait un superbe slalom dans la défense rivale et plaçait le ballon entre les jambes du gardien adverse (1-2, 81e) ! Un but décisif qui permet aux Parisiens d’obtenir leur ticket pour les quarts, même si Orléans a eu de nouvelles situations chaudes pour égaliser, tout comme le PSG aurait pu aggraver le score via Mbappé. Orléans n’a clairement pas à rougir de sa performance du soir !

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10