Depuis ce lundi, le club d’Angers a un président délégué. Saïd Chabane a décidé de nommer Fabrice Favetto-Bon. C’est lui qui va gérer les affaires courantes, le temps que le propriétaire du club puisse se défendre des accusations d’agressions sexuelles aggravées dont il fait l’objet depuis la mi-février par une salariée et trois anciennes salariées du club. À ce titre, il a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.

Chabane a profité de cette conférence de presse pour s’exprimer publiquement pour la première fois depuis le début de cette affaire. « Cette décision va me permettre de prendre du recul, de la hauteur, dans un contexte que vous connaissez. Il y a une enquête qui est en cours. Je vais pouvoir me concentrer sur ma défense. (...) Vous croyez que c’est facile ? Ce que j’ai vécu, je ne le souhaite pas à mon pire ennemi. C’est toute une remise en cause de fonctionnement, de sa vie. Automatiquement, vous ne restez pas insensible à tout ce qui peut arriver. Il est urgent pour moi de prendre de la hauteur », a assuré Chabane, qui détient quasiment 99 % des parts du club. Il a d’ailleurs précisé qu’il ne souhaitait pas vendre et qu’il y aurait d’autres recrutements administratifs. « Je ne suis pas prêt à quitter le club. On ne peut pas lâcher un bateau qui n’est pas arrivé à bon port. »