Le nom de Mickaël Citony n’est pas inconnu aux amateurs de ballon rond. L’attaquant polyvalent, formé à Cannes, est passé par Rennes, Saint-Étienne, Sedan et Créteil. Il a écumé les terrains de Ligue 1 et Ligue 2. Depuis deux saisons, Mickaël Citony joue pour le FC Bruxelles, relégué en deuxième division belge. Pendant quelques minutes, il est revenu pour Footmercato sur sa blessure, son expérience en Belgique et sur son avenir. Extraits.

Footmercato : Vous avez vécu une saison 2007/2008 blanche en raison d’une grave blessure (rupture du tendon d’Achille ndlr), comment allez-vous ?
Mickaël Citony : Ça va bien. J’ai suivi ma rééducation à Clairefontaine. Je suis revenu sans difficulté. Malheureusement, mon club était mal positionné en championnat, voire prêt à descendre. Le président a donc fait des choix financiers dans le sens où éviter de me faire jouer permettait au club de faire des économies financières. Je suis un peu tombé dans la galère de l’étranger.

« Je veux de nouveau me faire plaisir sur un terrain »

Footmercato : Votre expérience en Belgique s’est mal passée ?
Mickaël Citony : Je sors d’un club très très difficile à tous les niveaux. Que ce soit pour moi ou pour les autres joueurs de l’équipe, ça a été une année catastrophique. Mon premier souci est de sortir de ce club, d’en retrouver un sain. Et reprendre une activité de footballeur professionnel. Je veux de nouveau me faire plaisir sur un terrain.

Footmercato : Êtes-vous en contact avec des clubs ?
Mickaël Citony : oui. J’ai trois contacts avec des clubs de première division belge, le FC Dender, La Gantoise et le FC Mons. Malgré le peu de matchs que j’ai fait, ma cote est restée la même. Avant que je ne me blesse des clubs comme Anderlecht ou le Standard de Liège avaient un oeil sur moi. J’avais quelques contacts aussi en Espagne mais malheureusement cela n’a pas pu se finaliser. Je ne sais pas encore ce que j’aimerais faire. J’aimerais rester à l’étranger ou alors avoir un beau challenge pour rentrer en France.

« Des clubs de Ligue 2 sont entrés en contact avec moi »


Footmercato : est-il possible que l’on vous voit de nouveau sur les pelouses françaises ?

Mickaël Citony : Des clubs de Ligue 2 sont en entrés en contact avec moi par le biais d’agents. Ils seraient intéressés pour me prendre. Le problème c’est que le président de Bruxelles va vouloir une petite somme, juste pour m’embêter. Et vu que je n’ai pas joué de la saison, je ne vois pas un club mettre de l’argent sur moi. Mais j’ai espoir que le club me laisse libre, car il ne pourra pas payer les salaires l’année prochaine. Je compte sur ça.


Footmercato : seriez-vous tenté par un retour à Rennes ou à Saint-Étienne, deux clubs où vous avez évolué par le passé ?
Mickaël Citony : oui bien sûr c’est un challenge qui pourrait m’intéresser. Mais ma cote a baissé, ce sont des clubs qui ne sont pas à ma portée aujourd’hui. J’ai passé de super saisons là-bas. On sait tous comment ça se passe dans le football. Un jour on est en haut de l’affiche et du jour au lendemain on est totalement oublié.